Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Effets secondaires de la chirurgie du cancer colorectal

Peu importe le traitement du cancer colorectal, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chirurgie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de l'opération (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout des éléments suivants :

  • le type de chirurgie et la longueur du segment de l’intestin enlevé;
  • votre état de santé global;
  • l’effet d’autres traitements (un tissu traité par radiothérapie pourrait ne pas bien se cicatriser après la chirurgie par exemple).

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à votre chirurgie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

 

Douleur

La douleur se manifeste souvent parce que la chirurgie endommage les tissus. Puisque la chirurgie du cancer colorectal est une opération importante, la douleur peut prendre un certain temps avant de disparaître à la suite de la chirurgie. L’intensité de la douleur dépend de l’opération pratiquée ainsi que de votre rétablissement et de votre tolérance à la douleur.

Votre équipe de soins vous prescrira des médicaments pour maîtriser la douleur. Avisez-les si la douleur persiste ou si les antidouleurs ne la soulagent pas.

Apprenez-en davantage sur la douleur.

Retour au menu

Saignement

Il peut y avoir un saignement ou une hémorragie si un vaisseau sanguin n'a pas été scellé lors de la chirurgie ou si vous avez un trouble de coagulation du sang. Le personnel infirmier vérifie souvent les bandages et les drains pour savoir s'il n'y a pas de saignement abondant juste après la chirurgie. S'il y a un saignement et qu'il est assez important, votre chirurgien pourrait vous ramener en salle d’opération pour en trouver la source et l’arrêter.

On peut s'attendre à ce qu'il y ait un petit écoulement sanguinolent après la chirurgie. Signalez tout saignement abondant à votre médecin ou à votre équipe de soins.

Retour au menu

Caillots sanguins

La formation d'un caillot sanguin dans une jambe est appelée thrombose veineuse profonde (TVP). La TVP peut se produire juste après la chirurgie puisque vous ne pouvez pas bouger beaucoup et aussi en raison d'autres facteurs. Les signes et symptômes du caillot sanguin dans la jambe sont un mollet rouge, douloureux et enflé.

Dans les cas les plus graves, le caillot sanguin peut se détacher et se déplacer jusqu'aux poumons (embolie pulmonaire, ou EP). Cela risque de causer un essoufflement et de faire baisser le taux d’oxygène.

Changer souvent de position, faire des exercices pour les jambes et les chevilles et se lever et bouger le plus tôt possible peut aider à réduire le risque de formation de caillots sanguins. Il est possible que les personnes dont le risque d’avoir des caillots sanguins est élevé reçoivent de faibles doses d’anticoagulant, comme l’héparine, afin d’aider à prévenir la formation de caillots sanguins.

Avisez votre équipe de soins si vous avez une rougeur, une enflure, une douleur ou des crampes au mollet, si vous êtes essoufflé ou si vous crachez du sang en toussant.

Retour au menu

Diarrhée et constipation

La diarrhée et la constipation se manifestent souvent après une chirurgie du cancer colorectal. La diarrhée se produit lorsque le nombre de selles évacuées est plus élevé que d'habitude et qu'elles sont plus liquides. La constipation se produit lorsque les selles deviennent dures et sèches et qu'elles sont difficiles à évacuer. Il arrive que la constipation et la diarrhée alternent. Ces problèmes apparaissent souvent quand on a enlevé une grande partie du côlon. Ils peuvent durer longtemps, mais se résorbent habituellement une fois que vous vous êtes rétabli de la chirurgie. L’équipe de soins peut vous donner des antidiarrhéiques.

Apprenez-en davantage sur la diarrhée et la constipation.

Retour au menu

Iléus paralytique

L’iléus paralytique est caractérisé par la paralysie ou l’inactivité de l’intestin, ce qui empêche son contenu de s’y déplacer. Il se manifeste souvent après une importante chirurgie à l’abdomen. Il peut aussi être causé par une anesthésie générale.

Afin de prévenir l’iléus paralytique, il est possible que, lors de la chirurgie, le chirurgien insère une sonde nasogastrique dans le nez puis la fasse descendre dans l’œsophage jusqu’à l’estomac. Cette sonde évacue les liquides et l’air contenus dans l’estomac. Alors que la sonde est en place, la personne recevra des liquides par voie intraveineuse et ne sera pas en mesure de manger.

L’iléus paralytique est temporaire et s'améliore habituellement quelques jours après la chirurgie. L’équipe de soins vérifie régulièrement votre transit intestinal après l’opération. Vous recommencerez graduellement à boire et à manger. On enlève la sonde nasogastrique une fois que vous êtes en mesure de manger et de boire normalement.

Retour au menu

Adhérences abdominales

Les adhérences abdominales sont des fragments de tissu cicatriciel, ou fibreux, qui font coller les organes et les tissus ensemble. Elles apparaissent souvent chez les personnes qui ont subi une chirurgie du cancer colorectal. Les adhérences ne causent habituellement pas de symptômes, mais elles peuvent provoquer de la douleur chez certains.

Il est possible que les adhérences bloquent l’intestin (occlusion intestinale). Si c’est le cas, vous aurez peut-être besoin d’une autre chirurgie pour traiter l’occlusion intestinale. Apprenez-en davantage sur l’occlusion intestinale.

Retour au menu

Dommages aux organes voisins

Il arrive parfois que les organes voisins de la tumeur, dont l’intestin grêle, la rate, la vessie ou les uretères, sont endommagés lors de la chirurgie visant à traiter le cancer colorectal. Le chirurgien peut réparer les dommages lors de la même opération, ou vous pourriez avoir besoin d’une autre chirurgie.

Retour au menu

Fuite anastomotique

L'anastomose est la région où les 2 extrémités du tube digestif sont rattachées. Dans de rares cas, les points (suture) ou les agrafes qui maintiennent ensemble les 2 extrémités se rompent ou se défont. À ce moment-là, les liquides contenus dans le tube digestif fuient dans l'abdomen. C’est une fuite anastomotique. Elle peut causer l’inflammation du péritoine (revêtement de l’abdomen et des organes abdominaux). Les symptômes de la fuite anastomotique sont entre autres les frissons, la fièvre et une douleur abdominale.

Si vous avez une fuite anastomotique, vous pourriez avoir besoin d’une autre chirurgie pour la réparer. L’équipe de soins vous donnera aussi des antibiotiques.

Retour au menu

Infection

Chez certaines personnes, la plaie ou la région où les 2 extrémités de l'intestin sont rattachées (anastomose) s'infecte après une chirurgie du cancer colorectal. L’infection n’est pas un effet secondaire courant, mais elle peut apparaître peu importe le type de chirurgie pratiqué. Il arrive que le médecin insère des tubes dans la plaie pour évacuer l'excès de liquide. Il peut aussi prescrire des antibiotiques pour aider à prévenir ou pour traiter l'infection.

Les infections de la plaie sont habituellement un effet secondaire temporaire de la chirurgie. Avisez votre équipe de soins si vous présentez des signes d’infection comme de la rougeur, la présence de pus, un écoulement malodorant, de la fièvre ou une plus grande sensibilité ou une enflure plus importante au site de l’incision.

Retour au menu

Troubles sexuels

Certaines chirurgies pratiquées pour traiter le cancer colorectal peuvent engendrer des troubles sexuels tant chez la femme que chez l’homme.

La résection abdominopérinéale et la résection antérieure basse peuvent endommager les nerfs du bassin. Ces lésions risquent de provoquer le dysfonctionnement érectile, c’est-à-dire l’incapacité d’avoir ou de maintenir des érections. Elles peuvent aussi causer des problèmes d’éjaculation, dont l’éjaculation rétrograde (le sperme remonte dans la vessie plutôt que de sortir par le pénis) et les orgasmes secs (il n’y a pas d’éjaculation de sperme).

Les femmes peuvent éprouver de la douleur et de l’inconfort lors des relations sexuelles si du tissu cicatriciel ou des adhérences se sont formés dans l’abdomen.

Apprenez-en davantage sur les troubles sexuels chez l’homme et les troubles sexuels chez la femme.

Retour au menu

Changements de l’estime de soi et de l’image corporelle

L'estime de soi, c'est ce que vous ressentez face à vous-même. L'image corporelle, c'est ce que vous ressentez face à votre corps. Subir une colostomie ou une iléostomie peut rendre certaines personnes mal à l’aise avec leur corps et affecter leur estime de soi.

Parlez à votre équipe de soins. On peut vous renseigner sur des professionnels de la santé et des groupes qui soutiennent les personnes ayant une stomie et qui les aident à faire face aux changements corporels.

Apprenez-en davantage sur l’estime de soi et l’image corporelle ainsi que sur la vie avec une stomie.

Retour au menu

Troubles de la vessie

Des troubles de la vessie peuvent apparaître si on fait une chirurgie dans la partie inférieure du gros intestin, en particulier au rectum. La chirurgie risque d’endommager des muscles ou des nerfs reliés à la vessie. Ces dommages peuvent provoquer des symptômes comme l’incontinence urinaire, le besoin d’uriner souvent et un besoin pressant d’uriner.

Votre équipe de soins peut vous prescrire des médicaments pour traiter vos troubles de la vessie.

Apprenez-en davantage sur l’incontinence urinaire.

Retour au menu

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Robert Day Traiter le cancer de la prostate en ciblant une enzyme ennemie

Réduire le fardeau du cancer

Icône – main avec signe de dollar flottant au-dessus d’elle

Les Canadiens peuvent aider la SCC à financer les meilleurs projets de recherche et à soutenir les personnes touchées par le cancer en étant donateurs ou bénévoles.

Apprenez-en plus