Cancer du sein

Vous êtes ici:

Traitements du cancer du sein de stade IV

En présence d'un carcinome canalaire ou d’un carcinome lobulaire de stade IV, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Au stade IV, le cancer du sein s’est propagé à d’autres parties du corps. On dit aussi que c’est un cancer avancé ou métastatique. Les traitements ne guérissent pas le cancer du sein métastatique, mais ils permettent de très bien le contrôler, parfois pendant de nombreuses années. Les médecins peuvent proposer un traitement jusqu’à ce qu’il cesse d’être efficace, puis en administrer un autre.

Les traitements proposés pour le cancer du sein de stade IV dépendent du statut des récepteurs hormonaux et du statut HER2 des cellules cancéreuses. Ils dépendent également d’où le cancer s’est propagé, de la présence de symptômes et de votre état de santé global.

Hormonothérapie

On propose une hormonothérapie aux femmes atteintes d’un cancer du sein de stade IV dont les récepteurs hormonaux sont positifs et qui s’est propagé aux os et aux tissus mous, comme les muscles et la graisse. On l’administre aussi quand le cancer s’est propagé aux organes internes, comme le foie, les poumons ou le cerveau, mais qu’il ne cause pas de symptômes.

Le type d’hormonothérapie reçu varie selon que vous êtes ménopauséeménopauséeMoment au cours de la vie d’une femme qui correspond à l’arrêt de la production d’ oestrogène par les ovaires et à l’absence de menstruations pendant 12 mois. Chez la plupart des femmes, la ménopause survient entre 45 et 55 ans. ou non. Si vous n’étiez pas en ménopause quand vous avez commencé le traitement, votre équipe de soins peut vous faire des analyses sanguines afin de savoir si vous êtes maintenant ménopausée. Ces analyses permettent de connaître la quantité d’œstrogène et d’hormone folliculostimulante (FSH) dans votre sang. Un faible taux sanguin d’œstrogène et un taux sanguin élevé de FSH indiquent que vous êtes ménopausée.

Hormonothérapie pour les femmes postménopausées

L’hormonothérapie administrée aux femmes postménopauséespostménopauséesPériode qui suit la ménopause. qui sont atteintes d’un cancer du sein de stade IV comprend un inhibiteur de l’aromatase tel que le létrozole (Femara), l’anastrozole (Arimidex) ou l’exémestane (Aromasin). Si la femme ne souhaite pas ou ne peut pas prendre un inhibiteur de l’aromatase, on pourrait lui proposer le tamoxifène (Nolvadex, Tamofen).

Hormonothérapie pour les femmes préménopausées

L’hormonothérapie administrée aux femmes préménopausées peut comprendre la suppression ovarienne ou l’inhibition de l’activité ovarienne. Ces traitements empêchent les ovaires de produire de l’œstrogène et provoquent la ménopause. On associe la suppression ovarienne et l’inhibition de l’activité ovarienne à l’un des inhibiteurs de l’aromatase mentionnés ci-dessus. Les femmes préménopausées qui ne souhaitent pas opter pour la suppression ovarienne ou l’inhibition de l’activité ovarienne pourraient recevoir seulement du tamoxifène.

Chimiothérapie

On administre une chimiothérapie pour traiter le cancer du sein de stade IV dont les récepteurs hormonaux sont négatifs. On la propose également pour un cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs qui s’est propagé aux organes internes et qui provoque des symptômes.

Il n’y a pas d’agent chimiothérapeutique ou d’association chimiothérapeutique standard pour le cancer du sein de stade avancé. On administre une chimiothérapie tant que le cancer y réagit et que les effets secondaires ne posent pas de problèmes. Une fois que le cancer ne réagit plus à la chimiothérapie, on peut proposer un médicament différent.

On emploie souvent un seul agent chimiothérapeutique à la fois pour traiter le cancer du sein métastatique puisque l’administration d’un seul médicament engendre moins d’effets secondaires qu’une association d’agents chimiothérapeutiques. On administre une chimiothérapie tant que les effets secondaires ne posent pas de problèmes et que le cancer du sein ne grossit pas.

Les agents chimiothérapeutiques suivants peuvent être administrés seuls :

  • doxorubicine (Adriamycin)
  • doxorubicine liposomale pégylée (Caelyx)
  • paclitaxel (Taxol)
  • nab-paclitaxel (Abraxane)
  • capécitabine (Xeloda)
  • gemcitabine (Gemzar)
  • vinorelbine (Navelbine)
  • cyclophosphamide (Procytox)
  • carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • docétaxel (Taxotere)
  • cisplatine (Platinol AQ)
  • épirubicine (Pharmorubicin)

On peut proposer les associations chimiothérapeutiques suivantes pour traiter le cancer du sein de stade IV :

  • CAF (ou FAC) – cyclophosphamide, doxorubicine et 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU)
  • CEF (ou FEC) – cyclophosphamide, épirubicine et 5-fluorouracil
  • AC – doxorubicine et cyclophosphamide
  • EC – épirubicine et cyclophosphamide
  • docétaxel et capécitabine
  • gemcitabine et paclitaxel
  • gemcitabine et carboplatine

Traitement ciblé

On administre le trastuzumab (Herceptin) pour traiter le cancer du sein de stade IV qui est HER2 positif. On l’ajoute habituellement à la chimiothérapie. On peut l’administrer seul si vous n’êtes pas assez bien pour recevoir une chimiothérapie. Quand on prend seulement du trastuzumab, on le fait habituellement jusqu’à ce que le cancer du sein recommence à croître.

On peut avoir recours au pertuzumab (Perjeta) pour traiter le cancer du sein métastatique HER2 positif chez les femmes qui n’ont pas reçu de trastuzumab ou de chimiothérapie. On associe le pertuzumab au trastuzumab et au docétaxel (Taxotere). Il est possible que le pertuzumab ne soit pas couvert par tous les régimes provinciaux d’assurance maladie.

On peut associer le palbociclib (Ibrance) au létrozole chez les femmes postménopausées atteintes d’un cancer du sein de stade IV qui est HER2 négatif et à récepteurs d’œstrogènes positifs (ER+) et qui n’ont pas reçu de trastuzumab ou de chimiothérapie. On peut administrer le palbociclib comme premier traitement du cancer du sein de stade IV. Il est possible que le palbociclib ne soit pas couvert par tous les régimes provinciaux d’assurance maladie.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux sans traiter le cancer lui-même, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement du cancer avancé.

Essais cliniques

De nombreux essais cliniques sur le cancer du sein sont en cours au Canada et acceptent des participantes. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

La Dre Wendy Parulekar, chercheuse, Groupe canadien des essais sur le cancer Le Groupe canadien des essais sur le cancer a découvert l’effet protecteur d’une hormonothérapie prolongée contre le cancer du sein.

Plus de details

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus