Logo Société canadienne du cancer

Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Traitement ciblé du cancer colorectal

On administre parfois un traitement ciblé pour traiter le cancer colorectal. On a alors recours à des médicaments pour cibler des molécules spécifiques, comme les protéines, présentes à la surface des cellules cancéreuses. Ces molécules contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. En ciblant ces molécules, les médicaments interrompent la croissance et la propagation des cellules cancéreuses tout en limitant les dommages aux cellules normales. Le traitement ciblé peut aussi être appelé traitement à ciblage moléculaire.

Vous pourriez recevoir un traitement ciblé pour :

  • détruire les cellules du cancer colorectal;
  • ralentir l’évolution d’un cancer colorectal de stade avancé;
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un cancer colorectal de stade avancé (traitement palliatif).

Votre équipe de soins prendra en considération vos propres besoins pour choisir les médicaments ciblés, les doses et les modes d’administration. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

Médicaments ciblés administrés pour le cancer colorectal

On a recours aux médicaments ciblés qui suivent pour le cancer colorectal.

Bévacizumab (Avastin)

Le bévacizumab est un anticorps monoclonalanticorps monoclonalSubstance qui a la capacité de reconnaître une molécule cible particulière ( antigène) d’une cellule cancéreuse et de s’y fixer. qui cible une substance appelée facteur de croissance de l'endothélium vasculaire (VEGF). Le VEGF aide les cellules à former de nouveaux vaisseaux sanguins qui font circuler l’oxygène et les éléments nutritifs, dont les cellules ont besoin pour croître et se développer.

De nombreuses cellules tumorales, dont les cellules du cancer colorectal, produisent le VEGF. Le bévacizumab trouve le VEGF et s’y lie et empêche les cellules de former de nouveaux vaisseaux sanguins. Cela signifie que les cellules ne peuvent pas obtenir l’oxygène et les éléments nutritifs dont elles ont besoin pour croître. Les médicaments ciblés comme le bévacizumab sont aussi appelés médicaments antiangiogéniques puisqu’ils empêchent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins.

On administre le bévacizumab par voie intraveineuse. Il est des plus efficaces quand on l’ajoute à la chimiothérapie puisqu’il peut aussi aider les agents chimiothérapeutiques à parvenir à la tumeur. On peut l’associer à n’importe lequel des protocoles chimiothérapeutiques suivants :

  • FOLFIRI – leucovorine (acide folinique), 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) et irinotécan (Camptosar);
  • FOLFOX – leucovorine, 5-fluorouracil et oxaliplatine;
  • irinotécan et capécitabine (Xeloda);
  • oxaliplatine et capécitabine.

On a recours au bévacizumab pour le cancer colorectal avancé (non résécable), métastatique ou qui récidive. On l’administre aux 2 à 3 semaines pendant 6 mois ou jusqu’à ce que la maladie évolue.

Cétuximab (Erbitux)

Le cétuximab est un anticorps monoclonal qui cible le récepteur du facteur de croissance épidermique (R-EGF) présent à la surface des cellules. Le R-EGF émet des signaux vers les cellules qui leur permettent de croître et de se diviser.

Les cellules cancéreuses sont porteuses d’une mutation qui produit trop de R-EGF. Le cétuximab empêche le R-EGF d’agir, ce qui interrompt ou ralentit la croissance des cellules cancéreuses. Ce médicament n’est pas efficace contre les cellules du cancer colorectal qui sont porteuses de la mutation du gène KRAS, alors on y a recours seulement pour les tumeurs qui ne présentent pas de mutation du gène KRAS, c’est-à-dire les tumeurs KRAS de type sauvage. La détection de la mutation du gène KRAS se fait habituellement lors du processus diagnostique.

On administre le cétuximab par voie intraveineuse, habituellement avec de l’irinotécan (Camptosar). Il arrive parfois qu’on l’associe au protocole FOLFIRI. Le cétuximab est administré aux 2 semaines jusqu’à ce que la maladie évolue. On y a le plus souvent recours quand le cancer colorectal cesse de réagir au protocole FOLFIRI. Le cétuximab est généralement le premier médicament ciblé employé pour les tumeurs KRAS de type sauvage métastatiques.

Panitumumab (Vectibix)

Le panitumumab, tout comme le cétuximab (Erbitux), est un anticorps monoclonal qui cible le récepteur du facteur de croissance épidermique (R-EGF) présent à la surface des cellules. Il empêche le R-EGF d’agir, ce qui interrompt ou ralentit la croissance des cellules cancéreuses. Le panitumumab n’est pas efficace contre les cellules du cancer colorectal qui sont porteuses de la mutation du gène KRAS, alors on y a recours seulement pour les tumeurs qui ne présentent pas de mutation du gène KRAS, c’est-à-dire les tumeurs KRAS de type sauvage.

On peut administrer le panitumumab pour traiter le cancer colorectal métastatique qui a cessé de réagir au protocole FOLFIRI. On l’administre habituellement aux 2 semaines jusqu’à ce que la maladie évolue. On l’associe parfois au protocole FOLFIRI ou FOLFOX.

Régorafénib (Stivarga)

Le régorafénib est un inhibiteur de la kinase. Les kinases sont des protéines présentes à la surface des cellules qui envoient des signaux pour aider les cellules à croître et à former de nouveaux vaisseaux sanguins. Le régorafénib bloque de nombreuses kinases différentes, ce qui aide à empêcher les cellules cancéreuses de croître.

Le régorafénib est administré sous forme de pilule prise par la bouche (voie orale). On peut y avoir recours pour un cancer colorectal métastatique qui a évolué après la plupart des autres traitements. On l’administre jusqu’à ce que la maladie évolue de nouveau.

Aflibercept (Zaltrap)

L’aflibercept est une protéine qui cible le récepteur du facteur de croissance de l'endothélium vasculaire (VEGF) à la surface des cellules et qui empêche la croissance des vaisseaux sanguins dans la tumeur. L’aflibercept n’est administré qu’en association avec le protocole chimiothérapeutique FOLFIRI aux personnes atteintes d’un cancer du côlon métastatique qui ne réagit plus à l’oxaliplatine.

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent assez régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur le traitement ciblé

Apprenez-en davantage sur le traitement ciblé. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le traitement ciblé à l’équipe de soins.

Histoires

Ray Ellis in fireman gear J’ai perdu pas mal de frères à cause du cancer. Parce que j’inhale de la fumée et que je m’expose à des substances chimiques, je vis pratiquement chaque jour dans la crainte du cancer.

Lisez l'histoire de Ray

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus