Lymphome
hodgkinien

Vous êtes ici:

Si le lymphome hodgkinien se propage

Les cellules cancéreuses ont la capacité de se propager à partir des ganglions lymphatiques vers d’autres parties du corps où elles peuvent former de nouvelles tumeurs. Ce processus porte le nom de métastase. Les nouvelles tumeurs sont aussi appelées métastase (au singulier, s'il n'y en a qu'une seule) ou métastases (au pluriel, s'il y en a plusieurs). Les métastases sont également connues sous le nom de tumeurs secondaires.

Comprendre l’histoire naturelle du cancer aide les médecins à prévoir son évolution, le plan de traitement et les soins futurs.

Le lymphome hodgkinien (LH) se propage le plus couramment vers les structures suivantes :

  • autres groupes de ganglions lymphatiques
  • rate
  • foie
  • poumon
  • moelle osseuse
  • os
  • système nerveux central – rarement

Modèle de propagation

Une caractéristique unique au lymphome hodgkinien est la façon dont il se propage. Il évolue habituellement d'une façon prévisible et ordonnée, d'un groupe de ganglions lymphatiques à un autre situé du même côté du corps ou de l'autre côté du corps. La propagation du LH se fait par le système lymphatique, la circulation sanguine et extension directe, c’est-à-dire que le cancer se propage dans les tissus ou les organes qui sont tout près.

  • La plupart du temps, le cancer se propage des ganglions lymphatiques du cou (ganglions cervicaux) aux ganglions situés au-dessus de la clavicule (ganglions sus-claviculaires).
  • Le cancer se propage ensuite habituellement des ganglions sus-claviculaires aux ganglions des aisselles (ganglions axillaires) puis aux ganglions du thorax (ganglions médiastinaux et hilaires).
  • Il est inhabituel qu'une région ganglionnaire ne soit pas atteinte.

Histoires

Dr Mani Larijani Étudier en 3D une protéine qui cause le cancer

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus