Faire face quand votre enfant a le cancer

Vous êtes ici:

Troubles de la vessie

Des troubles de la vessie peuvent apparaître après certains types de traitement du cancer. Il arrive que des troubles de la vessie se manifestent comme effet tardif des traitements du cancer reçus dans l’enfance.

Fonctionnement de la vessie

La vessie fait partie de l’appareil urinaire. C’est un organe creux situé dans la partie inférieure de l'abdomen, derrière l'os pubien. La vessie est formée d'une paroi musculaire flexible qui lui permet de s'agrandir. Les reins filtrent le sang et fabriquent l'urine, qui entre dans la vessie par 2 tubes appelés uretères. La vessie emmagasine l'urine puis l’évacue du corps par un autre tube appelé urètre.

Schéma de l'emplacement de la vessie

Causes des troubles de la vessie

Les traitements du cancer, dont certains types de chimiothérapie, de radiothérapie et de chirurgie, peuvent causer des troubles de la vessie.

Chimiothérapie

Certains agents chimiothérapeutiques se décomposent en substances qui irritent le revêtement de la vessie lorsqu'ils sont évacués dans l'urine. Cette irritation peut causer de l'inflammation et des saignements. Dans de rares cas, il est possible qu’elle devienne grave et qu'elle engendre des dommages permanents.

Les agents chimiothérapeutiques qui irritent le plus souvent la vessie sont les suivants :

  • cyclophosphamide (Procytox)
  • ifosfamide (Ifex)

Radiothérapie

Une radiothérapie à la vessie ou au bassin peut causer des dommages à la vessie.

Chirurgie

Voici des types de chirurgie qui peuvent causer des troubles de la vessie :

  • chirurgie pratiquée pour enlever la vessie en partie ou en totalité
  • chirurgie au bassin comme l’ablation de la prostate chez l’homme ou de l’utérus chez la femme
  • chirurgie du système nerveux central

Autres causes

Le vaccin bacille de Calmette-Guérin (BCG) et d'autres médicaments administrés directement dans la vessie par un tube peuvent aussi causer une irritation.

Types de troubles de la vessie

Les troubles de la vessie qui suivent peuvent apparaître après un traitement du cancer :

  • saignement causé par l’inflammation de la paroi de la vessie (cystite hémorragique)
  • formation de tissu cicatriciel (fibrose) ou lésions des nerfs (vessie neurogène) qui risquent d’engendrer l’incontinence et une difficulté à emmagasiner l’urine ou à vider la vessie
  • réduction de la taille de la vessie
  • blocage dans un rein, la vessie, un uretère ou l’urètre
  • infections urinaires

Des problèmes qui affectent la capacité de la vessie d’emmagasiner et d’évacuer l’urine peuvent finir par causer des dommages aux reins.

Symptômes des troubles de la vessie

Les signes et symptômes qui suivent peuvent faire penser que la vessie a été endommagée :

  • sang dans l'urine
  • sensation de brûlure ou douleur quand on urine
  • besoin pressant d'uriner
  • besoin d'uriner souvent
  • impression que la vessie ne s'est pas vidée complètement
  • besoin d’uriner sans en être capable
  • difficulté à vider sa vessie
  • incontinence, soit une absence ou une perte de contrôle de la vessie
  • douleur au-dessus de l’os pubien
  • spasmes de la vessie
  • fièvre ou frissons

Si les symptômes s’aggravent ou ne disparaissent pas, mentionnez-le à votre médecin ou à votre équipe de soins sans attendre au prochain rendez-vous prévu.

Diagnostic des troubles de la vessie

Avant que le traitement du cancer commence, il est possible que l’équipe de soins fasse des examens afin de vérifier votre vessie et de s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes importants. On peut aussi faire des examens pendant et après le traitement pour s’assurer que rien n’a changé.

On diagnostique habituellement les troubles de la vessie à l’aide des tests suivants :

  • examen physique
  • analyse d’urine
  • analyses biochimiques sanguines
  • échographie de la vessie
  • pyélogramme intraveineux (PIV)
  • cystoscopie

Apprenez-en davantage sur les tests et interventions.

Prévention des troubles de la vessie

Pour prévenir les dommages à la vessie, l’équipe de soins surveille attentivement les personnes qui sont à risque. Elle a recours à des examens, dont l’analyse d’urine et les analyses biochimiques sanguines, pour surveiller et vérifier leur vessie quand elles reçoivent un traitement du cancer susceptible de l’affecter.

  • On protège la vessie avec un écran lors de la radiothérapie, si c’est possible, afin qu’elle ne subisse pas de dommages.
  • Pour aider à protéger la vessie de l’irritation lors de la chimiothérapie, il se peut que l’équipe de soins administre des liquides supplémentaires par une aiguille insérée dans une veine (voie intraveineuse). On administre habituellement un médicament appelé mesna (Uromitexan) avant, pendant ou après une chimiothérapie qui risque d’affecter la vessie.

Vous pouvez aussi aider à réduire votre risque de troubles de la vessie en :

  • buvant plus de liquides avant la séance de chimiothérapie et pendant au moins 24 heures après le traitement;
  • vidant souvent votre vessie, même la nuit;
  • évitant le thé, le café, les boissons gazeuses et autres liquides qui contiennent de la caféine;
  • évitant les aliments épicés et l’alcool.

Traitement des troubles de la vessie

Si des troubles de la vessie apparaissent à cause du traitement du cancer, votre équipe de soins établira un plan de traitement des symptômes.

  • On peut vous administrer des médicaments pour contrôler les spasmes de la vessie.
  • S’il y a des saignements importants, votre équipe de soins peut rincer abondamment votre vessie (irrigation vésicale), vous donner des médicaments pour traiter l’inflammation et faire cesser les saignements ou bien interrompre la chimiothérapie.
  • Il est possible de traiter la fibrose de la vessie et la réduction de sa taille en faisant des exercices qui font augmenter la quantité d’urine qu’elle peut contenir. On fait parfois une chirurgie pour accroître la taille de la vessie.
  • Certaines personnes qui ont une vessie neurogène ne parviennent pas à la vider complètement ou ne peuvent pas du tout uriner. On peut traiter la vessie neurogène à l’aide de médicaments ou de la chirurgie. Il est aussi possible de la traiter en insérant un tube (sonde) dans la vessie à certains moments afin d’évacuer l’urine (cathétérisme intermittent). L’équipe de soins vous expliquera comment le faire.

Suivi

Toutes les personnes traitées pour un cancer doivent avoir un suivi régulier. L’équipe de soins établira un plan de suivi en fonction du type de cancer, des traitements reçus et de vos besoins.

Assurez-vous d’informer votre médecin de tous les traitements que vous avez reçus. Si vous risquez d’éprouver des troubles de la vessie, vous devriez passer un examen physique chaque année. Le médecin vous posera des questions sur votre vessie.

Les examens de suivi peuvent comprendre ceux-ci :

  • analyse d’urine
  • analyses sanguines
  • échographie de la vessie

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dre Camilla Zimmermann La Dre Camilla Zimmermann met en lumière la nécessité de modifier la perception négative des soins palliatifs.

Plus de details

Investir pour réduire le fardeau du cancer

Icône – tirelire

L’an dernier, la SCC a financé la recherche sur le cancer à hauteur de 40 millions de dollars, grâce à nos donateurs. Découvrez comment vous pouvez aider à réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus