Cancer du sein

Vous êtes ici:

Réduire le risque de cancer du sein

Vous pouvez réduire votre risque de cancer du sein en adoptant les comportements suivants.

Suivez les lignes directrices sur le dépistage du cancer

Le dépistage, c'est vérifier par le biais d'examens si la maladie est présente dans un groupe de personnes chez qui on n'observe pas de symptômes de cette maladie. Les tests de dépistage aident à détecter le cancer du sein avant que des symptômes n'apparaissent.

Les programmes de dépistage provinciaux et territoriaux ont recours à la mammographie de dépistage. La mammographie  est une radiographie à faible dose du sein. C’est la méthode la plus fiable pour détecter un cancer du sein précoce chez la femme. Suivez ces lignes directrices de dépistage du cancer du sein même si vous pensez être en santé :

  • Passez une mammographie tous les 2 ans si vous êtes âgée de 50 à 69 ans.
  • Si vous avez entre 40 et 49 ans, discutez avec votre médecin de votre risque de cancer du sein ainsi que des avantages et des désavantages de la mammographie.
  • Si vous avez 70 ans ou plus, discutez avec votre médecin de la fréquence à laquelle vous devriez passer une mammographie de dépistage.

Apprenez-en davantage sur le dépistage du cancer du sein et la mammographie. Si vous croyez avoir un risque plus élevé que la moyenne d’être un jour atteinte d’un cancer du sein, discutez d’un plan de dépistage personnalisé avec votre médecin.

Limitez votre consommation d'alcool

Consommer de l’alcool peut faire augmenter votre risque de cancer du sein. Les femmes qui  choisissent de boire de l’alcool devraient s’en tenir à moins de 1 verre par jour. Moins vous buvez, plus vous réduisez votre risque.

Maintenez un poids santé

Des études ont démontré que l'obésité fait augmenter votre risque de cancer du sein. Vous pouvez réduire votre risque en maintenant un poids santé. Bien manger et être physiquement active peut vous aider à conserver un poids santé.

Discutez avec votre médecin des bienfaits et des risques de l'hormonothérapie substitutive

Discutez avec votre médecin des bienfaits et des risques de l'hormonothérapie substitutive (HTS) et des autres options. On recommande souvent aux femmes dont le risque de cancer du sein est élevé de ne pas suivre une HTS puisqu'un lien a été établi entre l'œstrogène et l’apparition du cancer du sein.

Apprenez-en davantage sur l’hormonothérapie substitutive (HTS).

Ne fumez pas et évitez la fumée secondaire

Si vous fumez, demandez de l'aide pour renoncer au tabac. Évitez la fumée secondaire.

Renseignez-vous sur les facteurs de protection

Certains choix de vie peuvent aider à vous protéger contre le cancer du sein.

Allaiter

Les chercheurs ont démontré que l'allaitement protège contre l’apparition du cancer du sein puisqu'il peut réduire le nombre total de cycles menstruels d'une femme. Plus l'allaitement dure longtemps, plus l'effet hormonal protecteur est grand.

Bien des raisons différentes peuvent inciter une femme à ne pas allaiter, et l'allaitement peut ne pas être possible pour chaque femme et chaque bébé.

Porter des enfants

Avoir au moins une grossesse à terme, en particulier avant l’âge de 30 ans, réduit le risque de cancer du sein pendant toute la vie d'une femme. Chaque grossesse supplémentaire réduit davantage le risque à long terme.

Découvrez si votre risque est élevé

Certaines femmes risquent plus que la moyenne d’être atteintes du cancer du sein. Discutez de votre risque avec votre médecin. S’il est supérieur à la moyenne, vous pourriez avoir besoin d’une stratégie de réduction des risques personnalisée.

Chimioprévention

Les modulateurs sélectifs des récepteurs œstrogéniques (MSRE) sont des médicaments anti-œstrogéniques. Ils bloquent les effets de l'œstrogène dans certains tissus, comme le tissu du sein, et agissent comme l'œstrogène dans d'autres tissus. On administre certains MSRE, comme le tamoxifène (Nolvadex), pour traiter le cancer du sein. Le tamoxifène fait aussi baisser le risque de cancer du sein chez les femmes à risque élevé, mais il fait également augmenter le risque de cancer de l'utérus (endomètre).

Les femmes porteuses d'une mutation du gène BRCA2 pourraient bénéficier du tamoxifène puisque si une tumeur du sein apparaît, elle est plus susceptible d’être à récepteurs d’œstrogènes positive (ou ER positive). Quant à une tumeur du sein liée à une mutation du gène BRCA1, elle est plus susceptible d’être à récepteurs d’œstrogènes négative (ou ER négative).

Les femmes dont le risque d'être un jour atteintes d'un cancer du sein est élevé ou celles qui sont porteuses d’une mutation du gène BRCA2 devraient discuter avec leur médecin des bienfaits et des risques possibles du tamoxifène ou d'autres MSRE pris pour réduire leur risque de cancer du sein.

Mastectomie prophylactique

L’ablation chirurgicale d'un ou des deux seins avant l’apparition d’un cancer est appelée mastectomie prophylactique. Cette chirurgie est une option parfois choisie par des femmes qui ont un risque très élevé de cancer du sein. Certaines femmes envisagent de recourir à cette intervention si elles sont porteuses d'une mutation connue d’un gène BRCA ou si le cancer s'est déjà manifesté dans l'un de leurs seins. Bien que de nombreuses femmes porteuses de mutations d’un gène BRCA puissent avoir un cancer du sein, certaines n'en seront pas atteintes.

Le cancer du sein peut quand même apparaître dans la petite quantité de tissu mammaire qui reste après la mastectomie prophylactique, mais cela est rare. Des résultats d'études ont démontré que la mastectomie prophylactique engendre une réduction de 90 % du risque de cancer du sein chez les femmes à risque élevé.

La décision de subir une mastectomie prophylactique devrait être étudiée minutieusement, une fois qu'on a abordé tous les risques et bienfaits de l'intervention avec le médecin. On devrait également discuter d'autres options de réduction des risques, comme la surveillance étroite et la chimioprévention. Cependant, cette chirurgie peut être la bonne option pour certaines femmes dont le risque est très élevé.

Ovariectomie prophylactique

L’ablation chirurgicale des deux ovaires avant l’apparition d’un cancer est appelée ovariectomie prophylactique. Enlever les deux ovaires, qui sont la principale source d'œstrogène, peut faire baisser le taux d’œstrogène dans le corps et ainsi réduire le risque de cancer du sein chez les femmes porteuses de mutations d’un gène BRCA. L’intervention peut également réduire le risque de cancer de l'ovaire.

Si on enlève les ovaires d’une femme, elle entrera en ménopause. Certaines femmes décident de se faire enlever leurs ovaires une fois qu'elles ont porté tous les enfants qu'elles désiraient.

On devrait considérer avec soin le recours à l'ovariectomie prophylactique, une fois qu'on a discuté de tous les risques et bienfaits de cette intervention avec le médecin. On devrait aussi discuter d'autres options de réduction des risques. Cette chirurgie peut être la bonne option pour certaines femmes qui ont un risque très élevé d’être atteintes d’un cancer du sein.

Pour plus d’information sur la réduction du risque de cancer

Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le risque de cancer.

Histoires

Dr Shana Kelley Une analyse sanguine ultrasensible pour détecter le cancer

Plus de details

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus