Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la vésicule biliaire

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer de la vésicule biliaire

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Mais il arrive parfois que le cancer de la vésicule biliaire se développe chez des personnes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

Les femmes sont plus souvent atteintes du cancer de la vésicule biliaire que les hommes. Les calculs biliaires et l'inflammation de la vésicule biliaire surviennent plus fréquemment chez la femme, ce qui peut faire augmenter leur risque de cancer de la vésicule biliaire.

Le nombre de cas de cancer de la vésicule biliaire augmente avec l'âge. La plupart des personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer de la vésicule biliaire ont plus de 65 ans.

Le taux de cancer de la vésicule biliaire est supérieur dans certains pays et certains groupes ethniques. Il est plus élevé que la moyenne en Israël, en Inde, en Amérique latine, dans l'est de l'Asie et en Europe. En Amérique du Nord, le nombre de personnes atteintes du cancer de la vésicule biliaire est peu élevé sauf chez les membres des Premières Nations du Canada et les Autochtones américains ainsi que les Hispaniques.

Les facteurs de risque sont généralement énumérés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer de la vésicule biliaire.

Calculs biliaires

La présence de calculs biliaires dans la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire. Les calculs biliaires sont de petits dépôts solides de cholestérol et d'autres substances, qui peuvent causer l’inflammation de la vésicule biliaire. La formation de calculs biliaires est courante, en particulier chez la femme. Des antécédents de calculs biliaires est le facteur de risque le plus courant du cancer de la vésicule biliaire. Mais seulement un très petit nombre de personnes ayant des antécédents de calculs biliaires seront atteintes du cancer de la vésicule biliaire.

Inflammation chronique

L’inflammation de la vésicule biliaire est appelée cholécystite. Une inflammation chronique, ou de longue date, de la vésicule biliaire peut accroître votre risque de cancer de la vésicule biliaire.

De nombreux facteurs de risque du cancer de la vésicule biliaire, y compris les calculs biliaires et l’infection bactérienne, peuvent causer de l’inflammation. Cela fait augmenter le risque de cancer de la vésicule biliaire. La cholangite sclérosante primitive, une maladie affectant les canaux biliaires, peut aussi causer une inflammation chronique et un risque accru de cancer de la vésicule biliaire.

Vésicule porcelaine

La vésicule porcelaine est une affection peu courante. Des particules de calcium se fixent sur les parois de la vésicule biliaire, qui peuvent durcir (se calcifier). Cette affection peut être causée par une inflammation chronique de la vésicule biliaire, habituellement en raison de la présence de calculs biliaires.

Kystes cholédociens

Les kystes cholédociens (maladie kystique congénitale de l’arbre biliaire) sont rares. Ils sont causés par une augmentation anormale de la taille des canaux biliaires à la naissance (origine congénitale). Les kystes cholédociens peuvent causer l’inflammation des canaux biliaires et de la vésicule biliaire et y faire circuler la bile anormalement.

Jonction pancréaticobiliaire anormale

La jonction pancréaticobiliaire est l'endroit où le canal pancréatique et le canal cholédoque se rejoignent, à l'extérieur du premier segment de l'intestin grêle (duodénum). Lorsqu'il y a une anomalie de cette jonction, on parle d'une jonction pancréaticobiliaire anormale. Il s’agit d’une anomalie rare qui est présente à la naissance. Cette anomalie force les sucs digestifs du pancréas à retourner dans les canaux biliaires plutôt que dans l'intestin grêle, ce qui peut causer une irritation chronique de la vésicule biliaire.

Infection bactérienne

Les infections bactériennes chroniques peuvent causer une inflammation chronique ou une irritation chronique de la vésicule biliaire et accroître le risque de cancer de la vésicule biliaire. Ces infections peuvent comprendre les suivantes :

  • La bactérie Salmonella typhi (S. typhi) cause la fièvre typhoïde. Les bactéries demeurent parfois dans le corps de la personne atteinte sans toutefois causer de symptômes. Les personnes porteuses ont souvent des calculs biliaires, ce qui peut contribuer à la hausse du risque de cancer de la vésicule biliaire.
  • Les bactéries Helicobacter bilis (H. bilis) et Helicobacter pylori (H. pylori) ont toutes deux été associées à un risque accru de cancer de la vésicule biliaire. La présence d’une Helicobacter peut engendrer la formation de calculs biliaires et ainsi mener à une cholécystite.

Embonpoint ou obésité

La recherche révèle que l’embonpoint ou l’obésité sont des facteurs de risque du cancer de la vésicule biliaire. On a établi un lien entre l’obésité et la présence de calculs biliaires, le facteur de risque le plus courant du cancer de la vésicule biliaire.

Polypes

Un polypepolypePetite masse en forme de chou-fleur qui se développe aux dépens d’une muqueuse, comme celle qui tapisse le côlon, la vessie, l’utérus (matrice), les cordes vocales ou les voies nasales. vésical est une masse qui se développe dans le revêtement interne de la vésicule biliaire. La plupart des polypes ne sont pas cancéreux. Les polypes de plus de 1 cm de diamètre sont plus susceptibles de devenir cancéreux. On détecte plus souvent des polypes vésicaux cancéreux chez les personnes âgées.

Exposition au Thorotrast

Le Thorotrast (dioxyde de thorium) est un produit de contrasteproduit de contrasteSubstance utilisée pour certaines interventions diagnostiques qui permet de mieux voir des parties du corps lors d’une radiographie ou d’autres tests d’imagerie. qui était employé autrefois pour les examens d'imagerie. Des études ont révélé que les personnes à qui on a injecté du Thorotrast risquent davantage d’être un jour atteintes d’un cancer de la vésicule biliaire.

Facteurs de risque possibles

On a établi un certain lien entre les facteurs qui suivent et le cancer de la vésicule biliaire, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour dire qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement du cancer de la vésicule biliaire.

Antécédents familiaux

Si vous avez des antécédents familiaux de cancer de la vésicule biliaire, vous pourriez présenter un risque plus élevé d'être atteint de cette maladie.

Diabète

On a établi un lien entre des antécédents de diabète et une hausse du risque de certains cancers gastro-intestinaux, dont un risque légèrement plus élevé de cancer de la vésicule biliaire.

Gastrectomie partielle

Les personnes qui ont subi une gastrectomie partielle (estomac enlevé en partie) présentent un risque accru de cancers des voies biliaires, dont le cancer de la vésicule biliaire. Cela peut être lié au risque plus élevé de calculs biliaires après une gastrectomie partielle.

Nombre de grossesses

Certaines recherches ont démontré un lien entre de multiples grossesses et une hausse du risque de cancer de la vésicule biliaire. Cela pourrait être dû au risque accru de formation de calculs biliaires durant une grossesse.

Facteurs de risque inconnus

On ne sait pas s’il y a un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer de la vésicule biliaire. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. On doit faire plus de recherches afin de savoir si les éléments suivants sont des facteurs de risque du cancer de la vésicule biliaire :

  • Exposition professionnelle à des substances chimiques toxiques dans certaines industries, comme l’industrie de l’automobile, du caoutchouc, du textile et des métaux
  • Certains médicaments, comme les contraceptifs oraux (la pilule) et le méthyldopa
  • Eau potable polluée aux pesticides ou aux métaux lourds
  • Café, tabac et alcool

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Sophie Lebel Ma famille est fière du travail que j’accomplis pour amener des changements positifs dans la vie des gens.

Lisez l’histoire de Dre Lebel

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus