Lymphome hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Effets secondaires de la radiothérapie pour le LH chez l'enfant

Peu importe le traitement du lymphome hodgkinien (LH) chez l’enfant, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque enfant les ressent différemment. Certains en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Si ces cellules saines sont endommagées, des effets secondaires risquent de se produire. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la radiothérapie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout des facteurs suivants :

  • taille de la région traitée
  • région ou organes spécifiques traités
  • dose de radiation administrée par séance (dose par fraction)
  • dose totale administrée
  • mode d’administration
  • âge de l'enfant

Avisez votre équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider votre enfant à les soulager.

 

Réactions cutanées

Des réactions cutanées se produisent parce que les radiations externes circulent à travers la peau jusqu'à la région ciblée par le traitement. La peau qui se trouve dans la zone de traitement peut être rouge, sèche, floconneuse et démanger. Elle risque aussi de peler et d’être sensible ou endolorie.

La plupart des réactions cutanées se manifestent au cours des 2 premières semaines de radiothérapie. Elles se dissipent habituellement quelques semaines après le traitement, mais elles deviennent parfois un problème à long terme. La peau qui se trouve dans la zone de traitement peut s'amincir. Elle peut être lisse, tendue et brillante puisque du tissu cicatriciel se forme. La peau risque aussi d’être rouge parce que des petits vaisseaux sanguins se sont élargis à cause de la radiation. Elle peut également devenir plus pâle ou plus foncée puisque les cellules qui produisent le pigment de la peau sont affectées. Les changements de couleur de peau sont parfois permanents.

Apprenez-en davantage sur les problèmes de peau.

Retour au menu

Fatigue

La fatigue est l'un des effets secondaires généraux les plus courants de la radiothérapie. Elle peut être causée par le cancer, d'autres états comme l'anémie et la douleur, ou bien des substances toxiques produites par les cellules cancéreuses qui se décomposent et meurent. Lors de la radiothérapie, le corps de l'enfant utilise plus d'énergie pour se guérir, c'est pourquoi la fatigue n'est pas toujours soulagée par le repos. Se rendre quotidiennement à ses séances de traitement peut aussi être fatigant.

L'irradiation de n'importe quelle région du corps peut rendre un enfant plus fatigué que d'habitude, mais la fatigue est plus courante lorsqu'on traite de grandes régions du corps. L'anémie est également plus susceptible d'apparaître lorsque la surface traitée comprend des os où les cellules sanguines sont formées dans la moelle osseuse, comme ceux du bassin.

La fatigue s'installe habituellement lors de la deuxième semaine de radiothérapie ou plus tard. Les symptômes de la fatigue chez l’enfant peuvent être plus nombreux ou plus graves en cours de traitement. Les symptômes sont entre autres :

  • la lassitude
  • l'épuisement
  • la sensation d'être trop faible pour faire ses activités habituelles
  • la somnolence
  • la difficulté à se concentrer ou à se rappeler certaines choses

La fatigue se dissipe généralement de façon graduelle une fois la radiothérapie terminée, mais certains enfants continuent de se sentir fatigués plusieurs semaines ou des mois après ce traitement.

Apprenez-en davantage sur la fatigue.

Retour au menu

Douleur dans la bouche et mal de gorge

Le mal de gorge se manifeste parce que les cellules qui se développent rapidement dans le revêtement de la gorge sont sensibles aux effets de la radiation. Elles peuvent s'enflammer et causer de la douleur. Le mal de gorge peut être le résultat d'une radiothérapie administrée au cou ou à la partie supérieure du thorax. Les symptômes apparaissent habituellement après 2 à 3 semaines de radiothérapie et s'atténuent souvent quelques semaines après le traitement.

Apprenez-en davantage sur la douleur dans la bouche et le mal de gorge.

Retour au menu

Changements du goût

Les papilles gustatives sont très sensibles aux effets de la radiation. Le goût peut changer si la radiothérapie au cou endommage les glandes salivaires et les papilles gustatives de la langue. Ces dommages risquent de modifier le goût ou l’odeur de certains aliments. Les saveurs salée et amère sont habituellement les plus affectées. Certains aliments, comme la viande, peuvent commencer à avoir un goût amer ou métallique. Ces symptômes se manifestent au cours de la première ou de la deuxième semaine de traitement. Le sens du goût revient habituellement à la normale de 1 à 3 mois après la radiothérapie. Mais il arrive que les changements du goût deviennent un problème à long terme.

Plusieurs méthodes permettent de faire face aux changements du goût. L'équipe de radiothérapie de votre enfant ou une diététiste (professionnel de la santé spécialisé dans le domaine de la nutrition et de l’alimentation) peut vous en suggérer.

Apprenez-en davantage sur les changements du goût.

Retour au menu

Déglutition difficile et douloureuse

Il peut être difficile ou douloureux d'avaler lorsque la gorge ou l'œsophage s'enflamme et s'irrite à la suite d'une radiothérapie au cou ou au thorax. Cela se produit habituellement après environ 2 semaines de traitement.

Avisez l'équipe de radiothérapie s’il est difficile pour votre enfant de manger parce qu’il a de la misère à avaler ou que c'est douloureux de le faire. Elle peut faire des suggestions utiles. On peut lui donner des médicaments comme les antiacides pour atténuer la douleur causée par l'inflammation de l'œsophage. Il devrait être plus facile et moins douloureux d'avaler une fois que la radiothérapie est terminée et que l'inflammation a diminué.

Apprenez-en davantage sur la difficulté à avaler.

Retour au menu

Brûlures d'estomac

Des brûlures d'estomac peuvent se manifester si le revêtement de la partie inférieure de l'œsophage s'irrite à cause de la radiothérapie. L’enfant ne devrait pas consommer d’aliments frits et épicés ou qui causent des gaz. Les antiacides ou d'autres médicaments pourraient être nécessaires. Ce symptôme disparaît souvent après le traitement.

Retour au menu

Voix enrouée

Il est possible que la voix devienne enrouée si le larynx s'irrite et s'enflamme à cause de la radiothérapie. C’est ce qu’on appelle une laryngite. L'enrouement débute habituellement après 2 à 3 semaines de traitement. La voix de l'enfant redevient généralement normale après le traitement et une fois que l'inflammation a disparu.

Retour au menu

Nausées et vomissements

Les nausées et vomissements sont plus courants si on traite la partie supérieure de l'abdomen (dont l'estomac) par radiothérapie. L'enfant peut commencer à se sentir nauséeux de 1 à 3 heures après sa séance quotidienne de radiothérapie, après environ 1 à 2 semaines de traitement. Ces symptômes se dissipent habituellement une fois la radiothérapie terminée.

Avisez l'équipe de radiothérapie si votre enfant a des nausées ou des vomissements. Elle peut vos proposer différentes façons de les traiter. Pour certains enfants, prendre une collation légère avant le traitement leur permet de se sentir mieux,  alors que pour d'autres, il est préférable de ne pas manger. Il y en a qui aiment mieux attendre quelques heures après leur séance de traitement avant de manger. D'autres mangent tout de suite après puisque cela atténue leurs nausées et vomissements. On peut aussi maîtriser les nausées et vomissements en prenant des agents antinauséeux.

Apprenez-en davantage sur les nausées et vomissements.

Retour au menu

Diarrhée

La diarrhée est l'évacuation fréquente de selles très molles et aqueuses. Une radiothérapie à l’abdomen ou au bassin peut causer la diarrhée. Elle se manifeste souvent après 2 à 3 semaines de radiothérapie. La diarrhée se résorbe habituellement une fois que la radiothérapie est terminée.

Avisez l’équipe de radiothérapie si votre enfant a la diarrhée. Elle peut suggérer des médicaments en vente libre ou sur ordonnance pour aider à la soulager.

Apprenez-en davantage sur la diarrhée.

Retour au menu

Aplasie médullaire

Quand on administre une radiothérapie à de grandes surfaces du thorax ou du bassin, cela risque d’affecter une grande quantité de moelle osseuse, donc de causer l’aplasie médullaire, soit une baisse du nombre de cellules sanguines.

  • Une réduction du nombre de globules blancs est appelée neutropénie. Elle accroît le risque d’infection.
  • Une réduction du nombre de plaquettes est appelée thrombocytopénie. Elle accroît le risque d’ecchymoses et de saignements.
  • Une réduction du nombre de globules rouges est appelée anémie. Elle engendre de la fatigue, de la pâleur et un malaise, qui est une sensation générale d’inconfort ou de maladie.

La baisse du nombre de cellules sanguines est le résultat de la radiothérapie sur la moelle osseuse, là où sont fabriquées les cellules sanguines. Le nombre de cellules sanguines est plus susceptible d'être affecté si l'enfant reçoit une chimiothérapie en même temps que la radiothérapie. Il risque aussi d’être affecté si les os dans lesquels une grande partie des cellules sanguines est fabriquée se trouvent dans la zone de traitement. Ces os sont entre autres les côtes, le sternum, les épaules et le bassin.

Le nombre de cellules sanguines commence souvent à se rétablir et à remonter de lui-même habituellement de 2 à 4 semaines après la radiothérapie. L'enfant doit parfois prendre des médicaments ou recevoir des transfusions sanguines si des problèmes graves sont causés par la baisse du nombre de cellules sanguines. On pourrait retarder le traitement du cancer jusqu'à ce que le nombre de cellules sanguines revienne à la normale.

Apprenez-en davantage sur l’aplasie médullaire et le nombre peu élevé de cellules sanguines.

Retour au menu

Troubles de la glande thyroïde

Des troubles de la glande thyroïde peuvent apparaître si le cou se trouve dans le champ de rayonnement. Les enfants qui reçoivent une radiothérapie au cou risquent davantage de faire de l’hypothyroïdie (fonction thyroïdienne réduite), de l’hyperthyroïdie (fonction thyroïdienne accrue) et d’avoir des nodules à la glande thyroïde.

Retour au menu

Troubles pulmonaires

Les poumons sont très sensibles à la radiation. Il est possible que des troubles pulmonaires se manifestent si la trachée et les bronches se trouvent dans la zone de traitement. Les troubles sont entre autres une toux plus présente et du mucus dans la gorge et le thorax. D'autres troubles pulmonaires causés par la radiothérapie au thorax peuvent aussi se produire dont le poumon radique et la fibrose pulmonaire.

Le poumon radique est l’inflammation des poumons (pneumonite) causée par la radiothérapie. Même des doses très faibles de radiation peuvent causer une pneumonite. Cet effet est plus susceptible de se produire si on irradie une grande partie d'un seul ou des deux poumons. Le poumon radique se développe parfois lors du traitement mais se manifeste habituellement de 1 à 3 mois après la radiothérapie et dure généralement de 1 à 2 mois. Les symptômes sont une difficulté à respirer ou l'essoufflement, une toux sèche ainsi qu’une respiration et qu’un rythme cardiaque accélérés. Apprenez-en davantage sur le poumon radique.

La fibrose pulmonaire est la cicatrisation ou le durcissement des poumons qui apparaît avec le temps à cause de l’inflammation. Beaucoup d'enfants atteints de fibrose pulmonaire ne présentent pas de symptômes, mais certains sont essoufflés et ne peuvent pas être actifs physiquement pendant de longues périodes. La fibrose pulmonaire peut se manifester des mois ou des années après la radiothérapie. Elle peut devenir un effet secondaire à long terme qui s'aggrave au fil du temps.

Avisez l’équipe de radiothérapie si votre enfant tousse, s’il a de la difficulté à respirer ou s’il est essoufflé.

Retour au menu

Troubles cardiaques

Des troubles cardiaques peuvent apparaître si le cœur ou la région située derrière le sternum se trouve dans le champ de rayonnement. La radiation peut causer des lésions au cœur et des maladies cardiaques. Ces troubles peuvent se manifester sous forme d'effet secondaire tardif d’une radiothérapie au thorax. Le risque de troubles cardiaques et leur gravité peuvent s'accroître si l’enfant est traité par chimiothérapie et radiothérapie.

Une radiothérapie au thorax peut engendrer les troubles cardiaques suivants.

La péricardite est l’inflammation de l'enveloppe qui entoure le cœur qu’on appelle péricarde. Les symptômes sont la fièvre, une difficulté à respirer et une douleur thoracique. L'inflammation prolongée du péricarde pourrait causer l'épaississement de cette enveloppe, l'accumulation de liquide dans le péricarde, soit un épanchement péricardique, et la formation de tissu cicatriciel. Ces problèmes risquent d’affaiblir le cœur, faisant en sorte qu’il ne pompe pas autant de sang.

Une maladie coronarienne prématurée, ou maladie cardiaque, apparaît quand les artères qui pénètrent le cœur durcissent ou rétrécissent. Cela risque de se produire si les vaisseaux sanguins qui entourent le cœur se cicatrisent et deviennent moins flexibles. La maladie coronarienne prématurée réduit le débit sanguin vers le cœur et accroît le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

La fibrose du myocarde est la formation de tissu cicatriciel dans le muscle cardiaque. Elle risque de réduire la circulation du sang dans le cœur.

La formation de tissu cicatriciel dans les valves du cœur pourrait causer une insuffisance mitrale, c'est-à-dire que la valve mitrale ne se referme pas bien, donc que le sang peut refluer dans le cœur.

Avisez l’équipe de radiothérapie si votre enfant est essoufflé, s’il éprouve une douleur au thorax ou si ses bras ou ses jambes enflent.

Retour au menu

Myélopathie

La myélopathie se définit par des dommages à la gaine de myéline qui recouvre la moelle épinière. Elle peut se produire si la moelle épinière se trouve dans le champ de traitement lorsqu'on irradie le thorax et se manifester de 2 à 6 mois après la radiothérapie.

Le symptôme le plus courant est une sensation de décharge électrique, qu’on appelle signe de Lhermitte. Elle débute dans le cou ou le dos, habituellement lorsque le cou est penché vers l'avant, et se propage dans les jambes. Elle s'atténue généralement sans traitement et ne cause pas de problèmes à long terme.

Lorsque la myélopathie apparaît des mois voire des années après la radiothérapie, on dit qu'elle est tardive, ou retardée. Elle est caractérisée par une faiblesse ou une perte de sensations. La myélopathie tardive ne s'améliore habituellement pas d'elle-même et peut causer une paralysie graduelle.

Retour au menu

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Catherine Coulson Peu à peu, j’ai pris conscience que moi aussi, je pouvais faire partie des survivants.

Plus de détails

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus