Logo Société canadienne du cancer

Cancer de
l’œsophage

Vous êtes ici:

Thérapie photodynamique pour le cancer de l'œsophage

On administre parfois une thérapie photodynamique (TPD) pour traiter le cancer de l’œsophage. On a alors recours à des photosensibilisants pour détruire les cellules cancéreuses. Ces médicaments rendent les cellules sensibles à la lumière. Une fois que le photosensibilisant a été administré puis absorbé par les cellules cancéreuses, le médecin se sert d’un endoscope pour exposer les cellules à la lumière.

La TPD ne détruit que les cellules cancéreuses présentes dans la couche interne, ou muqueuse, de l’œsophage qui peut être atteinte par la lumière. On ne peut pas y avoir recours pour traiter un cancer de l’œsophage qui s’est propagé aux couches profondes de l’œsophage ou à d’autres parties du corps. Vous pouvez recevoir une thérapie photodynamique pour :

  • l'œsophage de Barrett qui ne peut pas être traité par résection muqueuse endoscopique (RME) ou une autre chirurgie;
  • l’œsophage de Barrett de tout autre type ou un cancer précoce de l’œsophage (classé Tis ou T1) qui reste après une RME.

On peut aussi proposer une TPD aux personnes atteintes d’un cancer de l’œsophage de stade avancé. Elle peut soulager la douleur ou faciliter la déglutition. C’est alors une TPD palliative. Il est possible d’associer la TPD à d’autres traitements, dont la radiothérapie externe, la chirurgie au laser ou une intervention chirurgicale visant à poser une endoprothèse (pour un cancer de l’œsophage de stade avancé).

Votre équipe de soins prendra en considération vos propres besoins pour choisir les médicaments, les doses et les modes d’administration. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements. Les personnes traitées par TPD auront besoin d'un suivi étroit après ce traitement, ce qui permettra de savoir si le cancer réapparaît. L'examen de suivi le plus courant est l'endoscopie digestive haute (EDH).

Comment on administre la TPD

On fait la TPD en 2 étapes. On vous administre d’abord le photosensibilisant. On l’injecte dans une veine. Toutes les cellules l’absorbent. Avec le temps, le photosensibilisant se retire de la plupart des cellules normales mais demeure dans les cellules cancéreuses.

Après 48 heures, le médecin se sert d’un endoscope pour exposer les cellules cancéreuses qui contiennent le photosensibilisant à une lumière laser de faible intensité. Le photosensibilisant absorbe la lumière, ce qui produit une réaction chimique qui détruit les cellules cancéreuses. La plupart des cellules normales ne sont pas affectées.

Après une autre période de 48 heures, le médecin peut répéter l’intervention pour traiter de nouveau la région avec une lumière laser de faible intensité.

On doit prendre des précautions particulières puisque le photosensibilisant rend la peau et les yeux sensibles à la lumière. C’est ce qu’on appelle photosensibilité. Elle dure habituellement de 4 à 6 semaines après le traitement, mais elle peut durer plus longtemps.

Questions à poser sur la thérapie photodynamique

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la thérapie photodynamique à l’équipe de soins.

Histoires

Photo of Pat Hartley Malgré l’expérience et les connaissances que j’avais sur le cancer, j’étais en état de choc.

Lisez l'histoire de Pat

Création d’une stratégie nationale pour les proches aidants

Illustration d’aidants

La Société canadienne du cancer fait pression auprès du gouvernement fédéral afin qu’il adopte une stratégie nationale pour les aidants, de telle sorte que cet important groupe de personnes bénéficie d’un meilleur soutien financier.

Apprenez-en plus