Faire face quand votre enfant a le cancer

Vous êtes ici:

Comment aider les frères et sœurs à s’adapter selon leur âge

Le diagnostic de cancer d’un enfant affecte toute sa famille. Ces conseils spécifiques à chaque groupe d’âge vous permettront d’aider vos autres enfants à s’adapter au fait que leur frère ou leur sœur est atteint de cancer.

Nourrissons  et jeunes frères et sœurs

Faites-leur des câlins et serrez-les dans vos bras souvent.

Expliquez-leur la maladie avec des mots simples. Rassurez-les en leur disant que des gens aident l’enfant malade à aller mieux.

Rassurez-les en leur disant que vous serez à la maison dès que vous le pourrez.

Organisez de courtes visites à l’enfant hospitalisé. Aidez-les à sentir qu’ils font leur part en leur demandant d’effectuer de simples tâches comme choisir un jouet ou un livre à apporter à l’hôpital.

Fiez-vous à la parenté, à des amis ou à la garderie pour aider à maintenir une routine quotidienne normale.

Essayez de faire en sorte qu’un des deux parents passe du temps chaque jour avec les frères et sœurs. Si vous ne pouvez pas être avec eux en personne, essayez de les appeler. Dites-leur combien vous les aimez. Lisez-leur leur histoire préférée au téléphone ou chantez-leur une berceuse ou encore enregistrez un message, une histoire ou une berceuse qu’ils pourront écouter à l’heure du coucher.

Frères et sœurs d’âge scolaire et adolescents

Parlez-leur du diagnostic, du traitement, des effets secondaires et de comment se sent l’enfant malade de façon à ce qu’ils comprennent.

Répondez franchement à leurs questions. Dites-le si vous ne connaissez pas les réponses et essayez de les trouver. Organisez des conversations avec l’équipe de soins si les frères et sœurs pensent que cela les aidera.

Soyez à l’affût de signes indiquant que les frères et sœurs ont d’autres questions. C’est vous qui connaissez le mieux vos enfants et qui savez que cela peut être le cas s’ils regardent ailleurs, s’ils croisent leurs bras, s’ils prennent un ton contrarié par exemple.

Rassurez-les en leur disant qu’ils n’ont pas causé le cancer et qu’ils ne l’attraperont pas.

Parlez du fait qu’il est normal d’avoir peur, d’être inquiet, triste et fâché. Explorez des façons d’exprimer vos émotions et d’y faire face comme l’activité physique, l’écriture d’un journal, la musique ou les arts.

Partagez ce que vous ressentez et comment vous exprimez vos émotions sans blesser les autres.

Incitez les frères et sœurs à garder le contact avec l’enfant malade hospitalisé par le biais de lettres, de courriels, d’appels ou de vidéobavardage, de messages enregistrés, de dessins, de cartes et de visites quand c’est possible.

Dites à leurs enseignants et à leurs entraîneurs ce qui se passe afin qu’ils puissent les soutenir.

Essayez de continuer à les laisser pratiquer leurs activités habituelles. Cela aide les frères et sœurs à rester occupés et à conserver une certaine normalité. Des voisins, des amis et d’autres parents sont souvent prêts à amener vos enfants là où ils doivent être.

Incitez-les à s’amuser. Rassurez-les en leur disant que c’est bien et c’est sain d’avoir du plaisir même si leur frère ou leur sœur est hospitalisé.

Quand c’est possible, faites participer les frères et sœurs à la prise de décisions sur des choses qui les affectent, comme où ils vont aller après l’école ou lequel de leurs deux parents devrait aller à leur partie de hockey. Cela les aide à avoir une impression de contrôle et leur fait savoir que leur opinion compte.

Laissez-les se sentir utiles en aidant à la maison. N’oubliez pas de leur dire combien vous apprécier leur aide tout en faisant attention à ne pas leur donner plus de responsabilités que ce qu’ils sont capables d’assumer. Ils doivent avoir le temps de vivre leur âge.

Assurez-les que la famille sera en mesure de faire face à cette crise.

Essayez de faire en sorte qu’un des deux parents passe du temps chaque jour avec les frères et sœurs. Si vous ne pouvez pas être avec eux en personne, appelez-les ou envoyez-leur un message texte et ne vous concentrez que sur eux – comment s’est passé leur journée, leur examen, leur partie, etc. Dites-leur combien vous les aimez et combien ils vous manquent. Demandez à un parent ou à un ami de passer un moment mémorable avec eux.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Alison Allan Le rôle des os dans la propagation du cancer du sein

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus