Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Syndromes du cancer colorectal héréditaire

Les syndromes rares du cancer colorectal héréditaire qui suivent sont des états précancéreux du côlon ou du rectum. Ils engendrent la formation de nombreux polypes dans le côlon et le rectum. Ces syndromes sont causés par un gène muté, ou modifié, qui peut être transmis des parents à leurs enfants. Ils font augmenter le risque de cancer colorectal.

Le syndrome de Lynch est aussi appelé cancer colorectal héréditaire sans polypose (HNPCC). C’est le type le plus courant de syndrome du cancer colorectal héréditaire. Chez la plupart des personnes atteintes du syndrome de Lynch, le nombre de polypes (petites masses présentes sur la muqueuse) n’est pas inhabituel. Si elles en ont, ils apparaissent à un plus jeune âge que chez la population générale et ils sont plus susceptibles de devenir cancéreux.

La polypose adénomateuse familiale (PAF) engendre la formation de centaines, voire de milliers, de polypes sur le revêtement du côlon et du rectum.

Le syndrome de Peutz-Jeghers engendre la formation de nombreux hamartomes, ou polypes hamartomateux, dans le tube digestif, dont le côlon et le rectum.

Le syndrome de polypose juvénile engendre la formation d’hamartomes dans le tube digestif, dont le côlon et le rectum. Ces hamartomes apparaissent habituellement avant l’âge de 20 ans. Chez certaines personnes atteintes de ce syndrome, seuls quelques hamartomes prennent naissance dans le tube digestif. D’autres ont plus de 100 hamartomes.

Facteurs de risque

Votre risque d’être atteint d’un syndrome du cancer colorectal héréditaire dépend de la présence, chez des membres de votre famille, d’un des gènes mutés liés au syndrome.

Symptômes

Les symptômes d’un syndrome du cancer colorectal héréditaire dépendent du type de syndrome et du nombre de polypes présents dans le côlon et le rectum. Il est possible que vous n’ayez pas de symptômes. De nombreux polypes peuvent causer :

  • des changements aux habitudes intestinales;
  • un saignement du rectum;
  • de la douleur ou un malaise à l’abdomen;
  • de l’anémie;
  • un blocage dans l’intestin (occlusion intestinale);
  • le glissement d’une partie de l’intestin dans un autre segment de l’intestin situé tout près.

Diagnostic

Si vous éprouvez des symptômes d’un syndrome du cancer colorectal héréditaire ou si votre médecin pense que vous pourriez en être atteint, vous passerez des examens. Les tests qui permettent de diagnostiquer un syndrome du cancer colorectal héréditaire peuvent comprendre :

  • une gastroscopie (type d’endoscopie employée pour observer l’intérieur de l’œsophage et de l’estomac);
  • une coloscopie;
  • une biopsie;
  • un test de dépistage génétique.

Apprenez-en davantage sur ces tests et interventions ainsi que sur le dépistage génétique.

Traitement et suivi

Les traitements proposés pour les syndromes du cancer colorectal héréditaire dépendent du nombre de polypes et de la présence de symptômes. Ils peuvent comprendre :

  • l’ablation des polypes (polypectomie);
  • une résection intestinale avec colectomie totale ou proctocolectomie.

Vous passerez régulièrement des tests de dépistage par coloscopie ou sigmoïdoscopie, ainsi que d’autres examens. On y a recours pour vérifier les polypes et détecter un cancer, s’il apparaît.

hamartome

Malformation tissulaire non cancéreuse (bénigne) d'aspect tumoral causée par une croissance excessive de cellules normales.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Mani Larijani Étudier en 3D une protéine qui cause le cancer

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus