Lymphome
hodgkinien

Vous êtes ici:

Types de lymphome hodgkinien

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) classe le lymphome hodgkinien (LH) en 5 sous-types. Parmi ceux-ci, quatre sont considérés comme des formes de LH classique, alors qu’un autre, le LH nodulaire à prédominance lymphocytaire, est classé séparément. Cette classification se fonde sur l’apparence des cellules du lymphome lorsqu’on les observe au microscope. Cela comprend le type de cellules, leur organisation et d’autres caractéristiques que l’on peut évaluer en examinant un échantillon d’un ganglion lymphatique.

Les divers types de LH peuvent apparaître dans les ganglions lymphatiques de différentes parties du corps et toucher des personnes d’âges variés. Certains types sont plus susceptibles de provoquer des symptômes B (fièvre inexpliquée supérieure ou égale à 38 °C, sueurs nocturnes abondantes et perte de poids inexpliquée équivalant à plus de 10 % du poids corporel au cours des 6 mois précédents) que d’autres.

LH classique

Le LH classique représente environ 95 % de tous les cas de LH. Ses 4 sous-types sont tous caractérisés par la présence de cellules de Hodgkin et de Reed-Sternberg, ou cellules HRS.

LH scléronodulaire

Le LH scléronodulaire est le type de LH le plus courant. Il représente de 60 à 80 % de tous les cas de LH et survient aussi souvent chez les hommes que chez les femmes. Il apparaît généralement chez des adolescents et de jeunes adultes âgés de 15 à 35 ans.

Le LH scléronodulaire prend habituellement naissance dans les ganglions lymphatiques du cou ou du thorax. Le plus souvent, il est au stade II au moment du diagnostic. Il occasionne des symptômes B chez 30 à 40 % des personnes qui en sont atteintes.

LH à cellularité mixte

Le LH à cellularité mixte est le deuxième type de LH le plus courant. Il représente de 15 à 30 % de tous les cas de LH. Il survient le plus souvent chez des adultes âgés et c’est le type de LH le plus fréquemment observé chez les personnes atteintes d’une infection au VIH.

Le LH à cellularité mixte peut prendre naissance dans n’importe quel ganglion lymphatique. Il apparaît habituellement dans la moitié supérieure du corps et touche généralement des ganglions lymphatiques de l’abdomen et la rate. Il est souvent à un stade avancé au moment du diagnostic et, en général, il occasionne des symptômes B.

LH riche en lymphocytes

Le LH riche en lymphocytes représente environ 5 % de tous les cas de LH. Il survient plus fréquemment chez les personnes âgées et touche plus souvent les hommes que les femmes.

Le LH riche en lymphocytes apparaît habituellement dans les ganglions lymphatiques du cou, de l’aisselle et au-dessus de la clavicule. Il est le plus souvent à un stade précoce (stade I ou II) au moment du diagnostic et il est rare que plus de quelques ganglions soient atteints. Il n’occasionne habituellement pas de symptômes B.

LH à déplétion lymphocytaire

Le LH à déplétion lymphocytaire est le type de LH le moins courant. Il ne représente qu’environ 1 % de tous les cas de LH. Il survient plus fréquemment chez les personnes âgées et touche plus souvent les hommes que les femmes. Ce sous-type de LH peut être observé chez des personnes atteintes d’une infection au VIH.

Le LH à déplétion lymphocytaire touche habituellement les ganglions lymphatiques de l’abdomen ainsi que la rate, le foie et la moelle osseuse. Il est souvent à un stade avancé au moment du diagnostic et il occasionne des symptômes B chez la plupart des personnes qui en sont atteintes.

LH nodulaire à prédominance lymphocytaire

Le LH nodulaire à prédominance lymphocytaire représente environ 5 % de tous les cas de LH. Les cellules anormales de ce type de LH sont appelées cellules LP (pour « lymphocyte-predominant », « à prédominance lymphocytaire » en anglais), ou encore cellules « pop-corn » parce qu’elles ressemblent à du maïs soufflé lorsqu’on les observe au microscope. (Ces cellules portaient auparavant le nom de cellules lymphocytaires et histiocytaires, ou cellules L & H.) Il est possible qu’il n’y ait que très peu ou pas de cellules HRS dans l’échantillon du ganglion lymphatique.

Le LH nodulaire à prédominance lymphocytaire peut survenir à n’importe quel âge, mais il plus courant chez les jeunes hommes. Il prend habituellement naissance dans les ganglions lymphatiques du cou ou de l’aisselle. En général, son évolution est lente (on dit qu’il est indolent) et il est à un stade précoce au moment du diagnostic. La plupart des personnes atteintes n’éprouvent pas d’autres symptômes que des ganglions lymphatiques enflés au cou, aux aisselles ou aux aines. Le LH nodulaire à prédominance lymphocytaire occasionne rarement des symptômes B.

Histoires

Dr Roger Zemp Le Dr Roger Zemp a conçu une technique innovatrice de suivi des cellules cancéreuses.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus