Logo Société canadienne du cancer

Cancer primitif
inconnu

Vous êtes ici:

Traitement de l'adénocarcinome des ganglions lymphatiques axillaires

Les adénocarcinomes constituent la plupart des cas de cancer primitif inconnu (CPI). Une femme atteinte d'un adénocarcinome des ganglions lymphatiques de l'aisselle (ganglions axillaires) peut être traitée comme si elle avait un cancer du sein. La plupart des cancers chez la femme qui se propagent à ces ganglions sont des cancers du sein. Le traitement des femmes chez lesquelles on détecte un adénocarcinome seulement dans les ganglions axillaires ressemble à celui des femmes atteintes d'un cancer du sein de stade II ou de stade III.

Chirurgie

La chirurgie fait souvent partie des traitements principaux des femmes atteintes d'un adénocarcinome des ganglions lymphatiques axillaires. On fait une chirurgie pour enlever ces ganglions (curage ganglionnaire axillaire). Lors de la chirurgie, on peut aussi enlever le sein (mastectomie) situé du même côté que les ganglions qui sont atteints par le cancer.

Radiothérapie

On peut faire une radiothérapie au sein au lieu d'une mastectomie.

Chimiothérapie ou hormonothérapie

On peut administrer une chimiothérapie ou une hormonothérapie ou bien les deux en plus d'avoir recours à la chirurgie ou à la radiothérapie (traitement adjuvant). Le type de traitement administré dépend de l'âge de la femme et de la présence de récepteurs hormonaux positifs dans les cellules cancéreuses.

Thérapie biologique

On peut aussi proposer aux femmes atteintes d'une tumeur HER2 positive un traitement à base de trastuzumab (Herceptin), un anticorps monoclonal dont on se sert pour traiter les cancers du sein qui fabriquent une grande quantité de la protéine HER2 (ErbB2).

Essais cliniques

On peut offrir aux femmes atteintes d'un CPI la possibilité de participer à des essais cliniques. Pour obtenir plus de renseignements, consultez la section "Essais cliniques".

Histoires

Dr David Huntsman Risque génétique d’une forme agressive de cancer de l’estomac

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus