Cancer de l’œil

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer de l’œil

Si vous êtes atteint d’un cancer de l’œil, vous vous posez peut-être des questions sur votre pronostic. Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera une personne et comment il réagira au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul un médecin qui connaît bien vos antécédents de santé, le type de cancer dont vous êtes atteint, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques du cancer de l’œil.

Stade

Le stade est un facteur pronostique important du cancer de l’œil. Un cancer de l’œil dont le stade est bas engendre un meilleur pronostic.

Emplacement du cancer

L’emplacement du cancer de l’œil aide à établir le pronostic.

Mélanome intraoculaire

Le mélanome de l’iris engendre souvent un meilleur pronostic que le mélanome de la choroïde ou du corps ciliaire. Étant donné qu’on peut voir le mélanome de l’iris de l’extérieur, on le détecte souvent à un stade précoce, alors qu’il est petit. Puisqu’on diagnostique habituellement le mélanome du corps ciliaire ou de la choroïde à un stade plus avancé, leur pronostic est plus sombre. Un mélanome qui prend naissance dans d’autres parties de l’œil et qui se propage (métastases) au corps ciliaire engendre également un pronostic plus sombre.

Lymphome de l’œil

Un lymphome qui prend naissance hors du globe oculaire (lymphome extraoculaire) engendre habituellement un meilleur pronostic qu’un lymphome qui apparaît à l’intérieur du globe oculaire (lymphome intraoculaire).

Propagation du cancer hors de l’œil

Un cancer qui s’est propagé hors de l’œil engendre un pronostic plus sombre qu’un cancer qui ne s’est pas propagé hors de l’œil.

Type de cellule

Le mélanome intraoculaire à cellules fusiformes engendre un meilleur pronostic que le mélanome intraoculaire à cellules épithélioïdes ou que le mélanome intraoculaire à cellules mixtes (mélange de ces deux types de cellules). La plupart des mélanomes de l’iris sont formés de cellules fusiformes, alors ils ont tendance à engendrer un pronostic favorable.

Fréquence des mitoses

La fréquence des mitoses correspond au nombre de cellules qui sont en train de se diviser (mitose) quand on les observe au microscope. La tumeur dont la fréquence des mitoses est élevée a tendance à se développer plus rapidement que la tumeur dont la fréquence des mitoses est basse. Un cancer de l’œil dont la fréquence des mitoses est basse engendre un meilleur pronostic qu’un cancer de l’œil dont la fréquence des mitoses est élevée.

Taille de la tumeur

En général, une petite tumeur à l’œil engendre un meilleur pronostic qu’une grosse tumeur. Le mélanome intraoculaire de petite taille risque moins de se propager que la tumeur plus volumineuse.

Les personnes dont le mélanome intraoculaire est de taille petite ou moyenne sont plus susceptibles de voir avec leur œil atteint à la suite du traitement que les personnes dont la tumeur est grosse.

Changements chromosomiques

Si on enlève du tissu dans la tumeur par biopsie ou lors d’une chirurgie, on pourrait avoir recours aux tests génétiques pour chercher des changements dans les chromosomes. Certains changements chromosomiques sont liés à une hausse du risque de propagation du cancer et à un pronostic plus sombre. Voici certains de ces changements :

  • absence du chromosome 3 (monosomie 3)
  • perte d’une partie du chromosome 6 (6q)
  • copie supplémentaire d’une partie du chromosome 8 (8q)

Chez les personnes atteintes d’un mélanome intraoculaire qui ont perdu une partie ou la totalité d’une copie du chromosome 3, la tumeur a tendance à être plus grosse, à s’être propagée au corps ciliaire et à être formée de cellules épithélioïdes.

Les personnes qui ont une partie supplémentaire du chromosome 6 (gain 6p) ont tendance à avoir un meilleur pronostic.

Changements génétiques

Les personnes dont la tumeur a certaines mutations génétiques ou un trop grand nombre de copies (surexpression) de gènes spécifiques ont tendance à avoir un pronostic moins favorable. Les changements génétiques suivants sont liés à un pronostic plus sombre pour les personnes atteintes d’un mélanome intraoculaire :

  • trop de copies du gène DDEF1 sur le chromosome 8
  • mutations BAP1

Profil d’expression génétique pour établir le risque de propagation du cancer

Le profil d'expression génétique est une façon pour les médecins d’analyser de nombreux gènes à la fois afin de savoir lesquels sont actifs et lesquels ne le sont pas. Les médecins ont découvert que le profil d’expression génétique peut aider à prévoir le risque de propagation du cancer chez les personnes atteintes d’un mélanome uvéal, qui est un type de mélanome intraoculaire. Ce test aide à classer le cancer dans l’un des 2 groupes appelés classes. Le mélanome uvéal de classe 1 a un meilleur pronostic que le mélanome uvéal de classe 2.

Marqueur tumoral Ki-67

Le marqueur tumoral est une substance présente naturellement dans le corps. Une quantité anormale d’un marqueur tumoral peut révéler la présence du cancer ou aider à établir le pronostic. Le Ki-67 est un marqueur tumoral qui indique que des cellules se divisent. Le mélanome intraoculaire qui présente le marqueur Ki-67 risque de se propager à d’autres parties du corps.

Âge

Les personnes qui sont jeunes ont un meilleur pronostic que les personnes plus âgées.

Histoires

Dr Lisa Barbera Des valeurs de référence canadiennes pour la qualité des soins du cancer en fin de vie

Plus de details

Réduisez votre risque

Icône – silhouette en train de courir

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer montre que le cancer est la première cause de mortalité au Canada. Apprenez comment vous pouvez réduire votre risque.

Apprenez-en plus