Logo Société canadienne du cancer

Lymphome
hodgkinien

Vous êtes ici:

Statistiques de survie au lymphome hodgkinien

Les statistiques de survie au lymphome hodgkinien (LH) sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu'elles sont fondées sur l'expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d'une personne en particulier.

Il existe de nombreuses méthodes différentes pour évaluer et consigner les statistiques de survie au cancer. Votre médecin peut vous expliquer les statistiques sur le LH et ce qu'elles signifient dans votre cas.

Survie relative

La survie relative sert à déterminer quelle est la probabilité qu'une personne atteinte de cancer soit encore en vie après son diagnostic comparativement à des personnes qui font partie de la population générale qui n'ont pas le cancer mais qui présentent des caractéristiques semblables (comme l’âge et le sexe).

Au Canada, on consigne les statistiques de survie relative après 5 ans pour le LH. Le taux de survie relative après 5 ans pour le LH est de 85 %, ce qui signifie qu’une personne ayant reçu un diagnostic de LH aurait, en moyenne, 85 % de chances de vivre 5 ans à la suite de son diagnostic comparativement à une personne dans la population générale.

Survie par stade

La survie varie selon le stade du LH. Les facteurs suivants peuvent aussi affecter la survie au LH.

  • En général, plus le LH est diagnostiqué et traité à un stade précoce, meilleure est l’issue.
  • Une tumeur peu volumineuse engendre une meilleure issue.
  • L’absence de symptômes B engendre une meilleure issue.
  • Dans l’ensemble, le LH réagit très bien au traitement.

Survie au lymphome hodgkinien
StadeSurvie relative après 5 ans

I

> 90 %

II

> 90 %

III

environ 80 %

IV

environ 65 %

Le International Prognostic Factors Project (IPFP) a élaboré un index pronostique international (IPI) pour le LH avancé (stades III et IV) qui se base sur des facteurs de risque défavorable présents lors du diagnostic.

  • Chez 60 à 80 % des personnes atteintes d’un LH avancé favorable (0 à 3 facteurs de risque défavorable), il n’y a pas de récidive dans les 5 années qui suivent le traitement, c’est-à-dire que le cancer ne réapparaît pas pendant cette période.
  • Chez 42 à 51 % des personnes atteintes d’un LH avancé défavorable (au moins 4 facteurs de risque défavorable), il n’y a pas de récidive dans les 5 années qui suivent le traitement.

Questions sur la survie

On conseille aux personnes atteintes de cancer de discuter de leur pronostic avec leur médecin. Le pronostic repose sur de nombreux facteurs dont :

  • les antécédents médicaux de la personne
  • le type de cancer
  • le stade de la maladie
  • les caractéristiques du cancer
  • les traitements choisis
  • la réaction au traitement

Seul un médecin qui connaît bien ces facteurs pourra examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Histoires

Dr Guy Sauvageau Progrès au chapitre de certaines leucémies

Plus de details

Un chez-soi loin de chez soi

Illustration d’une maison

La Société canadienne du cancer offre son hospitalité aux personnes atteintes de cancer qui doivent parcourir de longues distances pour recevoir leurs traitements.

Apprenez-en plus