Logo Société canadienne du cancer

Cancer du sein

Vous êtes ici:

Suivi après un traitement du cancer du sein

Le cancer du sein se comporte différemment chez chaque femme : c’est pourquoi un programme de suivi standard ne convient pas à tous les cas. Toute femme atteinte devrait discuter avec son médecin d’un plan de suivi qui répond à sa propre situation. Le chirurgien, les spécialistes du cancer (oncologues) et le médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité.

Une fois le traitement terminé, il faudrait signaler au médecin l'apparition de nouveaux symptômes ou la présence de symptômes qui persistent sans attendre au prochain rendez-vous fixé. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • douleur, en particulier à la jambe, au dos ou à la hanche
  • toux persistante ou difficulté à respirer
  • masse dans l’un ou l’autre des seins, le cou, l’aisselle ou l’aine
  • changements inhabituels (comme un épaississement ou la formation d'une masse) au site chirurgical ou à la cicatrice même
  • fatigue inexpliquée ou accrue
  • perte d'appétit ou perte de poids inexpliquée
  • nausées
  • picotements ou engourdissement dans le bras ou la main
  • enflure de la main ou du bras
  • mal de tête persistant ou nouveau symptôme neurologique, comme une vision double, l'engourdissement ou une faiblesse des bras ou des jambes ou tout autre symptôme inhabituel ou grave
  • légers saignements vaginaux ou saignements plus importants chez les femmes qui ont encore leur utérus et qui prennent du tamoxifène (Nolvadex)

La probabilité que le cancer du sein réapparaisse est plus grande au cours des 5 premières années après le traitement, c’est pourquoi on doit faire un suivi attentif durant cette période. Les femmes ayant reçu un diagnostic de cancer du sein sont plus à risque d’être atteintes d’un cancer à l’autre sein, ainsi qu’un cancer du côlon, de l’ovaire ou de l’utérus.

Planification du suivi

Le suivi après un traitement du cancer du sein varie. Les consultations sont habituellement ainsi prévues :

  • aux 3 à 6 mois pendant les 3 premières années qui suivent le traitement
  • aux 6 à 12 mois au cours des 2 années suivantes
  • une fois par année par la suite

Interventions

Lors d’une visite de suivi, le médecin pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement, la capacité d’adaptation de la femme et la présence de symptômes. Il est possible que le médecin fasse un examen physique complet, dont :

  • examen clinique des seins
    • Cet examen comprend la vérification des ganglions lymphatiques logés dans l'aisselle, le cou et la région de la clavicule.
    • Le médecin examine aussi la paroi du thorax et la cicatrice chirurgicale.
  • examen du bassin, y compris un test Pap
  • examen des poumons et de l'abdomen
  • vérification pour détecter tout signe d’enflure à la main ou au bras (lymphoedème)

Le seul test qu’on effectue régulièrement au cours du suivi du cancer du sein est une mammographie. On le fait aux 2 seins (si la femme a eu une chirurgie mammaire conservatrice) ou sur le sein qui reste (si la femme a eu une mastectomie). Une mammographie est prévue :

  • 6 mois après le traitement du cancer du sein
  • une fois par année par la suite

On ne recommande pas d’examen courant autre qu’une mammographie si une femme n’a aucun symptôme. Des examens pourraient être prescrits s’il y a présence de symptômes ou si le médecin soupçonne la réapparition du cancer (récidive).

Si on observe une récidive lors du suivi, l'équipe d'oncologie évaluera la personne atteinte afin de déterminer les meilleures options de traitement.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur le suivi après un traitement.

Histoires

Sandra LeBlanc C’est facile de soutenir la Société canadienne du cancer. Chacun d’entre nous est touché d’une manière ou d’une autre par le cancer.

Lisez l'histoire de Sandra

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus