Cancer du sein

Vous êtes ici:

Types de reconstruction mammaire

Votre chirurgien plasticien vous parlera du type de reconstruction mammaire qui vous conviendrait le mieux. Les femmes qui ont une grosse poitrine pourraient avoir besoin d’une chirurgie du sein non atteint par le cancer dans le but d’équilibrer l’apparence des deux seins.

Implants mammaires

L’implant mammaire est un sac rond ou en forme de larme fait de silicone caoutchouté et rempli d’eau salée stérile (solution saline) ou d’un gel de silicone.

Types de chirurgie pratiqués pour poser les implants mammaires

L’implant mammaire est inséré dans un espace qui se trouve sous les muscles du thorax. Les médecins peuvent avoir recours aux approches suivantes pour former une poche.

Expansion tissulaire

Si la peau et les tissus du thorax sont trop tendus ou trop plats pour que le chirurgien puisse poser l’implant, il devra élargir l’espace. C’est ce qu’on appelle l’expansion tissulaire.

Schéma de l'expansion tissulaire

Le chirurgien insère une prothèse d’expansion sous la peau et les muscles du thorax. La prothèse d’expansion est un sac vide muni d’une petite valve, comme un ballon. Il arrive que la prothèse d’expansion soit mise en place lors de la chirurgie visant à enlever le sein en partie ou en totalité, soit une mastectomie. On peut aussi la poser lors d’une opération effectuée plus tard.

Une fois que la prothèse d’expansion est en place, le médecin la remplit lentement de solution saline. Il insère une très petite aiguille dans la peau jusqu’à la valve pour injecter la solution saline. Cette intervention se déroule toutes les 1 ou 2 semaines dans le cabinet du médecin, jusqu’à ce que la peau soit suffisamment étirée pour recevoir l’implant mammaire qui est de la même taille que l’autre sein, ce qui peut prendre jusqu’à 3 mois.

Une fois que la peau a été suffisamment étirée, le chirurgien fait une deuxième opération pour enlever la prothèse d’expansion et la remplacer par un implant permanent. Il arrive qu’on laisse la prothèse d’expansion en place comme implant permanent.

Reconstruction en une étape

La reconstruction en une étape porte aussi le nom de reconstruction par prothèse directe. C’est une nouvelle intervention qui peut constituer une option pour certaines femmes. Pour ce type d’implant, on utilise un tissu cutané spécial provenant de dons humains qu’on appelle greffon dermique acellulaire (AlloDerm, DermMatrix) et duquel on a retiré les cellules afin de prévenir le rejet.

Schéma de la reconstruction en une étape

Le chirurgien fixe des bandes de greffons dermiques acellulaires au tissu mammaire à l’aide de points de suture afin de créer une poche pour l’implant. Le greffon dermique acellulaire peut aussi être utilisé pour couvrir les bords d’un implant. Avec le temps, le greffon dermique acellulaire devient du tissu mammaire sain.

La reconstruction en une étape recourant à un greffon dermique acellulaire n’est pas accessible partout au Canada. Demandez à votre chirurgien plasticien si la reconstruction en une étape est une option pour vous.

Préoccupations relatives aux implants mammaires

Certaines femmes peuvent s’inquiéter des effets possibles des implants en silicone sur leur santé. Une surveillance des implants mammaires en silicone récemment effectuée au Canada a permis de constater qu’ils ne représentent aucun danger et qu’ils ne causent pas davantage de problèmes de santé.

Dans de très rares cas, les femmes porteuses d’implants mammaires, qu’ils soient à base de silicone ou de solution saline, peuvent être un jour atteintes d’un type rare de lymphome non hodgkinien appelé lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM). Il prend naissance dans le tissu cicatriciel qui se forme autour de l’implant. D’après des recherches récentes, le risque est plus élevé chez les femmes dont les implants sont texturés plutôt que lisses. Des organismes de santé du monde entier recueillent encore plus de données sur le nombre de femmes qui reçoivent un diagnostic de LAGC-AIM.

Si vous envisagez d’avoir une reconstruction mammaire par implants, discutez avec votre chirurgien plasticien des risques et des bienfaits des implants faits à base de solution saline et des implants en silicone.

Remplacement et retrait des implants mammaires

Les implants mammaires doivent être remplacés après avoir été dans le corps pendant de nombreuses années. Vous pourriez aussi vouloir faire enlever un implant à un moment donné. Une fois que l’implant a été enlevé, le sein peut devenir capitonné ou plissé ou subir d’autres changements d’apparence.

Parlez à votre chirurgien si vous envisagez de vous faire enlever l’implant. Il vous expliquera vos options et vous aidera à décider si vous souhaitez que l’implant soit enlevé ou remplacé.

Effets secondaires

Peu importe le type de chirurgie, il est possible que des effets secondaires se produisent. Cela dépend surtout du type de chirurgie effectué et de votre état de santé global. Certaines femmes qui reçoivent une radiothérapie au thorax dans le cadre du traitement du cancer du sein pourraient avoir plus de complications après une chirurgie visant à mettre un implant mammaire en place.

Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chirurgie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

La chirurgie pratiquée pour poser des implants mammaires peut causer les problèmes suivants :

  • infection
  • accumulation de liquide (sérome) dans le sein
  • douleur
  • formation de tissu cicatriciel autour de l’implant mammaire (contracture capsulaire), ce qui durcit le sein et lui fait perdre sa forme
  • déplacement de l’implant
  • plissement de l’implant, ce qui rend la peau du sein plissée
  • fuite ou rupture de l’implant

Avisez votre chirurgien plasticien si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à l’implant mammaire. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Reconstruction mammaire autologue

Lors de la reconstruction mammaire autologue, on prélève des tissus graisseux et musculaires sur d’autres parties de votre corps pour créer un nouveau sein. On obtient un effet plus naturel au toucher qu’avec un implant mammaire.

Techniques tissulaires

Les médecins peuvent avoir recours aux techniques tissulaires qui suivent pour faire une reconstruction mammaire autologue.

Le lambeau libre abdominal est la technique qu’on utilise le plus souvent pour la reconstruction mammaire. On parle de lambeau libre puisqu’on enlève complètement de la région de votre estomac (abdomen) le tissu qui servira à reconstruire votre sein. Ce type de reconstruction mammaire pourrait être une option pour vous si vous avez reçu une radiothérapie au thorax dans le cadre de votre traitement du cancer du sein. Au cours de la chirurgie, le lambeau est relié aux vaisseaux sanguins du thorax ou de la région de l’aisselle. Il existe 3 types de lambeaux libres auxquels on a recours pour la reconstruction mammaire :

  • le lambeau TRAM fait de muscle, de graisse, de peau et de vaisseaux sanguins de votre abdomen
  • le lambeau AEIP et le lambeau SIE faits seulement de graisse, de peau et de vaisseaux sanguins de votre abdomen

Schéma du lambeau TRAM

Schéma du lambeau AEIP ou SIE

Pour le lambeau pédiculé, on a recours à un muscle complet de votre abdomen ainsi qu’à de la peau et de la graisse pour reconstruire votre sein, comme dans le cas du lambeau abdominal. La différence est que le lambeau pédiculé reste fixé aux muscles et aux vaisseaux sanguins de cette région. On déplace tout le lambeau sous la peau jusqu’à la région mammaire. Ce type de reconstruction du sein peut être une option pour vous si vous n’avez pas reçu de radiothérapie.

Pour le lambeau dorsal, on a recours au muscle appelé grand dorsal (LATS) ainsi qu’à de la graisse et de la peau de votre dos pour former un coussinet ou un monticule. On peut poser un implant mammaire s’il n’y a pas assez de tissu pour que le sein ait l’air naturel. Ce type de lambeau est une option pour les femmes qui ont reçu une radiothérapie au thorax ou qui n’ont pas de peau et de tissu en excès dans d’autres régions qui pourraient servir à la reconstruction du sein.

Schéma du lambeau LATS

Pour d’autres types de lambeaux libres, on a recours à de la peau, de la graisse et des vaisseaux sanguins d’autres régions de votre corps pour reconstruire votre sein. On peut prélever du tissu sur vos fesses ou la partie supérieure de votre cuisse. Ce type de reconstruction mammaire n’est pas très fréquent.

Effets secondaires

Les effets secondaires de la reconstruction mammaire autologue dépendent surtout du type de chirurgie effectué, d’où provient le tissu pour le lambeau et de votre état de santé global. Les femmes qui ont une grosse poitrine et celles qui ont reçu une radiothérapie au thorax pourraient éprouver plus d’effets secondaires après une reconstruction mammaire autologue.

Il est possible que la reconstruction mammaire autologue cause des effets secondaires, mais chaque personne les ressent différemment. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chirurgie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Si vous fumez, on vous recommande fortement de renoncer au tabac au moins 3 mois avant la reconstruction mammaire autologue et au moins 1 mois à la suite de cette chirurgie. Le tabagisme nuit à la circulation du sang qui se rend à la peau et aux tissus sous-jacents, ce qui peut provoquer des infections, un retard dans la cicatrisation et une hausse du risque de mort du tissu du lambeau, ce qu’on appelle nécrose.

La reconstruction mammaire autologue peut causer les effets secondaires suivants :

  • infection
  • saignement
  • cicatrices à l’abdomen, au dos et au sein reconstruit
  • nécrose du lambeau
  • seins de forme ou de taille différente
  • faiblesse des muscles abdominaux
  • couleur et texture légèrement différentes du sein reconstruit par rapport à la peau de la région mammaire
  • diminution de la force musculaire du dos du côté de la zone donneuse

Avisez votre chirurgien plasticien si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie de reconstruction mammaire. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Reconstruction du mamelon et de l’aréole

Si une femme a eu une mastectomie avec préservation du complexe aréolo-mamelonnaire, son mamelon et son aréole (peau de couleur foncée qui entoure le mamelon) sont encore en place.

Si on a enlevé le mamelon et l’aréole, le chirurgien peut les reconstruire afin de créer un sein qui semble plus naturel. On fait cette intervention une fois que le sein reconstruit a pris sa forme définitive, soit habituellement de 3 à 6 mois après la reconstruction.

Le tissu prélevé pour la reconstruction du mamelon provient du nouveau sein créé ou du mamelon du sein opposé. Le médecin peut aussi utiliser la peau d’autres parties du corps comme les replis de peau de chaque côté du vagin ou les lobes d'oreille.

On peut créer une nouvelle aréole en faisant un tatouage sur la peau pour parvenir à la même couleur que l'aréole de l'autre sein ou en faisant une greffe de peau.

Un mamelon reconstruit a beaucoup moins de sensibilité qu'un mamelon naturel. Le mamelon et l'aréole peuvent avoir une couleur différente de ceux de l’autre sein.

Histoires

Dre Christine Friedenreich Prévenir le cancer par l’activité physique

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus