Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Traitements du cancer du côlon de stade 4 ou de la récidive

En présence d'un cancer du côlon de stade 4 ou d’une récidive, les options de traitement sont souvent les mêmes puisque le cancer se trouve dans d’autres organes. Le stade 4 signifie que le cancer s’est propagé à un ou à plusieurs autres organes. Si le cancer du côlon récidive, il réapparaît habituellement dans un emplacement éloigné comme le foie.

En présence d'un cancer du côlon de stade 4 ou d’une récidive, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Les options de traitement et l’ordre dans lequel on y a recours dépendent de la résécabilité du cancer, c’est-à-dire de la possibilité de l’enlever par chirurgie, ou de sa non-résécabilité, c’est-à-dire de l’impossibilité de l’enlever par chirurgie. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Chimiothérapie

On propose habituellement une chimiothérapie comme traitement du cancer du côlon de stade 4 ou de la récidive. On peut l’administrer comme traitement principal d’une tumeur au côlon de stade 4 non résécable ou de métastases au foie. On peut aussi y avoir recours avant la chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante) pour réduire la taille de la tumeur afin de rendre le cancer résécable ou la chirurgie plus facile. Si le cancer est résécable, on administre habituellement la chimiothérapie après la chirurgie (chimiothérapie adjuvante) afin de détruire toutes les cellules cancéreuses qui pourraient rester et de prévenir la réapparition du cancer.

La durée de la chimiothérapie dépend du type de médicament administré, de la réaction du cancer au médicament ou à l’association de médicaments et de la réalisation d’une chirurgie. Quand le cancer du côlon est résécable, on administre habituellement la chimiothérapie pendant 6 mois. Quand le cancer du côlon n’est pas résécable, on peut administrer une chimiothérapie tant que le cancer y réagit ou jusqu’à ce que la maladie évolue.

Lorsqu’il décide quel médicament ou quelle association de médicaments vous proposer, le médecin prend en considération votre état de santé global et les effets secondaires possibles. Les agents chimiothérapeutiques administrés pour un cancer du côlon de stade 4 ou une récidive sont entre autres ceux-ci :

  • FOLFIRI – leucovorine (acide folinique), 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) et irinotécan (Camptosar)
  • FOLFOX – leucovorine (acide folinique), 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) et oxaliplatine (Eloxatin)
  • CAPOX (aussi appelé XELOX) – capécitabine (Xeloda) et oxaliplatine (Eloxatin)
  • CAPIRI – capécitabine (Xeloda) et irinotécan (Camptosar)
  • capécitabine (Xeloda)
  • irinotécan (Camptosar)
  • 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) et leucovorine (acide folinique)
  • raltitrexed (Tomudex)
  • trifluridine et chlorhydrate de tipiracil (Lonsurf)

On a le plus souvent recours au protocole FOLFIRI pour traiter le cancer du côlon de stade 4 ou la récidive. C’est également la chimiothérapie standard de première intention pour le cancer colorectal métastatique. On peut vous administrer d’autres associations chimiothérapeutiques ou seulement un médicament s’il n’est pas possible d’avoir recours au protocole FOLFIRI, s’il cause beaucoup d’effets secondaires graves ou si le cancer évolue.

On peut faire une perfusion intra-artérielle hépatique pour traiter des métastases au foie quand le cancer ne s’est propagé qu’au foie et qu’on ne peut pas l’enlever par chirurgie. Ce type de perfusion permet d’administrer la chimiothérapie directement dans les tumeurs au foie par l’artère principale du foie, soit l’artère hépatique. La floxuridine (FUDR) est l’agent chimiothérapeutique le plus employé. On n’a pas très souvent recours à la perfusion intra-artérielle hépatique puisqu’elle doit être pratiquée à l’hôpital par une grande équipe de professionnels de la santé qui sont formés pour administrer ce traitement.

Traitement ciblé

On propose habituellement un traitement ciblé en présence d'un cancer du côlon de stade 4 ou d’une récidive. En général, on l’associe à la chimiothérapie, mais on peut aussi l'administrer seul dans certains cas.

Les médicaments ciblés employés dépendent des éléments suivants : si on administre aussi une chimiothérapie et si les cellules du cancer du côlon présentent la mutation du gène KRAS. Si les cellules du cancer du côlon ne présentent pas la mutation du gène KRAS, les tumeurs sont appelées tumeurs KRAS de type sauvage. Les médicaments ciblés administrés pour le cancer du côlon de stade 4 ou la récidive sont entre autres les suivants :

  • bévacizumab (Avastin), habituellement associé au FOLFIRI ou au FOLFOX
  • cétuximab (Erbitux), associé à l’irinotécan (Camptosar) ou employé seul pour les tumeurs KRAS de type sauvage
  • panitumumab (Vectibix), habituellement employé seul pour les tumeurs KRAS de type sauvage
  • régorafénib (Stivarga), si le cancer évolue après la plupart des autres traitements

On a le plus souvent recours à l’association de bévacizumab et du protocole FOLFIRI pour le cancer du côlon de stade 4 et la récidive. C’est également le traitement standard du cancer colorectal métastatique.

Il est possible que les médecins n’administrent pas de médicaments ciblés avant la chirurgie s’ils croient qu’ils peuvent enlever toute la tumeur afin qu’il ne reste aucune cellule cancéreuse dans le tissu sain enlevé avec la tumeur (marges chirurgicales négatives). Ils pourraient administrer un traitement ciblé après la chirurgie.

Chirurgie

On peut vous proposer une chirurgie comme traitement du cancer du côlon de stade 4 ou de la récidive. Que la chirurgie soit ou non une option dépend de l’emplacement de la tumeur, du stade du cancer et de votre état de santé global.

On fait une chirurgie pour enlever les tumeurs métastatiques quand le cancer s’est propagé à seulement un organe éloigné, comme le foie ou un poumon. Le type de chirurgie pratiqué dépend d’où le cancer s’est propagé.

On fait une résection de l’intestin pour enlever le cancer du côlon. On peut aussi y avoir recours pour traiter un blocage dans l’intestin (occlusion intestinale). Selon l’emplacement de la tumeur ou du blocage, le chirurgien peut faire une hémicolectomie droite, une colectomie transverse, une hémicolectomie gauche, une colectomie sigmoïdienne, une colectomie partielle ou une colectomie totale.

On peut faire une colostomie pour permettre à l’intestin de se reposer et de guérir après une résection intestinale. Cette opération permet de créer une ouverture artificielle, ou stomie, dans le côlon vers l’extérieur du corps à travers la paroi abdominale. La colostomie est habituellement temporaire. On relie les 2 extrémités du côlon une fois qu’elles ont guéri.

La colostomie de dérivation est une colostomie lors de laquelle on n’enlève pas une partie de l’intestin. On peut y avoir recours pour traiter une occlusion intestinale en créant un passage afin que les selles puissent être évacuées du corps avant d’atteindre la partie bloquée dans l’intestin.

On peut mettre un extenseur en place pour traiter ou prévenir l’occlusion intestinale. Le médecin peut insérer un tube en mailles métalliques (extenseur) dans l’intestin pour le garder ouvert afin que les selles s’y déplacent normalement. On a souvent recours à l’extenseur pour soulager les symptômes d’un cancer avancé (traitement palliatif).

Il est possible de faire une ablation par radiofréquence (ARF) pour traiter des métastases au foie qu’on ne peut pas enlever par chirurgie. Lors de l’ARF, on a recours à un courant électrique de haute fréquence pour détruire les cellules cancéreuses. On se sert d’une sonde ou d’une aiguille spéciale qu’on insère dans les tumeurs au foie. Dans la plupart des cas, le médecin administre l’ARF à travers la peau jusqu’à la tumeur. Dans d’autres cas, le médecin peut devoir faire une incision dans l’abdomen pour atteindre le foie. Il arrive parfois que le médecin ne fasse que quelques petites incisions dans l’abdomen et qu’il se serve d’un laparoscope pour administrer l’ARF.

Radiothérapie

On peut vous proposer une radiothérapie comme traitement du cancer du côlon de stade 4 ou de la récidive. On y a le plus souvent recours comme traitement palliatif pour contrôler des symptômes tels que la douleur. Il est possible d’administrer une radiothérapie externe à l’abdomen ou au bassin si le cancer du côlon n’est pas résécable. On peut aussi y avoir recours pour traiter des métastases aux os ou au cerveau.

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur le cancer du côlon. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

palliatif

Qui soulage.

Les traitements palliatifs, par exemple, permettent de soulager les symptômes sans toutefois guérir la maladie.

laparoscopie

Intervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter les organes situés à l’intérieur de l’abdomen et du bassin.

On peut prélever des cellules ou du tissu pour les examiner au microscope. Les médecins peuvent aussi avoir recours à la laparoscopie pour exécuter différentes interventions chirurgicales dans l’abdomen et le bassin.

Le type d’endoscope utilisé pour cette intervention est appelé laparoscope.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Mani Larijani Étudier en 3D une protéine qui cause le cancer

Plus de details

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus