A A A


Cancer inflammatoire du sein

Le cancer inflammatoire du sein (CIS) est un type peu courant de cancer du sein puisqu’il représente seulement de 1 à 4 % de tous les cas de cancer du sein. Le CIS n’est pas causé par une infection ou une inflammation du sein. Le mot inflammatoire décrit plutôt l’apparence du sein atteint de ce type de cancer.

 

Le cancer inflammatoire du sein prend naissance dans les canaux mammaires. Les cellules cancéreuses passent des canaux aux vaisseaux lymphatiques (tubes qui font circuler la lymphe) de la peau du sein.

 

Le cancer inflammatoire du sein est plus susceptible d’être diagnostiqué chez les femmes d’origine africaine et chez les jeunes femmes.

Signes et symptômes

Les symptômes du cancer inflammatoire du sein diffèrent de ceux des cancers du sein plus courants. Les symptômes sont causés par la présence de cellules cancéreuses dans les vaisseaux lymphatiques de la peau, ils peuvent apparaître soudainement et varier d’une femme à l’autre.

 

Les signes et symptômes du cancer inflammatoire du sein peuvent être les suivants :

  • sein qui est chaud au toucher
  • changements de la peau du sein
    • couleur rose, rouge ou violet
      • La couleur peut passer de pâle à foncé au fur et à mesure que le cancer évolue.
    • capitonnée comme l'écorce d'une orange (peau d'orange)
    • bosses ou saillies
  • sein sensible ou douloureux
  • sein enflé ou qui augmente soudainement de volume en peu de temps
  • sein ou mamelon qui pique
  • épaississement du tissu mammaire
  • écoulement du mamelon
  • changements du mamelon
  • masse au sein – rare
  • ganglions lymphatiques enflés à l’aisselle (ganglions axillaires) ou au-dessus de la clavicule

 

Les symptômes du cancer inflammatoire du sein peuvent ressembler à ceux d'une infection mammaire (mastite), qu'on peut efficacement traiter avec des antibiotiques. On devrait discuter avec son médecin si les symptômes ne disparaissent pas malgré le traitement aux antibiotiques. Il est possible qu'on doive faire d'autres examens pour écarter un diagnostic de cancer inflammatoire du sein.

Diagnostic

Si les signes et symptômes du cancer inflammatoire du sein se manifestent, ou si le médecin soupçonne la présence d’un tel cancer, on fait des examens afin de poser un diagnostic.

 

Les examens effectués pour diagnostiquer un cancer inflammatoire du sein peuvent comprendre ceux-ci :

Pathologie et stadification

Le cancer inflammatoire du sein peut se développer et se propager rapidement. Les cellules cancéreuses se sont souvent déjà propagées aux ganglions lymphatiques de l’aisselle (ganglions axillaires) au moment du diagnostic.

 

On classe le CIS selon le système de stadification du cancer du sein :

  • stade III (IIIB ou IIIC) – Le cancer est détecté seulement dans un sein ou dans les ganglions lymphatiques de l’aisselle ou bien dans les deux.
  • stade IV – Le cancer s’est propagé jusqu’à des emplacements éloignés (poumons, foie, os ou ganglions lymphatiques éloignés).

Pronostic du cancer inflammatoire du sein

Il est possible que les femmes atteintes d'un cancer inflammatoire du sein se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la femme, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

 

Le cancer inflammatoire du sein est une forme agressive de cancer du sein. On le diagnostique souvent à un stade avancé, lorsqu’il s’est propagé à d’autres parties du corps. Comparativement au pronostic d’autres formes de cancer du sein, le pronostic du cancer inflammatoire du sein est moins favorable.

Traitement

On traite le cancer inflammatoire du sein comme tout autre cancer du sein localement avancé qu’on ne peut pas enlever par chirurgie (stade IIIB et stade IIIC). Le traitement débute dès que possible et comporte habituellement une association de traitements, dont ceux qui suivent.

Chimiothérapie

Pour traiter un cancer inflammatoire du sein, on a souvent recours au départ à la chimiothérapie néoadjuvante afin de réduire la taille de la tumeur et de détruire les cellules cancéreuses qui auraient pu se propager vers d'autres parties du corps.

 

La chimiothérapie pour un cancer inflammatoire du sein comprend habituellement une association de médicaments puisque cela s’est révélé plus efficace que l’administration d’un seul médicament.

 

Les associations chimiothérapeutiques les plus utilisées pour traiter le cancer inflammatoire du sein sont les suivantes :

  • AC
    • doxorubicine (Adriamycin) et cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)
  • AC > Taxol
    • doxorubicine et cyclophosphamide, suivies de paclitaxel (Taxol)
  • AC > Taxol (dose-densité)
    • doxorubicine et cyclophosphamide, suivies de paclitaxel, l’intervalle entre les administrations étant moins long (dose-densité)
      • On administre habituellement cette association avec du filgrastim (Neupogen) ou du pegfilgrastim (Neulasta).
  • TC
    • docétaxel (Taxotere) et cyclophosphamide
  • TAC (ou DAC)
    • docétaxel, doxorubicine et cyclophosphamide
  • FAC (ou CAF)
    • cyclophosphamide (par la bouche), doxorubicine et 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU)
  • CEF
    • cyclophosphamide (par la bouche), épirubicine (Pharmorubicin) et 5-fluorouracil
  • FEC
    • cyclophosphamide (dans une veine, ou voie intraveineuse), épirubicine et 5-fluorouracil
  • FEC > T
    • cyclophosphamide, épirubicine et 5-fluorouracil, suivis de docétaxel
  • CMF – IV
    • cyclophosphamide (intraveineuse), méthotrexate et 5-fluorouracil
  • CMF – PO
    • cyclophosphamide (par la bouche), méthotrexate et 5-fluorouracil
  • Taxol > FAC
    • paclitaxel, suivi de cyclophosphamide, de doxorubicine et de 5-fluorouracil

 

On peut faire une mammographie après plusieurs cycles de chimiothérapie pour savoir si le cancer a réagi au traitement. On compare ce cliché mammaire à celui qui a été pris lors du diagnostic.

 

Si le cancer inflammatoire du sein ne réagit pas à la chimiothérapie administrée, on peut proposer d’autres associations chimiothérapeutiques mais on ne pratiquera pas de chirurgie.

 

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Thérapie biologique

Si le cancer inflammatoire du sein est HER2 positif, on administre alors du trastuzumab (Herceptin) avec une chimiothérapie.

Chirurgie

Si le cancer inflammatoire du sein réagit à la chimiothérapie néoadjuvante, on pourrait proposer une chirurgie :

  • mastectomie radicale modifiée
    • On y a recours pour traiter le CIS quand il n’y a pas de métastases à distance.
  • évidement ganglionnaire axillaire
    • On pratique cette chirurgie dans la plupart des cas de cancer inflammatoire du sein.
  • On ne recommande pas la chirurgie mammaire conservatrice en présence d’un CIS puisque le risque de récidive est plus élevé.

Radiothérapie

Après une mastectomie ou une chirurgie mammaire conservatrice, on administre une radiothérapie externe à la paroi thoracique et aux ganglions lymphatiques du thorax, de l’épaule et de l’aisselle.

Traitement adjuvant

On peut administrer un autre traitement après une chirurgie et une radiothérapie (traitement adjuvant). Les types de traitement adjuvant qu’on peut proposer pour le cancer inflammatoire du sein sont les suivants :

Hormonothérapie

On peut proposer l’hormonothérapie aux femmes atteintes d’un cancer inflammatoire du sein dont les récepteurs hormonaux sont positifs. Les types d’hormonothérapie proposés sont les suivants :

  • tamoxifène (Nolvadex, Tamofen)
  • inhibiteurs de l’aromatase – après la ménopause (femmes postménopausées)
    • anastrozole (Arimidex)
    • létrozole (Femara)

Chimiothérapie

On peut prolonger la chimiothérapie après la chirurgie d’un cancer inflammatoire du sein.

Thérapie biologique

Si le cancer inflammatoire du sein est HER2 positif, on administre alors du trastuzumab (Herceptin) avec une chimiothérapie.

References

Nous sommes là pour vous. Dites-nous ce que vous désirez savoir, et un de nos spécialistes en information vous répondra par courriel ou par téléphone.

500

Nom:

Courriel:

Numéro de téléphone:

Code postal:

Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.