Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’œil

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer de l'œil

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état qui accroît le risque d’apparition du cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Mais il arrive parfois que le cancer de l'œil se développe chez des personnes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

En général, le cancer de l'œil tend à se manifester plus souvent chez les personnes de race blanche que chez celles qui appartiennent à d'autres groupes ethniques. Au Canada, le nombre de nouveaux cas de cancer de l'œil diagnostiqués chaque année (incidence) commence à augmenter chez les personnes au début de la trentaine. Le cancer de l'œil affecte généralement autant l'homme que la femme, mais il survient plus souvent chez l’homme à partir de l’âge de 50 ans.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer de l'œil.

Mélanose acquise primitive

La mélanose acquise primitive (MAP) est une affection de la conjonctive de l'œil, soit la muqueusemuqueuseCouche mince et humide de tissu qui tapisse certains organes et cavités du corps, dont le nez, la bouche, les poumons, les voies respiratoires, le vagin et le tube digestif. claire qui tapisse la surface intérieure des paupières ainsi que la surface extérieure de l’œil. La MAP se manifeste sous la forme d'une plaque brune plate qui contient un grand nombre de mélanocytes. Les mélanocytes sont les cellules qui produisent la mélanine, c’est-à-dire la substance qui donne la couleur à la peau, aux yeux, aux poils et aux cheveux.

La MAP affecte le plus souvent les personnes de race blanche. Elle fait augmenter le risque de mélanome de la conjonctive, un type de cancer de l'œil.

Mélanose oculaire

La mélanose oculaire (aussi appelée mélanose oculo-cutanée ou nævus d'Ota) est une affection rare de l'œil qui est présente à la naissance. Les personnes atteintes de cette maladie ont un nombre plus élevé de mélanocytes et plus de mélanine que la normale dans leurs yeux et autour de ceux-ci.

La mélanose oculaire fait augmenter le risque de développer un mélanome intraoculaire, le type le plus courant de cancer de l'œil.

Peau, yeux, poils et cheveux de couleur pâle

Les personnes dont le teint est clair ou pâle risquent davantage d'être atteintes d'un mélanome intraoculaire que les personnes dont le type de peau est différent. Les personnes qui ont les poils et les cheveux blonds ou roux et les yeux bleus, verts ou gris ont également un risque accru de développer un mélanome intraoculaire. Leur risque est plus élevé puisque les personnes ayant ces caractéristiques ont moins de mélanine. La mélanine est la substance qui donne la couleur à la peau, aux yeux, aux poils et aux cheveux. Les spécialistes croient qu’elle aide aussi à protéger la peau des rayons ultraviolets (UV).

Grains de beauté sur la peau

Un grain de beauté est une masse non cancéreuse sur la peau, qui est habituellement de couleur brun clair, brun foncé ou couleur chair. Les grains de beauté ne sont habituellement pas présents à la naissance, mais ils commencent souvent à apparaître au cours de l'enfance. Les personnes qui ont des grains de beauté sur la peau risquent davantage de développer un mélanome intraoculaire dans l’uvée (mélanome uvéal). L’uvée est la couche moyenne de la paroi de l’œil qui forme la partie externe du globe oculaire.

Les grains de beauté atypiques peuvent faire augmenter le risque de mélanome intraoculaire. Un grain de beauté atypique (nævus dysplasique) possède un aspect qui diffère de celui du grain de beauté normal. Beaucoup de grains de beauté atypiques mesurent au moins 5 mm de diamètre, ce qui est plus gros que la normale, et possèdent une forme irrégulière et une bordure non définie.

Les personnes ayant des antécédents de syndrome du nævus dysplasique risquent aussi davantage d’être un jour atteintes d’un mélanome intraoculaire. Le syndrome du nævus dysplasique, parfois appelé syndrome du nævus atypique ou syndrome FAMMM (mélanomes atypiques multiples familiaux), est un trouble héréditaire qui se caractérise par un grand nombre de grains de beauté sur le corps.

Bronzage artificiel

Les lits de bronzage et les lampes solaires émettent des rayons ultraviolets (UV) qui peuvent endommager les yeux et faire augmenter le risque de mélanome intraoculaire.

Soudage

Les soudeurs ont un risque plus élevé que la moyenne de développer un cancer de l'œil, en particulier un mélanome intraoculaire. Ce risque accru est vraisemblablement attribuable à l'exposition aux rayons ultraviolets (UV) émis par les outils de soudage. Il peut aussi être dû à l’exposition à d'autres substances nocives en milieu de travail.

VIH ou sida

Les personnes qui ont une infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH) ou qui sont atteintes du syndrome d'immunodéficience acquise (sida) risquent davantage de développer les types de cancer oculaire qui suivent :

  • lymphome de l'œil
  • carcinome épidermoïde de la conjonctive

Le risque accru de développer ces types de cancer peut être dû au fait que le virus affaiblit le système immunitaire ou affecte le corps d’autres façons.

Facteurs de risque possibles

On a établi un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer de l'œil, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour dire qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement du cancer de l'œil.

Exposition au soleil

Le soleil est la source principale de rayons ultraviolets (UV). L'exposition au soleil est un facteur de risque connu du mélanome cutané. La recherche a aussi montré qu’elle est liée au mélanome de l’œil (mélanome intraoculaire) ainsi qu’au carcinome épidermoïde de la conjonctive.

Des scientifiques croient que l'exposition au soleil pourrait être un facteur de risque du cancer de l'œil pour plusieurs raisons. Ils ont remarqué que le mélanome apparaît dans les régions de l'œil qui sont les plus exposées à la lumière solaire. Ils ont également constaté que le mélanome de l’œil et le mélanome cutané partagent certains facteurs de risque, comme d’avoir la peau ou les yeux de couleur pâle. Certaines données probantes laissent aussi entendre que les personnes qui travaillent à l'extérieur risquent davantage de développer un cancer de l'œil.

Grains de beauté sur l’œil

Tout comme les grains de beauté sur la peau, les grains de beauté sur l’œil (nævi oculaires) sont non cancéreux. Les personnes qui ont des grains de beauté sur l’œil peuvent toutefois avoir un risque accru de développer un mélanome oculaire.

Mutations génétiques

On a établi un lien entre certains changements, ou mutations, génétiques et un plus grand risque de cancer de l'œil. Les chercheurs continuent d’étudier les gènes pour trouver lesquels pourraient jouer un rôle dans le développement du cancer de l'œil.

Mutation du gène BAP1

Le gène BAP1 (BRCA1 associated protein-1) aide à contrôler la croissance cellulaire et peut limiter la croissance des cellules cancéreuses. C’est ce qu’on appelle un gène suppresseur de tumeur. Une mutation du gène BAP1 peut faire augmenter le risque de mélanome uvéal, mais aussi de mésothéliome et de mélanome cutané. Les professionnels de la santé disent parfois des personnes ayant une mutation génétique au gène BAP1 qu’elles ont le syndrome BAP1.

Mutation du gène GNA11

Le gène GNA11 produit une protéine qui aide à contrôler la croissance cellulaire et le processus normal de mort programmée des cellules (apoptose). Ce gène se trouve dans certains types de cellules, y compris dans les cellules des yeux, de la peau, du cœur et du cerveau. Une mutation du gène GNA11 peut faire augmenter le risque de mélanome uvéal.

Antécédents familiaux de mélanome intraoculaire

Dans certaines familles, on observe plus de cas de mélanome intraoculaire que ce à quoi on s'attend par hasard. Lorsqu'il y a des antécédents familiaux de mélanome intraoculaire, c'est qu'un ou plusieurs proches parents par le sang ont reçu un diagnostic de cette maladie. Parfois on ne sait pas exactement si cette disposition familiale est due au hasard, à un mode de vie que des membres de la famille ont en commun, à un facteur héréditaire (comme d’avoir une mutation du gène BAP1) ou bien à une association de ces éléments.

Le syndrome BAP1 est un syndrome héréditaire qui a un lien avec un risque accru de mélanome uvéal, un type de mélanome intraoculaire.

Exposition professionnelle

Les personnes qui œuvrent dans l'industrie chimique, y compris les chimistes, les ingénieurs chimistes et les techniciens en chimie, ou dans l’industrie culinaire peuvent courir un risque accru d’être atteintes du cancer de l'œil. On doit mener d'autres recherches pour comprendre comment le travail dans ces industries fait augmenter le risque.

Taches de rousseur

La présence de taches de rousseur, en particulier chez l’enfant, peut accroître le risque de développer un cancer de l'œil. Ce lien entre les taches de rousseur et le cancer de l’œil pourrait être attribuable à l'exposition aux rayons UV du soleil, ce qui contribue à l'apparition de taches de rousseur.

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer si les facteurs suivants sont liés au cancer de l'œil. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Il faut mener d’autres recherches pour savoir si les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du cancer de l'œil :

  • antécédents personnels de mélanome cutané
  • antécédents familiaux de cancer du sein ou de l'ovaire (le risque de cancer de l’œil peut être lié à une mutation du gène BRCA2)
  • prise de médicaments qui affaiblissent le système immunitaire (immunosuppresseurs)
  • infection au virus du papillome humaine (VPH), qui pourrait avoir un lien avec le carcinome épidermoïde de la conjonctive
  • infection à Chlamydophila psittaci (C. psittaci), qui pourrait avoir un lien avec le lymphome intraoculaire

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Stella Gentil-Perret C’est un formidable système de soutien

Lisez l'histoire de Stella

Transport vers les centres de traitement du cancer

Illustration d’une automobile

Depuis plus de 50 ans, le programme de transport de la Société canadienne du cancer aide les patients à canaliser leurs énergies dans leur combat contre le cancer sans avoir à se préoccuper de trouver un moyen de se rendre à leurs traitements.

Apprenez-en plus