Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’œil

Vous êtes ici:

Carcinome épidermoïde de la conjonctive

Le carcinome épidermoïde est le type de cancer de la conjonctive le plus courant chez les adultes. Il est néanmoins un cancer peu commun.

Les cellules squameuses sont des cellules plates et minces qui recouvrent beaucoup de surfaces externes et internes du corps. Le carcinome épidermoïde de la conjonctive a tendance à survenir chez les personnes âgées (l’âge moyen des personnes au moment du diagnostic est de 60 ans). Ce type de carcinome affecte également plus l’homme que la femme. Cela s’explique peut-être par le fait que les emplois dans lesquels les personnes ont tendance à être exposées au soleil pendant une longue période sont typiquement occupés par les hommes. Les personnes atteintes du sida courent un risque accru de développer certains cancers, y compris le carcinome épidermoïde de la conjonctive.

Signes et symptômes

La tumeur apparaît souvent dans la région près du nez ou de la tempe. Elle peut prendre diverses formes :

  • une tache blanche, de couleur chair ou rouge
  • une masse arrondie et en relief
  • une masse d’apparence gélatineuse

La tumeur peut causer une irritation de l’œil ou une conjonctivite chronique (inflammation de la conjonctive). Si une conjonctivite dure plus de 3 mois, on devrait envisager l’existence d’un carcinome épidermoïde de la conjonctive. Le carcinome épidermoïde peut souvent avoir l’apparence d’un ptérygion, qui est une masse bénigne sur la conjonctive.

Retour au menu

Grades

La classification histologique permet de regrouper les cellules cancéreuses selon leur apparence et leur comportement lorsqu’on les observe au microscope. On détermine le grade du carcinome épidermoïde de la conjonctive en fonction de l’apparence et du comportement des cellules cancéreuses qu’on compare à ceux des cellules normales (différenciation) et de leur vitesse de croissance.

Retour au menu

Stades

La stadification est une façon de décrire ou de classer un cancer selon l’étendue de la maladie dans l’organisme. Le système de stadification auquel on a le plus souvent recours dans le cas du carcinome épidermoïde de la conjonctive est la classification TNM. L’Union internationale contre le cancer (UICC) a recours à la classification TNM pour décrire l’étendue de nombreuses tumeurs cancéreuses solides.

On a recours à la classification TNM suivante dans le cas du carcinome épidermoïde de la conjonctive. Le mélanome de la conjonctive et le lymphome de la conjonctive sont classés différemment.

TNM

TNM signifie Tumeur, Nodes (terme anglais pour les ganglions lymphatiques) et Métastases. La classification TNM prend en compte :

  • la taille de la tumeur primitive
  • le nombre de ganglions lymphatiques régionaux qui contiennent des cellules cancéreuses et leur emplacement
  • la propagation du cancer, ou métastases, vers une autre partie du corps

Tumeur primitive (T)

TX

Impossible d’évaluer la tumeur primitive

T0

Aucun signe de tumeur primitive

Tis

Carcinome in situCarcinome in situCancer à un stade très précoce : les cellules tumorales n’ont pas encore envahi les tissus voisins.

T1

Tumeur de 5 mm (0,2 po) ou moins

T2

Tumeur de plus de 5 mm, mais ne s’étant pas propagée aux structures voisines*

T3

Tumeur s’étant propagée aux structures voisines

T4

Tumeur s’étant propagée à l’orbite ou aux structures au-delà de l’orbite

T4a – Tumeur s’étant propagée aux tissus mous de l’orbite mais pas à l’os orbital

T4b – Tumeur s’étant propagée à l’os

T4c – Tumeur s’étant propagée aux sinus paranasaux

T4d – Tumeur s’étant propagée au cerveau

*Nota : Les structures voisines (adjacentes) comprennent la cornée, les compartiments intraoculaires, le fornix, la conjonctive palpébrale ou tarsale, le point lacrimal, les canalicules lacrymaux, le repli semi-lunaire, la caroncule, les lamelles postérieures et antérieures de la paupière et le rebord des paupières. L’étendue de la tumeur sur la cornée est mesurée en heures, comme sur une horloge. Pour ce faire, on divise la cornée en 12 segments, de la même manière que les heures sont divisées sur une horloge. On peut aussi diviser la cornée en 4 parties (quadrants) qui correspondent à 3, 6, 9 ou 12 heures. On utilise ces divisions pour déterminer l’étendue de la tumeur de la conjonctive dans la cornée.

Ganglions lymphatiques régionaux (N)

NX

Impossible d’évaluer les ganglions lymphatiques régionaux

N0

Absence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux

N1

Présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux

Nota : Les ganglions lymphatiques régionaux comprennent ceux situés autour de l’oreille (ganglions préauriculaires), de la mâchoire inférieure (ganglions sous-mandibulaires) et du cou (ganglions cervicaux).

Métastases à distance (M)

M0

Absence de métastases à distance

M1

Présence de métastases à distance

Il n’existe pas de regroupement des stades pour le carcinome épidermoïde de la conjonctive.

Carcinome épidermoïde récidivant de la conjonctive

La récidive d’un carcinome épidermoïde de la conjonctive signifie que le cancer réapparaît à la suite du traitement. Il peut récidiver au même emplacement que la tumeur d’origine ou réapparaître dans une autre partie du corps (carcinome épidermoïde métastatique de la conjonctive).

Retour au menu

Pronostic

Le pronostic est généralement bon si la tumeur de la conjonctive peut être complètement enlevée. Le carcinome épidermoïde de la conjonctive apparaît habituellement sur la surface de la conjonctive (envahissement superficiel), mais il se développe aussi parfois dans l’œil et l’orbite. Le cancer peut se propager aux ganglions lymphatiques régionaux, mais c’est très peu fréquent.

Le taux de mortalité (le nombre de personnes qui meurent de cette maladie chaque année) est généralement bas (environ 4 à 8 % des personnes atteintes d’un carcinome épidermoïde de la conjonctive meurent de cette maladie).

Retour au menu

Traitement

Le traitement principal du carcinome épidermoïde de la conjonctive consiste à enlever complètement la tumeur au moyen de la chirurgie. Parfois, on devra aussi traiter la cornée. Si la tumeur s’est propagée à l’orbite de l’œil, il pourrait être nécessaire de pratiquer une exentération. Selon la quantité de tissus enlevée, on pourrait devoir pratiquer une reconstruction de la conjonctive. Il se pourrait qu’on ait recours à une greffe de tissus voisins pour la reconstruction.

Le carcinome épidermoïde de la conjonctive peut réapparaître à la suite de la chirurgie. On a souvent recours à un traitement additionnel (adjuvantadjuvantTraitement administré en plus du traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) pour aider à réduire le risque de réapparition (récidive) de la maladie (comme le cancer).) après la chirurgie afin de réduire le risque de récidive, ce qui peut comprendre :

  • cryochirurgie
  • radiothérapie
    • On peut avoir recours à la curiethérapie pour traiter une tumeur qui ne peut être retirée complètement par chirurgie ou une tumeur qui réapparaît (récidive).
  • chimiothérapie topique
    • Les agents chimiothérapeutiques utilisés le plus souvent en chimiothérapie topique comprennent la mitomycine (Mutamycin) et le 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) administrés sous forme de gouttes pour les yeux.
    • Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

On peut aussi avoir recours à la radiothérapie palliative pour soulager les symptômes (traitement palliatif) lorsque la personne ne peut tolérer la chirurgie.

Retour au menu

Histoires

Mary Antonenko Nous avons tous besoin du soutien de nos proches, mais même le meilleur entourage du monde ne peut remplacer le contact avec d’autres survivants.

Lisez l'histoire de Mary

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus