Maladie trophoblastique gestationnelle

Vous êtes ici:

Diagnostic de la maladie trophoblastique gestationnelle

Le diagnostic est le processus qui vise à déterminer la cause d’un problème de santé. Dans le cas de la maladie trophoblastique gestationnelle (MTG), le processus diagnostique débute habituellement lorsque des examens normalement effectués en cours de grossesse semblent indiquer qu’il y a un problème avec celle-ci. Votre médecin vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera peut-être un examen physique. En se basant sur ces informations, il pourrait vous diriger vers un spécialiste ou vous prescrire des examens afin de vérifier la présence de MTG ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C’est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent provoquer des symptômes semblables à ceux causés par la MTG. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de MTG.

On a généralement recours aux épreuves qui suivent pour éliminer ou confirmer un diagnostic de MTG. De nombreux examens permettant de poser un diagnostic de MTG sont également employés pour savoir si celle-ci s’est propagée au-delà de l’utérus. Votre médecin pourrait aussi prescrire d’autres épreuves pour vérifier votre état général de santé et aider à planifier votre traitement.

Antécédents de santé et examen physique

Les antécédents de santé consistent en un bilan des symptômes, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne a éprouvés dans le passé. Votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents de :

  • symptômes pouvant indiquer la présence de MTG
  • môle hydatiforme

Votre médecin peut aussi vous questionner sur vos antécédents familiaux de MTG.

L’examen physique permet à votre médecin de rechercher tout signe de MTG. Lors de l’examen physique, celui-ci pourrait :

  • faire un examen pelvien pour vérifier l’utérus, le vagin, les ovaires, les trompes de Fallope, la vessie et le rectum à la recherche de tout changement inhabituel
  • palper l’abdomen pour vérifier si des organes (comme le foie) sont plus gros que la normale

Apprenez-en davantage sur l’examen physique et sur l’examen pelvien.

Échographie

Lors d’une échographie, on emploie des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images de certaines parties du corps. L’échographie pelvienne est un examen habituellement effectué en cours de grossesse. La MTG est souvent détectée lors d’une échographie normalement faite pendant la grossesse.

  • S’il y a une môle hydatiforme complète, l’échographie révèle qu’il n’y a pas de fœtus.
  • S’il y a une môle hydatiforme partielle, le fœtus ou le placenta peuvent sembler anormaux à l’échographie.

L’échographie est généralement le premier examen effectué si le médecin croit qu’une femme pourrait être atteinte d’une tumeur trophoblastique gestationnelle. Elle sert à :

  • diagnostiquer la présence de MTG
  • vérifier s’il reste des tissus dans l’utérus après l’accouchement
  • confirmer qu’il n’y a pas de nouvelle grossesse
  • vérifier s’il y a propagation à d’autres régions du bassin ou de l’abdomen

Dans certains cas, on peut insérer une sonde échographique dans le vagin (échographie transvaginale) afin d’aider à obtenir des images plus précises des structures du bassin.

Apprenez-en davantage sur l’échographie.

Dosage des marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont des substances que l’on trouve dans le sang, les tissus et les liquides prélevés du corps. Un taux anormal d’un marqueur tumoral peut signifier qu’une femme est atteinte de MTG.

On effectue habituellement un dosage des marqueurs tumoraux pour évaluer comment une personne réagit au traitement d’un cancer. Il peut aussi servir à diagnostiquer la MTG.

On peut mesurer les marqueurs tumoraux suivants pour détecter la MTG.

Gonadotrophine chorionique humaine (HCG ou ß-HCG)

La gonadotrophine chorionique humaine (HCG ou ß-HCG) est le marqueur tumoral dont on mesure le plus couramment le taux pour diagnostiquer la MTG. Il s’agit d’une hormone produite naturellement par le placenta pendant la grossesse. C’est cette hormone qui est détectée lors de certains tests de grossesse. On ne l’observe généralement pas chez les femmes en bonne santé qui ne sont pas enceintes.

On mesure habituellement le taux de HCG dans le sang, mais on peut aussi le faire dans l’urine. Le taux de HCG varie selon le type de MTG.

Hormone lactogène placentaire (HLP)

L’hormone lactogène placentaire (HLP) est un marqueur tumoral qui peut être mesuré dans le cadre du suivi d’une femme atteinte d’une tumeur trophoblastique du site placentaire. La HLP est normalement produite par le placenta lors de la grossesse et permet d’évaluer le fonctionnement du placenta en cas de grossesse à risque élevé. On ne la détecte habituellement pas chez les femmes qui ne sont pas enceintes.

Un faible taux de HLP peut signifier que le placenta et le fœtus ne se développent pas correctement. Le taux de HLP est élevé en présence de certains types de MTG.

Apprenez-en davantage sur le dosage des marqueurs tumoraux et la gonadotrophine chorionique humaine (HCG ou ß-HCG).

Formule sanguine complète (FSC)

La formule sanguine complète (FSC) permet d’évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. On y a généralement recours pour vérifier la présence d’une anémie causée par un saignement vaginal qui dure depuis longtemps.

Apprenez-en davantage sur la formule sanguine complète (FSC).

Dilatation et curetage (DC)

La dilatation et le curetage (DC) est une intervention chirurgicale lors de laquelle on utilise un instrument (curette) pour gratter le revêtement de l’utérus afin d’enlever du tissu anormal. De nombreuses femmes atteintes de MTG sont diagnostiquées lors d’une DC. En général, on fait une DC après une fausse couche ou une grossesse normale pour enlever les tissus qui restent parfois dans l’utérus.

Examen du placenta

Après l’accouchement, on envoie le placenta à un laboratoire pour qu’il soit examiné. Il arrive qu’on décèle alors une MTG dont on ne connaissait pas l’existence.

Analyses biochimiques sanguines

Lors des analyses biochimiques sanguines, on mesure le taux de certaines substances chimiques dans le sang. Elles permettent d’évaluer le fonctionnement de certains organes (comme le foie, les reins et la thyroïde) et de détecter des anomalies. Des taux élevés de certaines substances peuvent signifier que la MTG s’est propagée à l’un de ces organes ou à plusieurs d’entre eux.

Apprenez-en davantage sur les analyses biochimiques sanguines.

Radiographie pulmonaire

Lors d’une radiographie, on emploie de petites doses de radiation pour produire une image de certaines parties du corps sur un film. On y a recours pour savoir si la MTG s’est propagée aux poumons.

Apprenez-en davantage sur la radiographie.

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d’une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers pour produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, des tissus, des os et des vaisseaux sanguins. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées.

On a recours à la TDM pour savoir si la MTG s’est propagée à des organes hors de l’utérus, comme les poumons, le cerveau ou le foie.

On utilise parfois un produit de contraste lors d’une TDM afin d’obtenir des détails plus précis. Celui-ci est habituellement injecté dans une veine de la main ou du bras.

Apprenez-en davantage sur la tomodensitométrie (TDM).

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Lors de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), on emploie de puissantes forces magnétiques et des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, des tissus, des os et des vaisseaux sanguins. Un ordinateur assemble les clichés en images à 3 dimensions.

On effectue rarement une IRM, mais on peut le faire pour savoir si la MTG s’est propagée à l’encéphale (communément appelé cerveau) et à la moelle épinière ou si elle a envahi la paroi de l’utérus.

Apprenez-en davantage sur l’imagerie par résonance magnétique (IRM).

Tomographie par émission de positrons (TEP)

Lors d’une tomographie par émission de positrons (TEP), on emploie des matières radioactives appelées produits radiopharmaceutiques pour détecter des changements dans l’activité métabolique des tissus du corps. Un ordinateur analyse les modèles de distribution de la radioactivité et produit des images à 3 dimensions et en couleurs de la région examinée.

On effectue rarement une TEP, mais on peut le faire pour savoir si la MTG s’est propagée à l’extérieur de l’utérus ou si elle est réapparue après le traitement.

Certains appareils de TEP peuvent faire une TDM au même moment. On parle alors de TEP/TDM. La TEP/TDM aide parfois à diagnostiquer la MTG ou à en établir le stade.

Apprenez-en davantage sur la tomographie par émission de positrons (TEP).

Ponction lombaire

Lors d’une ponction lombaire (rachicentèse), on prélève une petite quantité de liquide céphalorachidien (LCR) dans l’espace entourant la colonne vertébrale afin de l’examiner au microscope. Le LCR est le liquide qui se trouve autour du cerveau et de la moelle épinière.

On peut faire une ponction lombaire pour mesurer le taux de HCG lorsque des symptômes semblent indiquer que la MTG s’est propagée au cerveau ou à la moelle épinière.

Apprenez-en davantage sur la ponction lombaire.

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.

produit de contraste

Substance utilisée pour certaines interventions diagnostiques qui permet de mieux voir des parties du corps lors d’une radiographie ou d’autres tests d’imagerie.

Dans la plupart des cas, le produit de contraste est injecté à l’intérieur ou autour de la structure à examiner.

Le produit de contraste est aussi appelé colorant de contraste ou substance de contraste.

Histoires

Sophie Lebel Ma famille est fière du travail que j’accomplis pour amener des changements positifs dans la vie des gens.

Lisez l’histoire de Dre Lebel

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus