Cancer de la vésicule biliaire

Vous êtes ici:

Classification histologique du cancer de la vésicule biliaire

Le grade décrit l’apparence des cellules cancéreuses comparativement à celle des cellules normales. Pour établir le grade, le pathologiste examine au microscope un échantillon de tissu prélevé dans la tumeur. Il assigne ensuite un grade de 1 à 3 au cancer de la vésicule biliaire. Plus ce nombre est bas, plus le grade l’est aussi.

On utilise le terme différenciation pour désigner à quel point les cellules cancéreuses sont différentes.

Les cellules cancéreuses de bas grade sont bien différenciées. Elles ont presque l’air de cellules normales. Elles ont tendance à se développer lentement et risquent moins de se propager.

Les cellules cancéreuses de grade intermédiaire sont modérément différenciées. Leur apparence et la vitesse à laquelle elles se développent sont à mi-chemin de celles des cellules de bas grade et de celles des cellules de haut grade.

Les cellules cancéreuses de haut grade sont peu différenciées ou indifférenciées. Leur apparence est moins normale, ou plus anormale. Elles ont tendance à se développer plus rapidement et sont plus susceptibles de se propager que les cellules cancéreuses de bas grade.

Le fait de connaître le grade donne à votre équipe de soins une idée de la rapidité à laquelle le cancer peut se développer et de la probabilité de sa propagation. Cela l’aide à planifier votre traitement. Le grade peut aussi aider l’équipe de soins à déterminer l’issue possible de la maladie (le pronostic) et à prévoir comment le cancer pourrait réagir au traitement.

Histoires

Paul Newcombe Être bénévole durant le Mois de la jonquille est une expérience incroyablement gratifiante, qu’on ait été touché ou non par le cancer.

Lisez l’histoire de Paul

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus