Logo Société canadienne du cancer

Cancer primitif
inconnu

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du cancer primitif inconnu

La chimiothérapie est l'un des traitements principaux du cancer primitif inconnu (CPI).

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour traiter le cancer. Il s’agit habituellement d’un traitement systémiquetraitement systémiqueTraitement qui consiste à administrer une substance qui voyage par les vaisseaux sanguins pour atteindre les cellules du corps tout entier. qui circule dans tout l’organisme et qui détruit les cellules cancéreuses dont celles qui auraient pu s’échapper de la tumeur primitive.

On peut administrer une chimiothérapie :

  • pour traiter certains sous-types de CPI qui réagissent bien à la chimiothérapie, comme les tumeurs neuroendocrines, les carcinomes neuroendocriniens et les tumeurs germinales peu différenciés
  • pour soulager la douleur ou maîtriser les symptômes d'un CPI, qui est une maladie de stade avancé (chimiothérapie palliative)
  • après des traitements locaux, comme la chirurgie ou la radiothérapie, pour détruire les cellules cancéreuses qui restent (chimiothérapie adjuvanteadjuvanteTraitement administré en plus du traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) pour aider à réduire le risque de réapparition (récidive) de la maladie (comme le cancer).)

Puisque le CPI s'est souvent propagé (métastases) à plus d'un emplacement et qu'on ne parvient pas à détecter le cancer primitif, la chimiothérapie pourrait être offerte seulement aux personnes atteintes d'un CPI :

  • pour lesquelles les médecins croient que la chimiothérapie serait bénéfique
  • qu'on ne peut pas aider par le biais de traitements locaux comme la radiothérapie ou la chirurgie
  • qui vont suffisamment bien et qui peuvent tolérer la chimiothérapie

Les médicaments employés, les doses administrées ainsi que les horaires suivis varient d’une personne à l’autre et selon le sous-type particulier de CPI. On adapte également la chimiothérapie au siège d'origine du cancer le plus probable.

Chimiothérapie empirique

La chimiothérapie empirique est la chimiothérapie que les médecins croient la plus efficace selon leur expérience de traitement auprès d'autres personnes présentant des caractéristiques semblables à celles de la personne atteinte d'un CPI. Les médecins évaluent soigneusement chaque option avant d'offrir une chimiothérapie empirique puisqu'elle risque de ne pas être bénéfique à certains. La chimiothérapie pourrait ne pas être une option adéquate si le cancer n'y réagirait probablement pas ou si la personne ne va pas bien en général, si elle souffre d'autres affections médicales ou si son indice fonctionnelindice fonctionnelMesure de la capacité d’une personne à effectuer des tâches courantes ainsi que ses activités quotidiennes. est faible.

Agents chimiothérapeutiques

En général, on a recours à une association d'agents chimiothérapeutiques pour traiter le CPI. Les associations chimiothérapeutiques les plus couramment administrées comme traitement du CPI sont composées d'un médicament à base de platine, comme le cisplatine (Platinol AQ) ou le carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ), et d'un taxane, tel que le paclitaxel (Taxol) ou le docétaxel (Taxotere).

  • On peut associer un médicament à base de platine à un taxane pour traiter des adénocarcinomes et des cancers peu différenciés qui sont tous de siège primitif inconnu. On y ajoute parfois d'autres médicaments comme l'étoposide (Vepesid, VP-16).
  • Les médicaments couramment administrés comme traitement du carcinome épidermoïde sont entre autres le cisplatine, le 5-fluorouracile (Adrucil, 5-FU) et le paclitaxel ou bien le docétaxel.
  • Dans le cas des tumeurs neuroendocrines peu différenciées et des tumeurs neuroendocrines ou des carcinomes neuroendocriniens de type carcinome à petites cellules, la chimiothérapie comprend habituellement un médicament à base de platine, soit le cisplatine ou le carboplatine, associé à l'étoposide. Ce sont les médicaments qu'on emploie pour traiter le cancer du poumon à petites cellules.

Si le CPI ne réagit pas aux médicaments administrés lors de traitements antérieurs ou s'il récidive, on pourrait avoir recours à d'autres médicaments. Ceux qu'on administrera alors dépendront du sous-type particulier de CPI ainsi que du pronostic et de l'état général de la personne.

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur la chimiothérapie.

Histoires

Kim Moreau Cuisons pour vaincre le cancer a fait une immense différence dans la vie de bien des femmes.

Lisez l’histoire de Kim

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus