Logo Société canadienne du cancer

Lymphome
hodgkinien

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du lymphome hodgkinien

La chimiothérapie est l’un des principaux traitements du lymphome hodgkinien (LH).

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour traiter le cancer. Il s’agit habituellement d’un traitement systémiquetraitement systémiqueTraitement qui consiste à administrer une substance qui voyage par les vaisseaux sanguins pour atteindre les cellules du corps tout entier. qui circule dans tout l’organisme et qui détruit les cellules cancéreuses dont celles qui auraient pu s’échapper de la tumeur primitive.

On peut avoir recours à la chimiothérapie :

  • comme traitement principal, associé ou non à la radiothérapie, pour détruire les cellules cancéreuses
  • pour traiter un LH qui réapparaît après avoir été traité (récidivant) ou un LH qui résiste au traitement initial (réfractaire)
  • pour maîtriser les symptômes d'un LH de stade avancé (chimiothérapie palliative)

Les médicaments employés, les doses administrées ainsi que les horaires suivis varient d’une personne à l’autre.

Agents chimiothérapeutiques

On traite le LH par chimiothérapie d’association. L'association chimiothérapeutique la plus employée pour traiter le LH est le protocole ABVD qui est à base de :

  • doxorubicine (Adriamycin)
  • bléomycine (Blenoxane)
  • vinblastine (Velbe)
  • dacarbazine (DTIC)

Le protocole ABVD est généralement administré aux 28 jours pendant 6 cycles.

On peut avoir recours à d'autres associations chimiothérapeutiques pour traiter le LH, soit :

  • Stanford V – habituellement administré aux 28 jours pendant 3 cycles
    • méchloréthamine (Mustargen, moutarde à l'azote)
    • doxorubicine
    • vinblastine
    • vincristine (Oncovin)
    • bléomycine
    • étoposide (Vepesid)
    • prednisone (Deltasone)
  • BEACOPP – habituellement administré aux 21 jours pendant 8 cycles
    • bléomycine
    • étoposide
    • doxorubicine
    • cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)
    • vincristine
    • chlorhydrate de procarbazine (Matulane)
    • prednisone
  • MOPP – habituellement administré aux 28 jours pendant 6 cycles
    • méchloréthamine
    • vincristine
    • chlorhydrate de procarbazine
    • prednisone

On y a rarement recours de nos jours puisqu'il engendre des effets secondaires plus graves (comme le développement de cancers secondaires et l'infertilité) que le protocole ABVD. Cependant, il pourrait être bénéfique dans certains cas, comme si un patient a d’importants problèmes cardiaques ou pulmonaires.

Si le LH ne réagit pas à un certain protocole chimiothérapeutique, on peut administrer une association de médicaments autre que celle employée lors du traitement d’origine.

Si le LH récidive, on le traite par chimiothérapie.

  • On peut avoir recours à la même association chimiothérapeutique si la réponse a été bonne pendant un certain temps la première fois qu’on l’a administrée.
  • On peut administrer une autre association, comme le protocole GDP (habituellement aux 21 jours pendant 6 cycles) :
    • gemcitabine (Gemzar);
    • dexaméthasone (Decadron, Dexasone);
    • cisplatine (Platinol AQ).
  • On peut administrer une chimiothérapie à forte dose en préparation à une greffe de cellules souches, tels que les protocoles :
    • CBV
      • cyclophosphamide
      • carmustine (BiCNU, BCNU)
      • Étoposide
    • BEAM ou mini-BEAM
      • carmustine
      • étoposide
      • cytarabine (Cytosar, Ara-C)
      • melphalan (Alkeran, L-PAM)
  • On peut avoir recours au médicament appelé brentuximab védotine (Adcetris). Santé Canada en a récemment approuvé l’usage chez les personnes qui n’ont pas réagi à au moins 2 associations chimiothérapeutiques ou dont la maladie a récidivé après une autogreffe de cellules souches. Demandez à votre oncologue si vous êtes admissible à ce médicament.

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Cliquez sur ce lien pour consulter la liste de questions à poser à votre médecin sur la chimiothérapie.

Histoires

Dr Edward Chow Une nouvelle norme pour le soulagement de la douleur

Plus de details

Transport vers les centres de traitement du cancer

Illustration d’une automobile

Depuis plus de 50 ans, le programme de transport de la Société canadienne du cancer aide les patients à canaliser leurs énergies dans leur combat contre le cancer sans avoir à se préoccuper de trouver un moyen de se rendre à leurs traitements.

Apprenez-en plus