Cancer du col de l’utérus

Vous êtes ici:

États précancéreux du col de l'utérus

Les états précancéreux du col de l’utérus sont des changements subis par les cellules du col qui les rendent plus susceptibles de devenir cancéreuses. Ces états ne sont pas encore cancéreux, mais les changements anormaux dans les cellules pourraient se transformer en cancer du col de l’utérus s’ils ne sont pas traités. Un état précancéreux du col de l’utérus non traité peut prendre jusqu’à 10 ans ou plus pour se transformer en cancer du col de l’utérus, mais dans de rares cas, cela se produit en moins de temps.

Les états précancéreux du col de l’utérus prennent naissance dans une région appelée zone de transformation. C’est là que les cellules cylindriques (type de cellules glandulaires) se transforment constamment en cellules malpighiennes. La transformation des cellules cylindriques en cellules malpighiennes est un processus normal, mais il rend les cellules plus sensibles aux effets du virus du papillome humain (VPH).

Types d’états précancéreux

Les états précancéreux du col de l’utérus sont décrits en fonction du degré d’anomalie de l’apparence des cellules observées au microscope et de la gravité des changements cellulaires. On les regroupe selon le type de cellule qui est anormal. Les changements précancéreux du col de l’utérus sont assez fréquents.

Cellules malpighiennes anormales

La plupart des médecins utilisent le système de Bethesda pour décrire les changements anormaux subis par les cellules malpighiennes du col dans lequel ils sont appelés lésions malpighiennes intra-épithéliales (SIL). D’autres systèmes emploient plutôt les termes néoplasie intra-épithéliale cervicale (CIN) ou dysplasie cervicale.

Les SIL sont de bas grade ou de haut grade. Les CIN sont de grade 1, 2 ou 3.

Les SIL de bas grade (LSIL) sont comparables aux CIN 1. Les LSIL n’affectent que les cellules qui sont à la surface ou près de la surface du revêtement du col de l’utérus. La dysplasie cervicale est légère, et les cellules ont subi des changements qui ne les rendent qu’un peu différentes des cellules normales.

Les SIL de haut grade (HSIL) sont comparables aux CIN 2 et 3. Les changements subis par les cellules sont plus en profondeur dans le revêtement du col de l’utérus. La dysplasie cervicale est modérée ou sévère et les cellules sont considérées comme plus anormales.

Dans le cas des HSIL, les cellules présentent des changements marqués de taille et de forme, alors leur apparence diffère de celle des cellules normales. La CIN 2 est une dysplasie modérée à sévère. La CIN 3 est une dysplasie sévère et comprend aussi le carcinome in situ. Plus le grade est élevé, plus le risque de cancer l’est aussi.

Cellules glandulaires anormales

Les cellules glandulaires atypiques (AGC) et l’adénocarcinome in situ (AIS) sont caractérisés par des changements subis par les cellules glandulaires du col de l’utérus. On n’établit pas de grade pour les anomalies des cellules glandulaires, mais on les décrit à l’aide du système de Bethesda.

AGC signifie que les cellules ne semblent pas normales. Les changements subis par ces cellules engendrent une hausse du risque d’évolution en cancer ou peuvent signifier qu’il y a un cancer sous-jacent.

AIS signifie que des cellules cancéreuses préinvasives ont été observées, c’est-à-dire qu’elles ne se sont pas propagées aux tissus plus profonds du col de l’utérus ou aux tissus voisins.

Facteurs de risque

L’infection au virus du papillome humain (VPH) est le principal facteur de risque des changements précancéreux du col de l’utérus. Le tabagisme et un système immunitaire affaibli font augmenter la probabilité qu’une infection au VPH ne disparaisse pas d’elle-même et qu’elle évolue en état précancéreux du col de l’utérus.

Symptômes

Les changements précancéreux du col de l’utérus ne provoquent habituellement aucun signe ou symptôme. Le résultat anormal d’un test Pap est souvent le premier signe que certaines cellules du col de l’utérus sont anormales. C’est pourquoi il est important de passer régulièrement un test Pap.

Diagnostic

Si le résultat d’un test Pap est anormal, vous passerez d’autres examens afin d’exclure ou de diagnostiquer un état précancéreux ou un cancer du col de l’utérus. Les examens peuvent comprendre ceux-ci :

  • un autre test Pap quelques mois plus tard (habituellement 6 mois) si les changements sont légers
  • un test de dépistage du VPH, qui est parfois fait sur un prélèvement de cellules du col de l’utérus effectué lors d’un test Pap
  • une colposcopie et une biopsie de toute région qui semble anormale
  • un curetage endocervical, pour prélever des cellules du canal endocervical habituellement lors de la colposcopie

Apprenez-en davantage sur le test Pap, la colposcopie et la biopsie.

Traitements

La plupart des femmes traitées pour un état précancéreux du col de l’utérus ont un excellent pronostic et cet état n’évoluera jamais en cancer du col de l’utérus.

Les anomalies légères du col de l’utérus disparaissent souvent d’elles-mêmes pour un retour à la normale sans traitement.

Les anomalies plus sévères sont plus susceptibles d’évoluer en cancer du col de l’utérus, en particulier si elles ne sont pas traitées pendant longtemps. Il est difficile de prévoir lesquelles évolueront en cancer invasif du col de l’utérus, c’est pourquoi on commence habituellement à les traiter dès qu’elles ont été diagnostiquées.

Les options de traitement pour les changements précancéreux du col de l'utérus peuvent comprendre celles-ci :

carcinome in situ

Cancer à un stade très précoce : les cellules tumorales n’ont pas encore envahi les tissus voisins.

colposcopie

Intervention qui consiste à utiliser un colposcope (instrument muni d’une source lumineuse et d’une lentille grossissante) pour examiner la vulve, le vagin et le col de l’utérus.

On peut prélever des cellules ou du tissu pour les examiner au microscope.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Le Dr Christopher O’Callaghan, chercheur, Groupe canadien des essais sur le cancer Le Groupe canadien des essais sur le cancer fait grimper le taux de survie au glioblastome chez les aînés.

Plus de details

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus