Cancer du sein

Vous êtes ici:

Traitements du cancer du sein de stade II

En présence d'un carcinome canalaire ou d’un carcinome lobulaire de stade II, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Les médecins considèrent que le cancer du sein de stade IIA est précoce. Ils considèrent également que le cancer du sein de stade IIB est localement avancé. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Chirurgie

La chirurgie est un traitement standard du cancer du sein de stade II.

Les médecins proposent la chirurgie mammaire conservatrice s’ils peuvent enlever la tumeur en entier ainsi qu’une marge de tissu sain autour tout en conservant suffisamment de tissu pour que le sein ait l’air le plus naturel possible après la chirurgie.

On propose la mastectomie radicale modifiée si le cancer affecte plus d’une région du sein ou s’il est présent dans les bords du tissu enlevé lors de la chirurgie mammaire conservatrice, c’est-à-dire que les marges chirurgicales sont positives. On la propose également si on ne détecte pas de tumeur dans le sein mais qu’une très petite quantité de cancer se trouve dans les ganglions lymphatiques (stade IIA).

On peut proposer la biopsie du ganglion sentinelle (BGS) si le médecin pense que le cancer ne s’est pas propagé aux ganglions lymphatiques. Si les résultats de la BGS révèlent que le cancer affecte le ganglion sentinelle, ou s’il est impossible de trouver le ganglion sentinelle, le médecin fera un évidement ganglionnaire axillaire afin d’établir le stade du cancer.

On peut faire un évidement ganglionnaire axillaire pour diagnostiquer et stadifier le cancer du sein.

Radiothérapie

On propose une radiothérapie externe après la chirurgie mammaire conservatrice d’un cancer du sein de stade II. On traite tout le sein et les ganglions lymphatiques situés à l’aisselle et près de la clavicule.

On peut vous proposer une radiothérapie après la mastectomie pour un cancer du sein de stade II s’il s’est propagé aux ganglions lymphatiques ou à la peau ou aux muscles du thorax.

Chimiothérapie

On propose habituellement une chimiothérapie après la chirurgie d’un cancer du sein de stade II. On peut l’administrer avant la chirurgie (traitement néoadjuvant) si :

  • la tumeur mesure plus de 5 cm;
  • la tumeur a envahi la peau ou les muscles du thorax;
  • le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques situés à l’aisselle et autour du sternum.

Les associations chimiothérapeutiques les plus couramment administrées sont les suivantes :

  • AC-T – doxorubicine (Adriamycin) et cyclophosphamide (Procytox) suivies de paclitaxel (Taxol) ou de docétaxel (Taxotere)
  • T-AC – paclitaxel ou docétaxel suivi de doxorubicine et de cyclophosphamide
  • TC – paclitaxel et cyclophosphamide
  • CAF (ou FAC) – cyclophosphamide, doxorubicine et 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU)
  • CAF suivie de docétaxel ou de paclitaxel
  • CEF (ou FEC) – cyclophosphamide, épirubicine (Pharmorubicin) et 5-fluorouracil
  • CEF suivie de docétaxel ou de paclitaxel
  • EC – épirubicine et cyclophosphamide

Hormonothérapie

On propose toujours une hormonothérapie aux femmes atteintes d’un cancer du sein de stade II dont les récepteurs hormonaux sont positifs. Elles la suivent pendant jusqu’à 10 ans.

Le tamoxifène (Nolvadex, Tamofen) est le médicament hormonal anti-œstrogénique le plus souvent proposé aux femmes préménopausées ou postménopauséespostménopauséesPériode qui suit la ménopause..

On administre des inhibiteurs de l’aromatase seulement aux femmes postménopausées. On peut les leur proposer après un traitement au tamoxifène ou au lieu du tamoxifène si elles ne peuvent pas ou préfèrent ne pas prendre de tamoxifène. Les inhibiteurs de l’aromatase les plus courants sont les suivants :

  • létrozole (Femara)
  • anastrozole (Arimidex)
  • exémestane (Aromasin)

Hormonothérapie pour les femmes postménopausées

L’hormonothérapie administrée aux femmes postménopausées qui sont atteintes d’un cancer du sein de stade II comporte le tamoxifène (anti-œstrogénique) et des inhibiteurs de l’aromatase.

On peut vous proposer l’une des options suivantes :

  • seulement du tamoxifène (Nolvadex, Tamofen) pendant jusqu’à 10 ans
  • seulement un inhibiteur de l’aromatase pendant jusqu’à 10 ans
  • du tamoxifène pendant 5 ans, puis un inhibiteur de l’aromatase pendant jusqu’à 5 ans (pour une hormonothérapie ne dépassant pas 10 ans)
  • du tamoxifène pendant 2 à 3 ans suivi d’un inhibiteur de l’aromatase pendant 2 à 3 ans, ou bien un inhibiteur de l’aromatase suivi de tamoxifène pour une hormonothérapie d’une durée maximale de 5 ans
  • un inhibiteur de l’aromatase pendant 2 à 3 ans suivi de tamoxifène

Hormonothérapie pour les femmes préménopausées

L’hormonothérapie administrée aux femmes préménopausées qui sont atteintes d’un cancer du sein de stade II comporte les options suivantes.

Vous prenez du tamoxifène pendant 5 ans, puis votre équipe de soins vérifie si vous êtes ménopausée :

  • si vous êtes encore en préménopause, vous pouvez continuer à prendre du tamoxifène pour une durée maximale totale de 10 ans;
  • si vous êtes ménopausée, votre équipe de soins peut vous proposer de continuer à prendre du tamoxifène pour une durée maximale totale de 10 ans ou de prendre plutôt un inhibiteur de l’aromatase pendant jusqu’à 5 ans (pour une hormonothérapie ne dépassant pas 10 ans).

On peut proposer aux femmes plus âgées qui sont préménopausées la suppression ovarienne, ou inhibition de l’activité ovarienne, ainsi que la prise de tamoxifène ou d’un inhibiteur de l’aromatase pendant jusqu’à 10 ans.

Traitement ciblé

On ajoute du trastuzumab (Herceptin) à la chimiothérapie pour traiter un cancer du sein de stade II qui est HER2 positif et dont le risque de récidive est élevé. On l’administre habituellement pendant jusqu’à 1 an une fois que la chimiothérapie est finie.

Essais cliniques

De nombreux essais cliniques sur le cancer du sein sont en cours au Canada et acceptent des participantes. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Dre Annette McWilliams La Dre Annette McWilliams fait appel à un à un nez électronique pour flairer le cancer du poumon.

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus