Logo Société canadienne du cancer

Cancer de
l’œsophage

Vous êtes ici:

Diagnostic du cancer de l'œsophage

Le processus diagnostique du cancer de l’œsophage débute habituellement par une visite à votre médecin de famille. Il vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera un examen physique. En se basant sur ces informations, il est possible que votre médecin vous dirige vers un spécialiste ou vous prescrive des examens afin de vérifier la présence d’un cancer de l’œsophage ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C’est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent causer des symptômes semblables à ceux du cancer de l’œsophage. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer de l’œsophage.

On a couramment recours aux tests qui suivent pour éliminer ou diagnostiquer le cancer de l’œsophage. Bien des tests permettant de poser le diagnostic de cancer sont également employés pour en déterminer le stade, c’est-à-dire jusqu'où la maladie a progressé. Votre médecin pourrait aussi vous faire passer d'autres examens afin de vérifier votre état général de santé et d’aider à planifier votre traitement.

 

Antécédents médicaux et examen physique

Vos antécédents médicaux consistent en un bilan de vos symptômes, de vos facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux que vous auriez pu éprouver dans le passé. En notant vos antécédents médicaux, votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents personnels de :

  • symptômes laissant croire à un cancer de l’œsophage;
  • reflux gastro-œsophagien pathologique (RGOP);
  • œsophage de Barrett;
  • tabac;
  • alcool;
  • tylose, une maladie héréditaire rare caractérisée par la formation de plaques écailleuses (hyperkératose) sur les paumes ou la plante des pieds ainsi que de masses en forme de doigts de gants (papillomes) dans l'œsophage;
  • irritation, lésion ou dommage à l'œsophage (si on a avalé de l'hydroxyde de potassium étant jeune, par exemple);
  • syndrome de Plummer-Vinson, aussi appelé syndrome de Paterson-Kelly, un syndrome rare qui affecte les muqueuses de l’œsophage;
  • cancer des voies respiratoires supérieures, comme un cancer de la cavité buccale, de la gorge (pharynx) ou du larynx;
  • achalasie, une maladie qui affecte les nerfs et les muscles de l'œsophage, ce qui fait qu’il est difficile d’avaler.

Votre médecin peut aussi vous poser des questions sur vos antécédents familiaux de :

  • cancer de l'œsophage;
  • facteurs de risque du cancer de l'œsophage.

L'examen physique permet à votre médecin de rechercher tout signe de cancer de l’œsophage. Il vous fera un examen physique et :

  • vérifiera si votre voix est enrouée;
  • palpera vos ganglions lymphatiques aux clavicules et au cou pour savoir s’ils sont enflés;
  • palpera votre abdomen pour savoir si des organes sont enflés ou si du liquide s’y est accumulé (ascite);
  • vérifiera si vos vertèbres sont douloureuses.

Apprenez-en davantage sur l’examen physique.

Retour au menu

Formule sanguine complète (FSC)

La formule sanguine complète (FSC) permet d'évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. On y a recours pour vérifier la présence d'une anémie causée par un saignement prolongé, ou chronique. On peut aussi faire une FSC pour obtenir des valeurs de référence auxquelles on pourra comparer les résultats des analyses sanguines effectuées pendant et après le traitement afin de surveiller les effets des traitements susceptibles de réduire le nombre de cellules sanguines.

Apprenez-en davantage sur la formule sanguine complète (FSC).

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Lors d'une analyse biochimique sanguine, on mesure le taux de substances chimiques dans le sang. Elle permet d'évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes et aussi de détecter des anomalies.

On peut faire des tests de la fonction hépatique pour établir le stade du cancer de l'œsophage. Ces tests permettent de mesurer le taux de lacticodéshydrogénase (LDH), d’alanine aminotransférase (ALT), d’aspartate transaminase (AST), de phosphatase alcaline (PA) et de bilirubine afin de savoir jusqu’à quel point le foie fonctionne. Une hausse du taux de ces enzymes peut signifier que le cancer s'est propagé au foie. Une hausse du taux de PA peut aussi signifier que le cancer s’est propagé aux os.

Apprenez-en davantage sur les analyses biochimiques sanguines.

Retour au menu

Transit œso-gastro-duodénal

Le transit œso-gastro-duodénal peut aussi être appelé gorgée barytée. Le baryum est un liquide épais et crayeux qui couvre l'intérieur des organes et révèle clairement leur contour à la radiographie. Lors du transit, vous avalez du baryum et le technicien prend des radiographies de votre tube digestif supérieur dont l’œsophage, l’estomac et le segment supérieur de l’intestin grêle.

Le transit œso-gastro-duodénal est souvent le premier test auquel on a recours pour diagnostiquer le cancer de l'œsophage. Le transit œso-gastro-duodénal peut révéler :

  • une lésion à la surface de l’œsophage, soit un ulcère;
  • le rétrécissement (sténose) de l’œsophage;
  • l’emplacement et la taille globale de la tumeur à l’œsophage;
  • une ouverture anormale de l'œsophage dans la trachée (fistule trachéo-œsophagienne);
  • la propagation du cancer à l'estomac.

Apprenez-en davantage sur le transit œso-gastro-duodénal.

Retour au menu

Endoscopie digestive haute

On fait une endoscopie digestive haute pour examiner le tube digestif supérieur, dont l'œsophage, l'estomac et la première partie de l'intestin grêle (duodénum). Cette intervention est parfois appelée œsophagogastroduodénoscopie puisqu'elle permet d'examiner tous ces organes. On peut aussi l’appeler œsophagogastroscopie lorsqu’on examine seulement l’œsophage et l’estomac.

Lors de l’endoscopie digestive haute, on se sert d’un tube flexible muni d'une lumière et d'une lentille à une extrémité appelé endoscope. Le médecin met l'endoscope dans la bouche et le fait descendre dans la gorge puis dans l'œsophage. Avant l'intervention, on vaporise l'arrière de la gorge d'un anesthésique local pour l’engourdir. Il est également possible qu’on administre des médicaments par intraveineuse (IV).

On a recours à l'endoscopie digestive haute pour :

  • examiner l'œsophage, l'estomac et le duodénum à la recherche d'un saignement, d'ulcères, de tumeurs, d'une inflammation ou d'un rétrécissement (sténose);
  • faire des prélèvements de tissu qui seront examinés en laboratoire (biopsie).

On peut faire une échographie avec un endoscope, soit une échoendoscopie ou EE, lors de l’endoscopie digestive haute. L’échographie permet de connaître la profondeur de la tumeur dans les couches de l'œsophage et de savoir si le cancer s'est propagé à des ganglions lymphatiques voisins. Il est possible qu’on fasse de biopsies avec une aiguille.

Si l’œsophage a rétréci ou s’il est bloqué, on peut faire une dilatation ou poser une endoprothèse lors de l’endoscopie.

Apprenez-en davantage sur l’endoscopie.

Retour au menu

Échoendoscopie (EE)

Lors d'une échoendoscopie (EE), on se sert d’un endoscope et d'une sonde ultrasonore. Lors d'une échographie, on a recours à des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images des structures du corps. Elle peut fournir des renseignements détaillés sur l'emplacement, la taille et la profondeur de la tumeur. Elle peut aussi révéler aux médecins si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques ou aux tissus voisins.

On fait souvent l’EE en même temps qu'une endoscopie digestive haute. Le médecin pourrait également effectuer une biopsie à l'aiguille fine à travers la paroi de l'œsophage lors de l'EE pour savoir si le cancer est présent dans les ganglions lymphatiques voisins.

Apprenez-en davantage sur l’échographie.

Retour au menu

Biopsie

Lors d’une biopsie, le médecin prélève du tissu ou des cellules du corps afin de les analyser en laboratoire. Le rapport issu du laboratoire confirme ou non la présence de cellules cancéreuses dans l’échantillon.

Lors de la biopsie endoscopique, on enlève du tissu de l'œsophage à l'aide d'un endoscope au cours d’une endoscopie digestive haute ou d’une échoendoscopie (EE). Lors de l’EE, le médecin peut aussi faire une biopsie à l’aiguille fine à travers la paroi de l'œsophage pour savoir si le cancer est présent dans les ganglions lymphatiques voisins. Il peut aussi effectuer un brossage. Lors de la biopsie endoscopique, c’est par l’endoscope que le médecin insère et retire l’aiguille ou la brosse alors qu’il observe l’intérieur de l’œsophage. L’aiguille ou la brosse permet de prélever des cellules dans une région qui semble anormale ou qui est suspecte.

Lors de la biopsie guidée par TDM, on prélève du tissu dans des ganglions anormaux ou douteux à l’aide de la tomodensitométrie (TDM) pour guider l’aiguille.

Lors de la biopsie par laparoscopie, on prélève du tissu dans des régions de l'abdomen à l’aide d’un laparoscopelaparoscopeIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter les organes situés à l’intérieur de l’ abdomen et du bassin.. On peut y avoir recours pour savoir si le cancer s’est propagé à l’abdomen.

Apprenez-en davantage sur la biopsie.

Retour au menu

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d'une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers afin de produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées.

Les médecins peuvent faire une TDM du thorax et de l’abdomen, et parfois du bassin. Ils y ont recours pour connaître la taille et l’emplacement de la tumeur à l’œsophage et pour savoir si le cancer s'est propagé aux ganglions lymphatiques, organes ou tissus voisins. Ils peuvent aussi faire une TDM pour savoir si le cancer est présent dans des organes plus éloignés comme le foie, les poumons et les glandes surrénales.

Il est possible qu'on ait recours à un colorant (produit de contraste) pour mieux faire ressortir certaines structures. On peut l’injecter dans une veine ou vous le faire boire. Le produit de contraste couvre l'œsophage, l'estomac et l'intestin grêle. Cela aide le médecin quand il examine le revêtement du tube digestif supérieur à la recherche d’un rétrécissement ou d’une ulcération. Avisez votre médecin ou l'équipe de radiologie si vous avez déjà eu une réaction allergique à un produit de contraste.

La TDM est plus efficace pour détecter un cancer de l'œsophage de stade avancé qu’une petite tumeur précoce à l'œsophage.

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Retour au menu

Tomographie par émission de positrons (TEP)

Lors d'une tomographie par émission de positrons (TEP), on emploie une matière radioactive (produit radiopharmaceutique) pour détecter des changements dans l’activité métabolique des tissus du corps. Un ordinateur analyse les modèles de distribution de la radioactivité et produit des images en 3 dimensions et en couleur de la région examinée.

Il est possible qu'on associe la TEP à la TDM (TEP/TDM). Les appareils plus récents permettent de faire la TEP en même temps que la TDM. La TEP/TDM fournit plus de renseignements détaillés sur les structures du corps qui sont parfois difficiles à voir avec la TEP seulement.

Apprenez-en davantage sur la TEP.

Retour au menu

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

En imagerie par résonance magnétique (IRM), on a recours à de puissantes forces magnétiques et à des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les images en clichés à 3 dimensions.

On peut avoir recours à l’IRM pour savoir si le cancer de l’œsophage s'est propagé au cerveau, à la moelle épinière, aux glandes surrénales ou à d’autres organes et tissus.

Apprenez-en davantage sur l’IRM.

Retour au menu

Tests de la fonction respiratoire

Les tests de la fonction respiratoire, aussi appelés exploration fonctionnelle respiratoire, permettent de savoir jusqu'à quel point les poumons sont efficaces. Ces tests sont importants si les médecins envisagent la chirurgie comme option de traitement du cancer de l’œsophage. Ces tests aident à s’assurer que vous êtes en assez bonne santé pour subir une chirurgie.

Apprenez-en davantage sur les tests de la fonction respiratoire.

Retour au menu

Tests de la fonction cardiaque

Les médecins peuvent vous prescrire des tests de la fonction cardiaque afin de s’assurer que vous êtes en assez bonne santé pour subir une chirurgie et vous en rétablir. L’électrocardiogramme (ECG) mesure l’activité électrique du cœur. L’échocardiogramme (écho) a recours à l’échographie pour observer la structure et le mouvement du cœur.

Apprenez-en  davantage sur l’électrocardiogramme (ECG) et l’échocardiogramme (écho).

Retour au menu

Évaluation de l’état nutritionnel

De nombreuses personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer de l’œsophage ont de graves problèmes nutritionnels et une perte de poids importante. Bien s’alimenter est particulièrement important pour les personnes atteintes de cancer.

L’équipe de soins fait souvent une évaluation de l’état nutritionnel avant le traitement. Elle s’assure que vous êtes en assez bonne santé pour recevoir le traitement et vous en rétablir.

Apprenez-en davantage sur la nutrition des personnes atteintes de cancer.

Retour au menu

Thoracoscopie

La thoracoscopie est une intervention qui permet au médecin d'examiner l'intérieur de la cavité thoracique et d’y faire des prélèvements. Il pratique une petite incision dans la paroi thoracique, entre 2 côtes, pour y introduire un instrument semblable à un tube muni d’une lumière et d’une lentille appelé thoracoscope.

Les médecins font habituellement une thoracoscopie pour vérifier la présence du cancer dans les ganglions lymphatiques et d'autres organes situés près de l'œsophage dans la cavité thoracique. Ils peuvent aussi faire des prélèvements lors de la thoracoscopie.

Apprenez-en davantage sur la thoracoscopie.

Retour au menu

Laparoscopie

La laparoscopie est une intervention lors de laquelle on se sert d’un laparoscope (instrument mince en forme de tube muni d’une lumière et d’une lentille) pour examiner ou traiter des organes qui se trouvent dans l’abdomen et le bassin. Elle permet aux médecins d’examiner et d’enlever des organes internes par plusieurs petites incisions. Les médecins peuvent aussi faire des prélèvements lors de la laparoscopie (biopsie par laparoscopie).

On a recours à la laparoscopie pour établir précisément le stade du cancer de l'œsophage afin que les médecins puissent planifier le traitement. Elle peut permettre de détecter un cancer qui s'est propagé à d'autres parties de l'abdomen et qui n'a pas été observé à la TEP ou à la TDM.

Retour au menu

Bronchoscopie

La bronchoscopie est une intervention qui permet au médecin de regarder à l'intérieur de la trachée et des bronches (grosses voies respiratoires des poumons) à la recherche de régions anormales. Le médecin insère, dans la bouche ou le nez, un instrument en forme de tube muni d’une lumière et d’une lentille appelé bronchoscope et il le fait descendre jusque dans les voies respiratoires puis les poumons.

Apprenez-en davantage sur la bronchoscopie.

Retour au menu

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.

Histoires

Sandra LeBlanc C’est facile de soutenir la Société canadienne du cancer. Chacun d’entre nous est touché d’une manière ou d’une autre par le cancer.

Lisez l'histoire de Sandra

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus