Faire face quand votre enfant a le cancer

Vous êtes ici:

Relations personnelles

Lorsqu'un enfant finit son traitement et qu'il reprend sa vie au sein de sa famille, de l'école et de la communauté, de nombreuses familles trouvent que les relations ont changé. Certaines deviennent plus solides vu l’expérience du cancer qu’ils ont partagée. Mais d’autres peuvent devenir tendues en raison des défis engendrés par le cancer.

Relations avec les parents et les frères et sœurs

Les relations au sein d'une famille peuvent être mises à l'épreuve lors de la transition vers la vie après le traitement. Le survivant au cancer et ses parents ont souvent des opinions différentes sur ce à quoi devrait ressembler la vie après le traitement. Tous les membres de la famille ont changé vu cette expérience avec le cancer, mais ils pourraient ne pas reconnaître ces changements. Communiquer ouvertement et franchement est important pour vous adapter à votre nouvelle vie et aux relations changeantes une fois le traitement fini. Une thérapie familiale peut aider à partager ses émotions, à ouvrir la communication et à se soutenir.

Une fois le traitement fini, certaines familles ont de la difficulté à penser que le survivant au cancer infantile va bien à nouveau. D'autre part, les parents peuvent croire que l'enfant va bien mais oublient qu'il peut encore se sentir fatigué ou éprouver des effets secondaires à long terme ou des problèmes physiques à cause du traitement. Il arrive parfois que les membres de la famille veuillent trop aider le survivant ou qu'ils ne lui offrent pas toute l'aide nécessaire ou voulue. Encore une fois, se parler et s’écouter aideront à atténuer certaines de ces frustrations.

Les règles et les routines familiales changent souvent en cours de traitement. S’adapter à la vie après le traitement devient alors un défi. Il arrive parfois qu'imposer à nouveau les anciennes règles et routines signifie que les parents doivent maintenant s'abstenir d'être surprotecteurs. Ils doivent laisser leur jeune survivant au cancer redevenir le plus normal possible. Cela peut vouloir dire laisser un adolescent sortir avec ses amis et revenir à la maison à l'heure habituelle. Ou bien laisser à nouveau l'enfant participer à des sports. Avant le diagnostic, ces activités étaient permises et favorisées, mais maintenant, tout ce que veulent les parents, c'est de protéger leur enfant. Cela peut être tout aussi frustrant pour l'enfant qui ne veut que retourner à la normale le plus possible et dès que possible. Les parents et l'enfant doivent discuter de leurs désirs, besoins, inquiétudes et peurs afin de comprendre le point de vue de chacun. Le temps et une bonne communication permettront de rétablir les choses.

Rétablir les responsabilités est un autre changement qui se produit une fois que l'enfant a terminé son traitement. Lors du traitement, l'enfant atteint de cancer et ses parents sont souvent loin de la maison. Les autres enfants qui restent à la maison prennent souvent des responsabilités supplémentaires, comme cuisiner, faire le ménage, l'entretien du terrain et d'autres tâches ménagères. Ils peuvent aussi être obligés de se préparer eux-mêmes pour se rendre à l'école ou aux activités parascolaires. Certains enfants s'habituent à ces responsabilités supplémentaires et peuvent même commencer à les apprécier et à en être fiers. Une fois que le traitement est fini et que tout le monde est de retour à la maison, certains enfants peuvent ne pas du tout apprécier que ces responsabilités leur soient enlevées. Les parents doivent alors faire preuve de délicatesse. Communiquer ouvertement et planifier les tâches avec tous les frères et sœurs permettront de s'assurer qu'on continue de reconnaître et d'apprécier toute leur aide tout en permettant au survivant au cancer de recommencer à participer à la vie de famille.

L’apparition du cancer chez un adolescent peut modifier le processus du développement normal. Alors que l’adolescent devient habituellement plus indépendant de la famille, un adolescent traité pour un cancer devient plutôt dépendant de ses parents pour le soutien affectif et physique. Après le traitement du cancer, les parents sont encore souvent protecteurs et peuvent trouver difficile de laisser leur jeune reprendre ce qu’il devrait faire, c’est-à-dire retourner à sa routine, grandir et devenir plus indépendant.

Le cancer peut apprendre à tous les membres de la famille ce qu’est la compassion, le partage et l’adaptation. Vous pouvez en ressortir plus empathique, responsable, mature, avoir une meilleure estime de vous-même et être plus près des autres membres de la famille. Cela peut améliorer vos relations et vous aider à faire face à tout défi alors que vous vous adaptez à la vie après le traitement.

Relations avec les amis

De nombreux enfants atteints de cancer disent que leurs relations avec leur famille et leurs amis ne sont plus jamais les mêmes qu'avant la maladie. C'est souvent le cas puisque l'expérience du cancer peut changer la façon dont une personne perçoit tout et chacun autour d'elle. Certaines amitiés restent solides alors que d’autres se terminent.

Il peut y avoir des différences selon que l’enfant reçoit son diagnostic alors qu’il est au primaire ou au secondaire. Les amitiés chez les jeunes enfants dépendent fréquemment de qui est dans leur classe à l’école. Les amitiés peuvent souvent changer si on ne va pas à l’école pendant une longue période. Quand on est jeune, il peut être plus facile de retourner à l’école et de se faire de nouveaux amis puisque les amitiés changent plus fréquemment. Quand un enfant est à la fin du primaire, il y a plus de groupes sociaux qui se forment et la pression exercée par les pairs est plus forte. Il peut alors être plus difficile de conserver ses amis et de s’en faire de nouveaux quand on retourne à l’école. Au secondaire, les adolescents plus âgés sont souvent plus matures. Cela peut les rendre plus compréhensifs face à ce que vit leur ami atteint de cancer et ils peuvent être plus susceptibles de faire les efforts nécessaires pour conserver cette amitié. Mais pour les jeunes qui entrent au secondaire, une période où ils se font habituellement de nouveaux amis et où ils laissent tomber les anciens, les choses peuvent être plus difficiles puisqu’ils n’ont pas encore eu la chance de se faire de nouveaux amis.

Vous pouvez réaliser que vous avez perdu le contact avec certains de vos amis au cours du processus diagnostique et du traitement. Ces amitiés peuvent alors vous sembler moins importantes. Les amis qui sont restés proches et les nouveaux amis que vous vous êtes faits lors du traitement demeurent souvent proches une fois que le traitement est fini. Ce sont ces amis qui comprennent ce que vous avez traversé. Cependant, vous pouvez penser à certains moments que même ces amis-là ne comprennent pas ce que vous avez vécu ou ce que vous ressentez.

Il est normal que les enfants qui ont été traités pour un cancer se sentent différents de leurs amis. Ils sont passés à côté de nombreuses expériences alors qu'ils étaient en traitement. Certains enfants disent qu'ils ne se sentent pas dans le coup et qu'ils ne peuvent pas être concernés par les expériences et les conversations de leurs amis. En même temps, vous pouvez vous trouver plus matures que vos amis parce que l'expérience du cancer vous a fait grandir et redéfinir vos priorités beaucoup plus rapidement qu'eux. Certains sujets dont vos amis discutent peuvent ne plus vous sembler importants comparativement à ce que vous avez vécu.

Certains enfants peuvent être fâchés contre leurs amis parce qu'ils ne comprennent pas ce qu'ils ont traversé. Vous pouvez même vous sentir jaloux de vos amis parce qu'ils n'ont pas eu à vivre ce que vous avez vécu.

Certains enfants peuvent vouloir reprendre les mêmes activités, sociales ou autres, qu'avant le diagnostic de cancer. Vous pouvez vous sentir gêné à cause des effets secondaires ou mal à l'aise ou encore rouillé parce que vous n’avez pas participé à ces activités depuis longtemps. Il y a des enfants qui peuvent se sentir coupables de reprendre leurs activités habituelles alors qu'ils savent que certains des amis qu'ils se sont faits en cours de traitement ne le peuvent pas.

Discutez avec vos parents, d’autres membres de la famille, vos enseignants ou des thérapeutes pour vous aider à trouver comment faire face à des situations qui pourraient impliquer vos amis ou vos camarades de classe à l'école. Vous pourriez trouver utile de vous joindre à un groupe de soutien pour survivants. Un travailleur social, des spécialistes du milieu de l'enfant et autres professionnels du centre de traitement peuvent aussi vous aider.

Se faire de nouveaux amis et discuter avec eux

Se faire de nouveaux amis en tant que survivant au cancer peut être difficile. Il est possible que vous vous sentiez différent des autres jeunes de votre âge ou que vous éprouviez des effets secondaires tardifs qui rendent les relations sociales difficiles. Vous pourriez avoir peur que la réapparition du cancer nuise à vos anciennes ou à vos nouvelles amitiés.

Ne vous sentez pas obligé de raconter à tout le monde votre expérience avec le cancer. Ne le dites qu’à quelques amis qui sauront vous écouter et vous soutenir. Aidez-les à comprendre ce que vous ressentez, et ils pourront alors faire de même avec les autres.

Certains amis trouveront la situation difficile puisqu’ils ne sauront pas quoi dire ou qu’ils craindront de dire la mauvaise chose. Soyez conscient que les réactions et les commentaires de certaines personnes peuvent être irréfléchis ou blessants. Habituellement, c’est parce qu'elles ne savent pas quoi dire, pas parce qu’elles veulent vous faire sentir mal.

Essayez d’être réaliste face à ce que vos amis comprendront de ce que vous avez traversé. Ils ne seront pas en mesure de le comprendre à moins que vous le leur expliquiez, et ils pourraient ne pas tout à fait saisir la situation sauf s'ils ont vécu la même expérience. De nombreux survivants au cancer infantile forment des relations durables avec d’autres survivants au cancer infantile parce qu’ils ont partagé la même expérience.

Quand dire à un ami que vous êtes un survivant au cancer

C’est à vous de décider quand dire à quelqu’un que vous êtes un survivant au cancer. Vous pourriez vouloir attendre de mieux connaître une personne avant de le lui dire ou vous pourriez décider de la mettre au courant immédiatement. Si vous avez une cicatrice ou une incapacité évidente à la suite du traitement, il est possible que vous n’ayez pas le choix.

Prenez chaque situation comme elle vient et faites ce qui semble bon pour vous. Quand vous pensez au moment où vous partagerez votre expérience, rappelez-vous que de nombreuses personnes trouvent que la franchise est une composante très importante de l’amitié, en particulier si elle dure longtemps.

Certains survivants décident de le dire tout de suite pour mettre cartes sur table et savoir comment la personne réagira. Mais vous pouvez aussi attendre afin de mieux la connaître et lui faire confiance davantage avant de partager votre expérience avec elle. Il est possible que vous choisissiez de ne pas du tout en parler si vous pensez que cela n’affectera pas votre nouvelle amitié.

Il est difficile de savoir comment une personne réagira à votre expérience du cancer. Certaines peuvent vous soutenir et vous comprendre tout de suite alors que d’autres peuvent être d’abord sous le choc sans toutefois être rebutées. Il y en a qui peuvent être mal à l’aise et vous rejeter. Cela reflète souvent leur peur du cancer plutôt que quelque chose qu’elles n’aiment pas chez vous. Ne laissez pas ces réactions vous empêcher de vous faire de nouveaux amis.

Rencontres sentimentales après le cancer

Certains survivants trouvent difficile d’entreprendre une relation sentimentale. Si vous avez manqué plusieurs années d’études secondaires, retourner à l’école et rencontrer quelqu’un peut être difficile. Cela peut être encore plus difficile si des effets secondaires physiques du traitement sont visibles, comme la calvitie, des cicatrices, un gain de poids, une déficience physique ou un trouble d’apprentissage.

Le cancer peut non seulement modifier votre apparence physique mais aussi comment vous vous sentez face à vous-même. Des cicatrices sur votre visage peuvent être apparentes aux yeux de tous ou bien vous cachez habituellement des cicatrices sur votre abdomen. Si le cancer a changé votre apparence, il est normal d’être mal à l’aise ou embarrassé. Il est également possible que vous n’ayez plus la même opinion de vous-même, malgré le fait que votre apparence n’ait pas changé.

Essayez de ne pas oublier que de nombreuses personnes, qu’elles aient eu ou non le cancer, ne sont pas sûres d’elles-mêmes quand vient le temps de rencontrer quelqu’un et d’entamer une nouvelle relation sentimentale. Tout le monde se demande comment la personne rencontrée va réagir quand elle apprendra de nouvelles choses sur elle ou lui. Vous pouvez ne pas vous sentir tout à fait le même et ne pas être rassuré face à l’avenir ou à la place qu’occuperait une nouvelle relation dans votre vie. Mais le cancer ne devrait pas être une excuse pour éviter d’essayer de rencontrer d’autres personnes et de se faire de nouveaux amis. Chaque rencontre n’a pas besoin d’être un succès. Si quelqu’un ne souhaite plus vous voir, vous n’avez pas échoué. Après tout, les rendez-vous galants ne sont pas tous concluants non plus pour les gens qui n’ont pas été atteints de cancer.

Si les relations sentimentales après un cancer vous inquiètent ou vous cause des difficultés, en parler à un conseiller peut être utile. Vous pourriez aussi trouver des groupes de soutien pour survivants au cancer qui vous offrent l’occasion de discuter des rencontres sentimentales et des nouvelles relations.

Mariage ou vie commune

Certains survivants peuvent avoir tellement peur que le cancer réapparaisse qu’ils craignent de s’engager sérieusement auprès d’une autre personne. Ils peuvent ne pas vouloir nuire à son avenir ou lui faire traverser cette épreuve.

D’autres s’engagent avec empressement dans une relation sérieuse ou le mariage même s’ils ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent. Ils peuvent se sentir vulnérables ou très dépendants des autres et souhaitent vivre en couple puisque cela semble synonyme de stabilité ou de normalité.

Certaines personnes peuvent croire qu’elles savent exactement ce qu’elles veulent chez un partenaire. Elles trouvent peut-être que les traitements du cancer les ont rendues plus fortes et plus sages. Elles se connaissent plus et savent mieux quelles sont leur priorités et elles pensent qu’elles peuvent en offrir davantage à un partenaire de vie.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr David Huntsman and Dr Sohrab Shah Comparaison des génomes de sous-types de cancer de l’ovaire

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus