Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Adénomes

L’adénome, ou polype adénomateux, est une masse anormale fixée au revêtement du côlon ou du rectum. C’est un état précancéreux qui peut évoluer en cancer s’il n’est pas traité.

L’adénome est habituellement polypoïde, ce qui signifie qu’il sort du revêtement et qu’il se développe vers le centre creux du côlon ou du rectum. En général, il est aussi pédiculé, ce qui veut dire qu’il a la forme d’un champignon avec son pied, ou tige. S’il ressemble à un champignon sans son pied, on dit qu’il est sessile. Il arrive parfois que l’adénome s’étende à plat sur le revêtement du côlon ou du rectum. Ses bords peuvent aussi être dentelés, comme les dents d’une scie.

Types d’adénomes

Il existe 3 types d’adénomes. Chacun est décrit en fonction du modèle de croissance de ses cellules, c’est-à-dire à quoi elles ressemblent quand on les observe au microscope.

L’adénome tubuleux est le type le plus courant. Ses cellules ont la forme d’un tube.

L’adénome villeux est composé de cellules avec des saillies en forme de doigts. Il est souvent plus large que l’adénome tubuleux.

L’adénome tubulovilleux est composé de cellules qui suivent les deux modèles de croissance, soit tubuleux et villeux.

L’adénome dont les cellules suivent le modèle de croissance villeux est le plus susceptible de se transformer en cancer. Cela signifie que les adénomes villeux et les adénomes tubulovilleux risquent plus d’évoluer en cancer que les adénomes tubuleux.

L’adénome mesure habituellement moins de 1 cm. L’adénome qui mesure plus de 1 cm risque également davantage d’évoluer en cancer.

On peut observer de la dysplasie dans les adénomes. La dysplasie décrit les changements subis par les cellules qui tapissent le côlon ou le rectum. Quand on les examine au microscope, les cellules dysplasiques semblent différentes des cellules normales.

Il y a différents degrés de dysplasie. Quand elle est légère, ou de bas grade, les cellules sont un peu anormales. Quand elle est sévère, ou de haut grade, les cellules semblent très anormales, presque comme des cellules cancéreuses.

Facteurs de risque

On a établi un lien entre les facteurs de risque qui suivent et une plus grande probabilité que vous ayez un adénome :

  • 50 ans ou plus;
  • antécédents familiaux de polypes ou de cancer colorectal;
  • syndromes héréditaires comme la polypose adénomateuse familiale (PAF);
  • alimentation riche en matières grasses et faible en fibres;
  • inactivité physique;
  • embonpoint.

Symptômes

La plupart des adénomes ne causent aucun symptôme. Si des symptômes apparaissent, ce sont entre autres :

  • des changements aux habitudes intestinales, comme du mucus dans les selles;
  • un saignement du rectum;
  • de l’anémie;
  • de la fatigue.

Diagnostic

Si vous éprouvez des symptômes ou si votre médecin pense que vous pourriez avoir un adénome, vous passerez des examens. Les tests qui permettent de diagnostiquer l’adénome sont entre autres ceux-ci :

  • toucher rectal (TR);
  • coloscopie;
  • coloscopie virtuelle, aussi appelée colographie par tomodensitométrie;
  • sigmoïdoscopie flexible;
  • lavement baryté;
  • biopsie (habituellement effectuée lors de la coloscopie ou de la sigmoïdoscopie flexible).

Apprenez-en davantage sur ces tests et interventions.

Traitement et suivi

Le traitement auquel on a le plus souvent recours pour l’adénome est la chirurgie, soit une polypectomie, qu’on pratique lors d’une coloscopie ou d’une sigmoïdoscopie. Selon le nombre et le type d’adénomes, la quantité de dysplasie et sa gravité, les médecins pourraient faire une résection intestinale. Votre médecin peut vous proposer un suivi régulier lors duquel vous passerez une coloscopie ou une sigmoïdoscopie pour vérifier s’il y a d’autres adénomes.

polypose adénomateuse familiale (PAF)

Affection héréditaire caractérisée par la formation de centaines voire de milliers de polypes, surtout sur le revêtement du côlon et du rectum.

Les personnes atteintes de PAF risquent davantage d’avoir un cancer colorectal et un cancer de l’intestin grêle. Leur risque d’avoir un cancer de l’estomac, des glandes surrénales et de la glande thyroïde augmente également.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

J’ai eu un énorme choc lorsque j’ai reçu le diagnostic de cancer, de raconter Sabrina. Pour moi, le cancer était une maladie d’adulte. Étant à l’époque une adolescente de 13 ans, ce n’était absolument pas quelque chose qui me préoccupait. 

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus