Logo Société canadienne du cancer

Lymphome hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le lymphome hodgkinien chez l'enfant

Il est possible que les enfants atteints d'un lymphome hodgkinien et leurs parents se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de l'enfant, le type de cancer dont il est atteint, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un enfant et comment il réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de l'enfant que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques du lymphome hodgkinien.

Stade

Plus le stade est précoce, plus le pronostic est favorable. Les enfants atteints d'une maladie de stade avancé (stade III ou IV) ont un pronostic plus sombre.

Volume tumoral

On considère le volume de la tumeur comme un facteur pronostique négatif. Le volume tumoral décrit la taille de la tumeur dans les ganglions lymphatiques ou dans un organe.

Présence des symptômes B

La présence des symptômes B au moment du diagnostic est liée à un pronostic plus sombre.

Histoires

Ray Ellis in fireman gear J’ai perdu pas mal de frères à cause du cancer. Parce que j’inhale de la fumée et que je m’expose à des substances chimiques, je vis pratiquement chaque jour dans la crainte du cancer.

Lisez l'histoire de Ray

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus