Logo Société canadienne du cancer

Cancer primitif
inconnu

Vous êtes ici:

Suivi après un traitement du cancer primitif inconnu

Le cancer primitif inconnu (CPI) se comporte différemment chez chaque personne : c’est pourquoi un programme de suivi standard ne convient pas à tous les cas. Toute personne atteinte devrait discuter avec son médecin d’un plan de suivi qui répond à sa propre situation. Les spécialistes du cancer (oncologues) et le médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité.

Une fois le traitement terminé, il faudrait signaler au médecin l'apparition de nouveaux symptômes ou la présence de symptômes qui persistent sans attendre au prochain rendez-vous fixé.

Planification du suivi

Le suivi après un traitement du CPI varie. Il n'y a pas de suivi standard pour les personnes atteintes d'un CPI puisqu'il peut comprendre plusieurs types différents de cancer.

Les visites de suivi ont habituellement lieu sur une base régulière, en particulier après un traitement. La fréquence de ces rencontres dépend de la réponse du CPI au traitement et de la probabilité de propagation ou de réapparition (récidive). Les personnes atteintes d'un certain type de CPI peuvent être suivies plus étroitement que d'autres.

Si une personne atteinte d'un CPI reçoit un traitement palliatif, on la suit aussi souvent que nécessaire.

Interventions

Lors d'une visite de suivi, le médecin pose habituellement des questions à la personne atteinte sur les effets secondaires du traitement, sa capacité d'adaptation et tout symptôme qu'elle pourrait éprouver. Il est possible que le médecin fasse un examen physique complet en portant une attention spéciale aux régions du corps où l'on a détecté le CPI ou où il risque de se propager.

Des examens pourraient être prescrits dans le cadre du suivi ou si le médecin soupçonne la progression ou la réapparition du cancer (récidive).

  • On peut faire des examens d'imagerie, comme une radiographie ou une TDM, pour savoir comment le cancer a réagi au traitement. On peut aussi y avoir recours si la personne éprouve de nouveaux symptômes.
  • On peut faire des analyses sanguines, dont une formule sanguine complète (FSC), des analyses biochimiques ou le dosage de marqueurs tumoraux, si le médecin croit que cela sera utile.

Si on observe une récidive lors du suivi, la personne atteinte sera évaluée par l’équipe d’oncologie afin de déterminer les meilleures options de traitement.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur le suivi après un traitement.

Histoires

La Dre Miriam Rosin, chercheuse Les recherches de la Dre Miriam Rosin aident à mieux comprendre le lien entre le papillomavirus et le cancer de la cavité buccale.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus