Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la vésicule biliaire

Vous êtes ici:

Soins de soutien pour le cancer de la vésicule biliaire

Les soins de soutiensoins de soutienTraitement administré afin d’améliorer la qualité de vie d’une personne atteinte d’une maladie grave (comme le cancer). permettent aux gens de surmonter les obstacles physiques, pratiques, émotifs et spirituels engendrés par le cancer de la vésicule biliaire. C'est une composante importante des soins apportés aux personnes affectées par cette maladie. De nombreux programmes et services permettent de répondre aux besoins et d'améliorer la qualité de vie de ces personnes et de leurs proches, en particulier une fois que le traitement est terminé.

Se rétablir du cancer de la vésicule biliaire et s'adapter à sa vie après le traitement diffèrent pour chaque personne, selon l'étendue de la maladie, le type de traitement administré et bien d'autres facteurs. La fin du traitement d'un cancer peut engendrer des émotions partagées. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d'autres questions à régler, comme l'adaptation aux effets secondaires à long terme. Une personne qui a été traitée pour un cancer de la vésicule biliaire peut se préoccuper des aspects suivants.

Douleur

La douleur peut se manifester à cause d'un cancer de la vésicule biliaire ou de son traitement. Il est possible qu’une personne atteinte d'un cancer de la vésicule biliaire éprouve de la douleur si la tumeur se développe dans les nerfs et les organes voisins, comme le foie, l'intestin grêle et le pancréas, ou si elle bloque le canal cholédoque.

L'intensité de la douleur s'accentue souvent au fur et à mesure que le cancer évolue.

On peut ainsi traiter la douleur :

  • radiothérapie externe
    • La radiothérapie palliative peut permettre de soulager la douleur chez les personnes atteintes d’un cancer de la vésicule biliaire de stade avancé. Elle peut aider à réduire la taille d’une tumeur qui exerce une pression sur les nerfs ou sur d’autres organes.
  • chirurgie ou interventions palliatives
    • On n’a pas recours à la chirurgie ou aux interventions palliatives pour enlever la tumeur. Elles permettent plutôt de soulager la douleur et de rétablir l’écoulement de la bile si la tumeur bloque le canal biliaire. La chirurgie et les interventions palliatives peuvent comprendre une dérivation biliaire ou l’insertion d’un extenseur ou d’un cathéter.
  • médicaments antidouleur
    • La prise de médicaments antidouleur pourrait être nécessaire, en particulier si le cancer de la vésicule biliaire est à un stade avancé.
  • injection d’alcool
    • On peut faire une injection d’alcool pour aider à soulager la douleur. On injecte l’alcool à l’intérieur ou autour des nerfs (blocage nerveux) qui transmettent les sensations de douleur de la vésicule biliaire et de la région intestinale jusqu’au cerveau. L’alcool aide à anesthésier les nerfs et à atténuer la douleur.

Jaunisse

La jaunisse peut se manifester en présence d’un cancer de la vésicule biliaire. Lorsqu’une tumeur à la vésicule biliaire bloque (obstrue) la vésicule ou un canal biliaire ou se propage (métastases) au foie, la bile ne peut pas s’écouler correctement. La bile s’accumule alors dans le sang et la peau, causant ainsi une jaunisse.

La jaunisse engendre les effets suivants :

  • jaunissement de la peau et du blanc des yeux
  • urine jaune foncée
  • démangeaisons intenses (prurit)
  • selles pâles

Le traitement vise à dégager l’obstruction et à soulager les symptômes de la jaunisse. Une chirurgie ou des interventions auxquelles on peut avoir recours pour dégager une obstruction dans les voies biliaires sont entre autres celles-ci :

  • insertion d’un petit tube en métal ou en plastique (extenseur) pour maintenir le canal biliaire ouvert
  • insertion d’un tube (cathéter) pour aider à drainer la bile
  • création d’une dérivation biliaire pour former une voie de drainage à la bile tout autour du blocage

On peut soulager les démangeaisons en :

  • prenant des médicaments anti-démangeaisons, y compris :
    • des antihistaminiques oraux
    • de la cholestyramine (Questran), médicament qui se lie aux sels biliaires dans le corps afin qu’ils puissent être excrétés
  • appliquant un traitement topique (crème ou lotion qu’on applique sur la peau), dont :
    • une crème à base de corticostéroïdes
    • une lotion calamine
    • une crème antihistaminique
  • employant un savon doux et en appliquant une lotion hydratante après le bain
  • utilisant une préparation pour le bain à base d’huile ou d’avoine
  • ne portant pas de vêtements de laine ou de tissu synthétique qui peuvent irriter la peau
  • portant des vêtements amples
  • gardant l’environnement frais et humide

Perte d’appétit

Beaucoup de personnes atteintes d’un cancer de la vésicule biliaire reçoivent ce diagnostic alors que la maladie est à un stade avancé. Au fil de l’évolution du cancer, elles peuvent perdre l'appétit et leur apport nutritionnel peut être insuffisant. La perte d’appétit peut amener une personne à maigrir. La jaunisse entraîne parfois un changement du goût. Les nausées et vomissements peuvent aussi affecter l’appétit.

Il peut être utile de consommer en faibles quantités des aliments ou des liquides riches en calories, de prendre de petits repas plus fréquents ainsi que des suppléments nutritionnels. Les antinauséeux peuvent permettre de maîtriser les nausées et les vomissements. Certaines personnes tolèrent mieux les aliments froids ou préfèrent utiliser une coutellerie en plastique si les aliments ont un goût métallique. Lorsqu’approprié, le médecin peut prescrire des médicaments pour aider à stimuler l’appétit.

Adaptation à un cancer de la vésicule biliaire de stade avancé

On offre des soins palliatifs aux personnes atteintes d’un cancer de la vésicule biliaire de stade avancé. C’est un type particulier de soins qui a comme but d’assurer le plus possible le confort de la personne, de soulager ses symptômes, de lui offrir du soutien et d’améliorer ou de maintenir sa qualité de vie.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur les soins de soutien après un traitement.

Histoires

Rebecca and James Hamm Nous trouvions très important que la collecte se fasse en l’honneur de mon oncle, car c’était un formidable moyen pour nous de lui manifester notre solidarité.

Lisez l’histoire de James et Rebecca

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus