Maladie trophoblastique gestationnelle

Vous êtes ici:

Soins de soutien pour la maladie trophoblastique gestationnelle

Les soins de soutien permettent de surmonter les obstacles physiques, pratiques, émotifs et spirituels engendrés par la maladie trophoblastique gestationnelle (MTG). Ils représentent une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes de cancer. De nombreux programmes et services permettent de répondre aux besoins et d’améliorer la qualité de vie de celles-ci et de leurs proches, en particulier une fois que le traitement est terminé.

Le rétablissement d’une MTG et l’adaptation à la vie après le traitement diffèrent d’une femme à l’autre. Ils varient selon le stade de la maladie, le type de traitement administré et bien d’autres facteurs. La fin du traitement peut engendrer des émotions partagées. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d’autres questions à régler, comme l’adaptation aux effets secondaires à long terme. Une femme qui a été traitée pour une MTG peut se préoccuper des aspects suivants.

Estime de soi et image corporelle

L’estime de soi désigne la façon par laquelle une personne se sent par rapport à elle-même. L’image corporelle désigne la façon par laquelle une personne perçoit son propre corps. La MTG et ses traitements peuvent nuire à l’estime de soi et à l’image corporelle d’une femme, souvent parce qu’ils entraînent des changements corporels, par exemple :

Certains de ces changements peuvent être temporaires, alors que d’autres dureront longtemps ou seront permanents.

Apprenez-en davantage sur l’adaptation aux problèmes touchant l’estime de soi et l’image corporelle.

Grossesse après le traitement

Les grossesses futures pourraient vous inquiéter après le traitement de la MTG. Chez les femmes qui ont déjà eu une MTG, le risque d’être atteinte de MTG de nouveau est accru. Toutefois, la plupart des femmes déjà traitées pour une MTG ont des grossesses normales. Toutes les grossesses futures devront être suivies attentivement.

Vous devriez attendre un certain temps après avoir été traitée avant de tomber enceinte. Durant cette période, il est donc recommandé d’adopter une méthode contraceptive efficace comme des contraceptifs oraux (la pilule). On conseille généralement d’attendre au moins 6 mois avant de tomber enceinte après le traitement d’une môle hydatiforme et au moins 1 an avant de tomber enceinte après le traitement d’une néoplasie trophoblastique gestationnelle.

Si vous tombez enceinte, on effectuera une échographie au cours du premier trimestre (souvent à la 6e et à la 10e semaine) pour vérifier la présence de MTG.

  • Il faudrait mesurer le taux de gonadotrophine chorionique humaine (HCG ou ß-HCG) environ 6 semaines après les naissances normales et les avortements spontanés (fausses couches) ou volontaires que vous aurez à l’avenir.
  • Après les naissances, il faudrait aussi examiner le placenta au microscope pour vérifier s’il présente des signes de MTG.

Certaines femmes peuvent tomber enceintes avant la période d’attente recommandée. La plupart d’entre elles auront une grossesse normale et sans problème. Cependant, les recherches révèlent que les grossesses ayant lieu dans les 6 premiers mois suivant le traitement d’une MTG maligne étaient associées à un risque plus élevé de :

  • fausse couche
  • accouchement d’un mort-né (fœtus mort après plus de 20 semaines de gestation)
  • anomalies congénitales

Sexualité

Beaucoup de femmes continuent de vivre des relations solides empreintes de soutien et d’avoir une vie sexuelle satisfaisante après une MTG. Si des troubles sexuels se manifestent à cause du traitement, il existe des moyens de les prendre en charge.

Il est possible que certaines femmes éprouvent moins de désir à avoir des relations sexuelles. Cette réaction est courante au moment du diagnostic et du traitement.

Apprenez-en davantage sur la sexualité et le cancer.

Autres préoccupations

Une femme qui a été traitée pour une MTG peut aussi se préoccuper des aspects suivants :

  • grossesse interrompue à cause d’une môle hydatiforme
  • incapacité de tomber enceinte après une hystérectomie (ablation de l’utérus)
  • fatigue
  • émotions, comme l’anxiété, la colère et la confusion

Certaines femmes trouvent utile de parler à un conseiller pour les aider à faire face à leurs préoccupations.

Questions à poser sur les soins de soutien

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les soins de soutien à votre équipe de soins.

Histoires

Dr Edward Chow Une nouvelle norme pour le soulagement de la douleur

Plus de details

Investir pour réduire le fardeau du cancer

Icône – tirelire

L’an dernier, la SCC a financé la recherche sur le cancer à hauteur de 40 millions de dollars, grâce à nos donateurs. Découvrez comment vous pouvez aider à réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus