Logo Société canadienne du cancer

Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Traitements du cancer du côlon de stade II

En présence d'un cancer du côlon de stade II, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal du cancer du côlon de stade II. La résection de l’intestin est le type de chirurgie qu’on pratique. Selon l’emplacement de la tumeur, le chirurgien peut faire une hémicolectomie droite, une colectomie transverse, une hémicolectomie gauche, une colectomie sigmoïdienne, une colectomie partielle ou une colectomie totale.

Le chirurgien enlève au moins 12 ganglions lymphatiques voisins de la tumeur, ce qu’on appelle curage ganglionnaire.

On peut faire une colostomie pour permettre à l’intestin de se reposer et de guérir après la résection intestinale. La colostomie est habituellement temporaire. On relie les 2 extrémités du côlon une fois qu’elles ont guéri.

Chimiothérapie

On peut vous proposer une chimiothérapie après une chirurgie, c’est-à-dire une chimiothérapie adjuvante, pour un cancer du côlon de stade II afin de réduire le risque de récidive. La chimiothérapie peut débuter de 4 à 8 semaines après la chirurgie et on l’administre habituellement pendant 6 mois.

La plupart des personnes atteintes d'un cancer du côlon de stade II n'auront pas besoin d'une chimiothérapie. On propose la chimiothérapie seulement quand le risque de réapparition (récidive)  de la maladie est élevé et qu’au moins l’une des caractéristiques à risque élevé suivantes est présente :

  • la tumeur est classée T4 (stade IIB ou IIC);
  • moins de 12 ganglions lymphatiques ont été enlevés ou ont pu être évalués;
  • la tumeur a envahi les ganglions lymphatiques ou les vaisseaux sanguins voisins, la membrane qui recouvre et soutient la plupart des organes contenus dans l’abdomen (péritoine viscéral) ou l’espace entourant les nerfs (envahissement périneural);
  • la tumeur est de haut grade, ou peu différenciée;
  • un blocage dans l’intestin (occlusion intestinale);
  • une déchirure ou un trou dans l’intestin (perforation intestinale);
  • pas assez de tissu sain enlevé avec la tumeur;
  • cellules cancéreuses dans le tissu enlevé avec la tumeur (marges chirurgicales positives).

Les agents chimiothérapeutiques suivants peuvent être administrés pour un cancer du côlon de stade II :

  • capécitabine (Xeloda);
  • 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) et leucovorine (acide folinique);
  • FOLFOX – leucovorine (acide folinique), 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) et oxaliplatine (Eloxatin);
  • CAPOX (aussi appelé XELOX) – capécitabine (Xeloda) et oxaliplatine (Eloxatin).

L’instabilité des microsatellites (MSI) est un changement du matériel génétique, ou ADN, dans une cellule. La recherche a démontré que les tumeurs qui présentent une forte instabilité des microsatellites (MSI-H) engendrent un pronostic favorable et qu’elles ne bénéficient pas d’une chimiothérapie à base de 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU). Donc, on ne propose habituellement pas de chimiothérapie aux personnes atteintes d’un cancer du côlon de stade II dont les microsatellites sont très instables. On doit mener plus de recherches dans le but de savoir si les médecins peuvent se fier seulement à la présence de microsatellites pour offrir une chimiothérapie comme traitement du cancer du côlon de stade II.

Les médecins peuvent proposer le FOLFOX ou le CAPOX quand de nombreuses caractéristiques à risque élevé sont présentes. Mais de nombreux oncologues se sont questionnés sur l’emploi d’oxaliplatine comme traitement du cancer du côlon de stade II puisque la recherche n’a pas démontré que les associations chimiothérapeutiques à base d’oxaliplatine amélioraient la survie au cancer du côlon de stade II. On doit mener plus de recherches avant que ces associations de médicaments ne puissent devenir des traitements standards.

Radiothérapie

On peut proposer une radiothérapie après une chirurgie pour aider à prévenir la réapparition du cancer dans la même région (récidive locale). On peut la proposer si :

  • la tumeur a envahi des tissus ou des structures voisins ou si elle s’y est fixée;
  • on n’a pas pu enlever tout le cancer par résection intestinale.

La radiothérapie n’est pas un traitement courant du cancer du côlon de stade II puisque le cancer du côlon n’a pas l’habitude de se propager localement. S’il se propage, il est plus susceptible de le faire jusqu’à des organes éloignés comme le foie.

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur le cancer du côlon. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Photo of Pat Hartley Malgré l’expérience et les connaissances que j’avais sur le cancer, j’étais en état de choc.

Lisez l'histoire de Pat

Un coup de pouce pour les familles

Illustration d’une foule

La Société canadienne du cancer aide à défrayer les familles qui ont à assumer des coûts liés au traitement d’un enfant atteint de cancer.

Apprenez-en plus