Cancer de
l’œsophage

Vous êtes ici:

Effets secondaires de la radiothérapie pour le cancer de l'œsophage

Peu importe le traitement du cancer de l’œsophage, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Si ces cellules saines sont endommagées, des effets secondaires risquent de se produire. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la radiothérapie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout des éléments suivants :

  • taille de la région traitée
  • région ou organes spécifiques traités
  • dose totale
  • mode d’administration
  • chimiothérapie administrée en même temps que la radiothérapie (chimioradiothérapie)

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

 

Réactions cutanées

Des réactions cutanées se produisent parce que la radiation externe circule à travers la peau jusqu'à la région ciblée par le traitement. Les réactions cutanées sont entre autres la rougeur, la sécheresse, les démangeaisons et le brunissement ou l'épaississement de la peau.

La plupart des réactions cutanées se manifestent au cours des 2 premières semaines de radiothérapie. Elles disparaissent habituellement quelques semaines après le traitement, mais certains changements cutanés, comme le brunissement ou l'épaississement de la peau, peuvent durer longtemps ou être permanents.

Apprenez-en davantage sur les problèmes de peau.

Retour au menu

Fatigue

La fatigue est l'un des effets secondaires les plus courants de la radiothérapie. Elle peut être causée par l'anémie, une perte d'appétit, la dépression ou bien des substances toxiques produites lorsque les cellules cancéreuses se décomposent et meurent.

L'irradiation de n'importe quelle région du corps peut vous rendre plus fatigué que d'habitude, mais la fatigue est plus courante lorsqu'on traite de grandes surfaces. Se déplacer quotidiennement pour recevoir son traitement peut aussi être source de fatigue. Lors de la radiothérapie, le corps utilise plus d'énergie pour se guérir, c'est pourquoi la fatigue n'est pas toujours soulagée par le repos.

La fatigue s'installe habituellement lors de la deuxième semaine de radiothérapie ou plus tard. Vos symptômes peuvent s'intensifier en cours de traitement. La fatigue se dissipe généralement de façon graduelle une fois la radiothérapie terminée, mais certaines personnes continuent de se sentir fatiguées plusieurs semaines ou des mois après ce traitement.

Apprenez-en davantage sur la fatigue et l’anémie.

Retour au menu

Nausées et vomissements

Les nausées et vomissements ne sont pas un effet courant de la radiothérapie, mais ils peuvent se produire selon la région traitée. Les personnes qui reçoivent une radiothérapie à l'œsophage, à l'estomac ou à la partie supérieure de l'abdomen sont plus susceptibles d'en avoir.

Les nausées et vomissements apparaissent quelques heures après une séance de radiothérapie. Ils peuvent aussi se produire si on administre une chimiothérapie et une radiothérapie pendant la même période (chimioradiothérapie).

Apprenez-en davantage sur les nausées et vomissements.

Retour au menu

Sécheresse de la bouche

La sécheresse de la bouche est aussi appelée xérostomie. Elle apparaît quand la radiation a endommagé les glandes salivaires de sorte qu’elles ne produisent plus autant de salive ou qu’elle ne s’écoule pas correctement.

La bouche s’assèche après 2 à 3 semaines de radiothérapie et cet effet peut s'aggraver avec le temps. Pour un cancer de l'œsophage, on administre rarement la radiothérapie directement aux glandes salivaires, donc la sécheresse buccale devrait disparaître après le traitement. Des mois, voire des années peuvent être nécessaires pour que les glandes salivaires se rétablissent et que la salive revienne à la normale. Dans de rares cas, les glandes salivaires ne récupèrent pas complètement et la sécheresse de la bouche peut devenir un problème permanent.

Il est important de suivre les directives de l'équipe de radiothérapie sur l'hygiène de la bouche pendant et après le traitement. On peut vous prescrire de la salive artificielle et vous proposer d'autres façons de soulager une bouche sèche.

Apprenez-en davantage sur la sécheresse de la bouche et l’hygiène buccale.

Retour au menu

Difficulté à avaler

Il peut vous être difficile ou douloureux d’avaler et vous pouvez avoir des brûlures d'estomac si votre pharynx ou votre œsophage se trouve dans la région traitée. La radiation peut causer l'inflammation du pharynx (pharyngite) ou de l'œsophage (œsophagite), rendant ainsi la déglutition difficile. Les symptômes de la pharyngite ou de l’œsophagite débutent habituellement après 2 à 3 semaines de radiothérapie. La difficulté à avaler causée par ces problèmes se résorbe souvent une fois que la radiothérapie est terminée et qu’il n’y a plus d'inflammation.

Parlez à votre équipe de soins ou à la diététiste si vous avez de la difficulté à manger parce qu’il est difficile ou douloureux pour vous d’avaler. On peut vous prescrire des antiacides ou des antidouleurs pour soulager la douleur causée par l'inflammation de l'œsophage ou des brûlures d'estomac.

Vous pourriez devoir modifier votre alimentation, comme manger des aliments mous et prendre des suppléments nutritifs. Si vous n’obtenez pas assez d'éléments nutritifs parce que vous avez de la difficulté à avaler, votre équipe de soins pourrait mettre une endoprothèse ou un dilatateur dans votre œsophage avant la radiothérapie.

Si vous ne pouvez pas du tout avaler de nourriture, vous pourriez avoir besoin temporairement d’être alimenté par sonde afin qu’on soit sûr que vous obtenez suffisamment d’éléments nutritifs. Le médecin peut alors mettre temporairement en place une sonde de gastrostomie pour qu’on vous administre des suppléments nutritifs directement dans l’estomac.

Apprenez-en davantage sur la difficulté à avaler et l’alimentation par sonde.

Retour au menu

Douleur dans la bouche et mal de gorge

Les cellules qui se divisent rapidement dans la muqueuse qui tapisse la bouche et la gorge sont sensibles à la radiation. La radiothérapie peut endommager ces cellules et causer une inflammation douloureuse, ce qui risque de rendre la bouche et la gorge endolories. Il est aussi possible que des lésions douloureuses, des ulcères ou des infections apparaissent dans la bouche.

La douleur dans la bouche est aussi appelée stomatite ou mucosite buccale. La bouche peut être endolorie si la radiothérapie est administrée entre autres à la bouche ou si une chimiothérapie est administrée en même temps que la radiothérapie, ce qu’on appelle chimioradiothérapie. Une hygiène de la bouche régulière et minutieuse peut aider à prévenir la douleur et à atténuer l'infection. L'équipe de soins donne les directives à suivre sur la fréquence des nettoyages et des rinçages de la cavité buccale et sur les produits à utiliser. Des analgésiques ou des solutions orales spéciales peuvent être nécessaires pour soulager la douleur.

Vous pouvez avoir mal à la gorge si on administre une radiothérapie à la partie supérieure de votre thorax. Les symptômes apparaissent habituellement après 2 à 3 semaines de radiothérapie et s’atténuent souvent quelques semaines après le traitement.

Apprenez-en davantage sur la douleur dans la bouche et le mal de gorge et l’hygiène de la bouche.

Retour au menu

Diarrhée

On a la diarrhée quand on évacue plus de selles que d'habitude et qu'elles sont plus liquides. Des crampes abdominales peuvent accompagner la diarrhée. Ce symptôme apparaît souvent après 2 à 3 semaines de radiothérapie et il peut se manifester si on traite la partie supérieure de votre abdomen. La diarrhée disparaît habituellement une fois que la radiothérapie est terminée.

Avisez votre équipe de radiothérapie si vous avez la diarrhée. On peut vous recommander de modifier votre alimentation. On peut aussi vous proposer des médicaments en vente libre qui aident à soulager cet effet secondaire ou vous en prescrire.

Apprenez-en davantage sur la diarrhée.

Retour au menu

Perte d’appétit

La perte d’appétit, ou anorexie, peut être causée par de nombreux facteurs dont ceux-ci :

  • accumulation de déchets alors que les cellules cancéreuses meurent
  • difficulté à avaler
  • nausées et vomissements
  • difficulté à digérer
  • diarrhée
  • fatigue

La perte d’appétit est un effet secondaire fréquent  de la radiothérapie au cou ou à l’abdomen. Elle peut engendrer une perte de poids et la malnutrition. Continuer de bien vous alimenter pendant et après la radiothérapie est important pour vous aider à vous rétablir du traitement. Une diététiste peut vous proposer des façons d’augmenter votre appétit, de manger davantage et de conserver une bonne alimentation. Elle peut aussi vous suggérer de prendre des suppléments nutritifs.

Apprenez-en davantage sur la perte d’appétit.

Retour au menu

Rétrécissement de l'œsophage

Une radiothérapie administrée pour un cancer de l’œsophage peut causer le rétrécissement (sténose) de l’œsophage. C'est habituellement lié à l'inflammation de l'œsophage, soit une œsophagite, qui est un effet secondaire courant de la radiothérapie.

En général, on traite le rétrécissement de l'œsophage par dilatation, c’est-à-dire qu’on l’élargit. Si le cancer engendre un important rétrécissement, votre médecin pourrait alors placer une endoprothèse ou un dilatateur dans votre œsophage avant la radiothérapie. Cela aide à le garder ouvert pendant le traitement.

Retour au menu

Troubles pulmonaires

Des troubles pulmonaires peuvent apparaître lorsque la trachée et les bronches se trouvent dans la région traitée par radiothérapie. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • toux
  • mucus dans la gorge et le thorax
  • difficulté à respirer
  • essoufflement

Signalez ces symptômes à votre équipe de radiothérapie. Les options de traitement des troubles pulmonaires peuvent comprendre celles-ci :

  • médicaments pour traiter la toux
  • physiothérapie pour apprendre des techniques de respiration qui pourraient être utiles pour remédier à l’essoufflement
  • oxygénothérapie pour atténuer l’essoufflement

Retour au menu

Fistule

La fistule est une ouverture ou un passage anormal entre 2 organes internes ou entre un organe interne et la surface du corps. Une fistule peut se former entre l'œsophage et la trachée chez les personnes traitées par radiothérapie pour un cancer de l'œsophage. Cela risque de provoquer une fuite d’aliments dans la trachée, ce qui peut engendrer une infection et l’étouffement quand on mange.

Il est souvent nécessaire de mettre une endoprothèse en place pour réparer une fistule.

Retour au menu

inflammation

Réaction de protection du corps en réponse à une blessure ou à une infection qui se manifeste par les symptômes suivants : rougeur, enflure, douleur et chaleur de la région touchée.

trachée

Conduit aérien en forme de tube qui se trouve dans le cou et le thorax qui part du larynx (organe de la parole) et qui se ramifie pour former les bronches (larges tubes, ou conduits aériens, reliés à chacun de poumons).

bronches

Larges tubes, ou conduits aériens, qui forment un embranchement allant de la trachée aux poumons où ils se ramifient en conduits plus petits (bronchioles) qui se terminent par les alvéoles pulmonaires (sacs alvéolaires). Les bronches laissent passer l'air qui entre dans les poumons et qui en sort.

L’adjectif bronchique désigne tout ce qui est relatif aux bronches, comme dans adénome bronchique.

Histoires

Dr Lillian Sung Améliorer les soins de soutien pour les enfants atteints de cancer

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus