Logo Société canadienne du cancer

Lymphome hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Suivi après le traitement du LH chez l'enfant

Le suivi après le traitement est une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes de cancer. Dans le cas du lymphome hodgkinien (LH) chez l’enfant, le suivi est souvent assuré par des médecins et des professionnels de la santé tels qu’audiologiste, orthophoniste, dentiste, ophtalmologiste, personnel infirmier et psychologue. L’équipe de soins de votre enfant discute avec vous afin de décider quel suivi répond à ses besoins.

Dans certains établissements, on retrouve des cliniques de soins post-thérapeutiques qui se spécialisent dans le suivi des survivants au cancer infantile. Le suivi à long terme est important pour les enfants puisque le cancer pourrait réapparaître (récidiver) et des effets secondaires tardifs du traitement pourraient se manifester. Les personnes atteintes d’un cancer infantile sont souvent suivies toute leur vie dans le cadre de programmes de soins post-thérapeutiques. Le Children’s Oncology Group (COG) propose des lignes directrices sur le suivi à long terme des survivants au cancer infantile.

Dans certains établissements canadiens, il existe des cliniques de transition où l’on suit les survivants au cancer infantile. Les cliniques de transition aident à préparer le survivant au cancer qui devient un jeune adulte à bien se diriger dans le monde des soins de santé destinés aux adultes.

N’attendez pas au prochain rendez-vous fixé pour signaler tout nouveau symptôme et tout symptôme qui ne disparaît pas. Avisez l’équipe de soins si votre enfant a :

  • des ganglions lymphatiques enflés
  • un manque d'appétit
  • une perte de poids
  • des sueurs nocturnes importantes
  • de la fièvre
  • une sensation générale d’inconfort ou de maladie (malaise)
  • de la fatigue
  • un manque d'énergie (léthargie)
  • des démangeaisons (prurit)

Le risque de réapparition du LH chez l’enfant est le plus élevé au cours des 3 premières années qui suivent le traitement, c'est pourquoi un suivi étroit est nécessaire durant ce temps.

Planification des visites de suivi

Les visites de suivi pour le LH chez l’enfant sont habituellement ainsi prévues :

  • aux 3 à 4 mois au cours des premières années qui suivent le traitement;
  • aux 6 mois jusqu’à 5 ans après le traitement.

Au cours des visites de suivi

Lors d’une visite de suivi, l’équipe de soins pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et la capacité d’adaptation de votre enfant. Il est possible que le médecin fasse un examen physique complet dont :

  • palper les ganglions lymphatiques;
  • vérifier l’abdomen, la glande thyroïde et la peau.

Le suivi comporte habituellement un certain nombre d’examens qui permettent d’exclure une récidive du cancer et de vérifier si le cancer a causé des effets tardifs. Un enfant qui prend part à un essai clinique sera suivi selon les lignes directrices du protocole de l’essai. Votre enfant peut passer les analyses sanguines et les examens d’imagerie qui suivent.

Analyses sanguines

Les médecins peuvent demander les analyses sanguines suivantes dans le cadre du suivi :

  • formule sanguine complète (FSC)
  • vitesse de sédimentation globulaire (VSG)
  • dosage de la thyréostimuline (TSH) et de la thyroxine (T4)
  • dosage d’autres hormones

Le médecin vérifiera le taux de TSH et de T4 si l’enfant a reçu une radiothérapie au thorax, à la tête ou au corps tout entier. L’irradiation de ces régions peut affecter la glande thyroïde. Si le taux de TSH ou de T4 est bas, l’enfant pourrait devoir suivre au quotidien une hormonothérapie thyroïdienne substitutive pour réguler sa glande thyroïde.

Une radiothérapie à la tête et au cou, au thorax, à l'abdomen ou au bassin peut causer des troubles du développement à la puberté. La puberté risque, par exemple, de débuter plus tôt ou plus tard. Les médecins dirigent souvent les enfants qui ont reçu une radiothérapie à ces régions vers un endocrinologue pour un suivi spécialisé. Chez les garçons, on vérifie le taux d'hormone folliculo-stimulante (FSH), d'hormone lutéinisante (LH) et de testostérone. Chez les filles, on vérifie le taux de FSH, de LH et d'œstrogène.

Imagerie

Les médecins peuvent demander les examens d'imagerie suivants dans le cadre du suivi :

  • radiographie pulmonaire;
  • tomodensitométrie (TDM) ou imagerie par résonance magnétique (IRM) de la région où le cancer a pris naissance;
  • scintigraphie au gallium ou tomographie par émission de positrons (TEP) pour les enfants dont le risque de récidive est élevé

Si on observe une récidive lors du suivi, l’équipe d’oncologie évaluera votre enfant afin de déterminer les meilleures options de traitement.

Apprenez-en davantage sur les tests et interventions.

Questions à poser sur le suivi

Apprenez-en davantage sur les lignes directrices relatives au suivi à long terme du Children’s Oncology Group. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur le suivi à l’équipe de soins.

Histoires

David Rex Lorsque j’ai reçu mon diagnostic de cancer, une foule de questions me sont venues à l’esprit.

Lisez l’histoire de David

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus