Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’œil

Vous êtes ici:

Chirurgie au laser pour le cancer de l’œil

Lors d'une chirurgie au laser (aussi appelée photocoagulation), on a recours à un étroit faisceau de lumière intense (faisceau laser). La chirurgie au laser ne constitue pas l’un des traitements principaux du cancer de l’œil. On n’y a pas recours pour traiter le lymphome oculaire. À l’occasion, on l’emploie dans le traitement du mélanome intraoculaire :

  • après une radiothérapie, pour détruire les cellules cancéreuses qui restent et réduire le risque de réapparition du cancer (traitement adjuvantadjuvantTraitement administré en plus du traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) pour aider à réduire le risque de réapparition (récidive) de la maladie (comme le cancer).)
  • lorsqu’il y a récidive

On peut aussi avoir recours à la chirurgie au laser pour traiter les effets secondaires dus à une radiothérapie antérieure à l’œil.

On pratique habituellement la chirurgie au laser sous anesthésieanesthésieMédicament qui cause l’anesthésie (perte partielle ou totale de sensation ou de conscience). locale. Il peut être nécessaire d’effectuer plusieurs traitements.

La thermothérapie transpupillaire (TTP) ressemble à la chirurgie au laser. Lors d’une TTP, on utilise une lumière infrarouge qui produit de la chaleur pour détruire des cellules. La TTP n’est employée que comme traitement adjuvant. Il faut habituellement administrer de 1 à 3 traitements. La TTP est moins susceptible d’endommager la rétine que la chirurgie au laser.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur la chirurgie au laser.

Histoires

Paul Newcombe Être bénévole durant le Mois de la jonquille est une expérience incroyablement gratifiante, qu’on ait été touché ou non par le cancer.

Lisez l’histoire de Paul

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus