A A A

Glossary


Cancer du sein chez l'homme

Risques

Signes et symptômes

Diagnostic

Pathologie et stadification

Traitement

Suivi

Soins de soutien

Essais cliniques

 

Le cancer du sein prend naissance dans le tissu mammaire. Les hommes ont du tissu mammaire tout comme les femmes, mais leurs seins sont moins développés.

 

Le cancer du sein est rare chez l'homme. Moins de 1 % de tous les cancers du sein affectent les hommes. On estime qu’en 2011, il y aura 190 nouveaux cas de cancer du sein chez l’homme au Canada et que 55 hommes mourront de cette maladie.

 

Même si le cancer du sein chez l’homme est semblable au cancer du sein chez la femme, il y a quelques différences. On traite le cancer du sein chez l’homme en grande partie comme le cancer du sein chez la femme postménopausée, soit quand ses ovaires cessent de produire de l’oestrogène.

Risques

Tout état ou substance qui augmente le risque de cancer est un facteur de risque. On ne connaît pas de cause unique au cancer du sein chez l’homme. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Cependant, certains hommes atteints du cancer du sein ne présentent aucun facteur de risque identifiable.

 

Le risque de développer un cancer du sein pour un homme augmente avec l’âge. La plupart des hommes qui reçoivent ce diagnostic ont plus de 60 ans.

 

Les facteurs de risque qui suivent font augmenter le risque de cancer du sein chez l’homme.

Antécédents familiaux de cancer du sein

Les hommes dont un parent proche, tant homme que femme, a reçu un diagnostic de cancer du sein risquent davantage d’être atteints de cette maladie. Le risque augmente en fonction du nombre de parents proches qui ont reçu ce diagnostic.

Certaines mutations génétiques

Une mutation génétique est un changement qui se produit dans un gène, ce qui peut accroître le risque de cancer. Les mutations génétiques héréditaires sont transmises d’un parent à un enfant. Seule une petite partie des cancers du sein chez l’homme est causée par une mutation génétique héréditaire.

  • Les hommes porteurs de la mutation du gène BRCA2 risquent davantage de développer un cancer du sein.
    • Les mutations du gène BRCA1 font aussi augmenter ce risque, bien qu’il ne soit pas aussi élevé que dans le cas du gène BRCA2.
  • Les hommes porteurs de ces mutations génétiques peuvent les transmettre à leurs enfants. Les enfants dont le père est atteint d’un cancer du sein risquent davantage de développer cette maladie.

Syndrome de Klinefelter

Le syndrome de Klinefelter est un trouble (génétique) héréditaire très rare. Chez l’homme atteint de ce syndrome, le taux d’androgènes est bas et le taux d’œstrogène est élevé : ils sont tous deux liés à un risque accru de cancer du sein.

Exposition aux rayonnements

Une exposition antérieure aux rayonnements, en particulier du thorax, accroît le risque de cancer du sein chez l’homme.

Cirrhose du foie

La cirrhose se manifeste lorsque du tissu cicatriciel remplace le tissu sain dans le foie. Des hormones sont transportées jusque dans la circulation sanguine par des protéines fabriquées par le foie. Un foie endommagé par la cirrhose fait augmenter le taux d’œstrogène et baisser le taux d’androgènes, qui sont tous deux liés à un risque accru de cancer du sein.

Facteurs de risque possibles

On a établi un certain lien entre les facteurs qui suivent et le cancer du sein chez l’homme, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour dire qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement du cancer du sein chez l’homme.

  • Gynécomastie (développement exagéré des seins chez l’homme)
    • Les hommes atteints de gynécomastie peuvent être plus à risque de développer un cancer du sein bien qu'il ne soit pas encore clair s'il s'agit d'un facteur de risque. Des taux anormaux d'œstrogène ou d'androgènes sont souvent associés à la gynécomastie.
  • Obésité
    • L’obésité accroît le risque de cancer du sein chez la femme et pourrait l’accroître chez l’homme. Les cellules graisseuses transforment les androgènes en œstrogène, alors les hommes qui ont plus de cellules graisseuses ont un taux d’œstrogène plus élevé.
  • Consommation d’alcool
    • L’alcool accroît le risque de cancer du sein chez la femme. Il pourrait aussi l’accroître chez l’homme à cause de l’effet qu’il a sur le foie, ce qui risque d’affecter le taux d’œstrogène.
  • Œstrogénothérapie
    • Il est possible que les hommes atteints du cancer de la prostate reçoivent de l’œstrogène comme traitement, ce qui peut légèrement accroître le risque de cancer du sein. Cependant, ce risque est faible comparativement aux bienfaits du traitement.
    • Les hommes qui prennent des œstrogènes lors d’un processus de changement de sexe peuvent aussi être plus à risque de développer un cancer du sein.
  • Finastéride (Proscar ou Propecia)
    • Le finastéride est un médicament qui sert à traiter l’hypertrophie de la prostate (Proscar) ou l’alopécie androgénogénétique (Propecia). Les résultats d’une étude récente laissent entendre que le risque de cancer du sein pourrait être légèrement plus élevé chez les hommes qui ont pris ce médicament.
  • Problèmes de testicules
    • Certaines études ont laissé entendre que le risque de cancer du sein est plus élevé chez les hommes qui :
      • ont un testicule non descendu (cryptorchidie)
      • se sont fait enlever un testicule ou les deux (orchidectomie)
      • ont eu les oreillons à l’âge adulte
  • Exposition professionnelle
    • Certaines études de recherche laissent entendre que les hommes qui travaillent dans des environnements chauds pourraient risquer davantage d’être atteints du cancer du sein. Les températures élevées dans les types d’environnements suivants pourraient affecter les testicules et les taux d’hormones :
      • aciérie
      • haut fourneau
      • laminoir
    • D’autres études ont démontré un lien entre le cancer du sein chez l’homme et les expositions aux vapeurs d’essence et aux gaz d’échappement.

 

Cliquez sur ce lien pour consulter la liste de questions à poser à votre médecin sur les risques.

 

Retour au menu

Signes et symptômes

Un signe est un phénomène qui peut être observé et confirmé par un médecin ou un professionnel de la santé (une éruption cutanée par exemple). Un symptôme est quelque chose que seule la personne chez qui il se manifeste peut ressentir et connaître (la douleur ou la fatigue par exemple).

 

La plupart des troubles mammaires ne sont pas des cancers du sein. Les signes et symptômes du cancer du sein peuvent aussi être causés par d’autres affections médicales. Il est donc important de consulter un médecin si des symptômes inhabituels se manifestent :

  • masse indolore et dure dans le sein – signe le plus courant
    • chez l’homme, la masse se trouve souvent autour du mamelon ou en dessous
  • masse à l’aisselle
  • enflure ou sensibilité du sein
  • changements de la peau
    • rougeur
    • peau qui pèle
    • peau plissée ou capitonnée
    • démangeaisons
  • changements du mamelon
    • écoulement
    • encroûtement ou ulcère
    • inversion (le mamelon pointe vers l’intérieur)

 

De nombreux hommes ne font pas mention à leur médecin des symptômes du cancer du sein qui les affectent. C’est peut-être parce qu’ils ne savent pas qu’ils peuvent être atteints du cancer du sein ou qu’ils sont embarrassés. C’est pourquoi les hommes reçoivent souvent ce diagnostic à un stade plus avancé de la maladie que les femmes. Les hommes devraient savoir ce qui est normal pour leurs seins et signaler tout changement à un médecin.

 

Retour au menu

Diagnostic

Le diagnostic est le processus permettant d'identifier la cause d’un problème de santé. On procède à des épreuves diagnostiques si les signes et symptômes du cancer du sein se manifestent ou si le médecin soupçonne la présence d’un tel cancer. Bien des tests permettant de poser le diagnostic initial de cancer sont également employés pour en déterminer le stade (jusqu'où la maladie a progressé). Le médecin pourrait aussi prescrire d'autres examens afin de vérifier l’état général de l’homme et d'aider à planifier son traitement. Les tests suivants peuvent être demandés :

 

Cliquez sur ce lien pour consulter la liste de questions à poser à votre médecin sur les épreuves diagnostiques.

 

Retour au menu

Pathologie et stadification du cancer du sein chez l’homme

Une tumeur maligne est une masse cancéreuse qui peut se propager vers d'autres parties du corps (métastases) :

Stadification

Pour stadifier le cancer du sein chez l’homme, on a recours au même système de stadification du cancer du sein que chez la femme.

  • Le stade se fonde sur la taille de la tumeur et la présence du cancer dans n’importe quel ganglion lymphatique ou sa propagation dans d’autres régions du corps.
  • On diagnostique souvent le cancer du sein chez l’homme à un stade plus avancé que chez la femme, quand le cancer a commencé à se propager à d’autres parties du corps.

Classification histologique

La classification histologique (grade) du cancer du sein chez l’homme est la même que la classification histologique du cancer du sein chez la femme.

Pronostic et survie pour le cancer du sein chez l’homme

Il est possible que les hommes atteints d'un cancer du sein se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

 

Le pronostic d'un homme dépend des éléments suivants :

  • stade du cancer
    • Un stade inférieur engendre moins de risques de récidive et un pronostic plus favorable. Un stade supérieur engendre plus de risques de récidive et un pronostic moins favorable.
  • type de cancer du sein
  • statut des récepteurs hormonaux de la tumeur au sein
    • Les tumeurs dont les récepteurs hormonaux sont positifs engendrent un pronostic plus favorable.

 

Cliquez sur ce lien pour consulter la liste de questions à poser à votre médecin sur la pathologie et la stadification.

 

Retour au menu

Traitement

Les plans de traitement sont conçus de façon à répondre aux besoins uniques de chaque personne atteinte de cancer. Les décisions relatives au traitement du cancer du sein chez l’homme se basent sur les éléments suivants :

  • stade du cancer du sein
  • statut des récepteurs hormonaux du cancer
  • statut HER2 du cancer
  • risque de récidive (dans le cas d’un cancer précoce)
  • état de santé global de l’homme

 

Les hommes atteints du cancer du sein reçoivent souvent le même type de traitement que les femmes postménopausées qui sont aussi atteintes du cancer du sein. Un plan de traitement du cancer du sein peut comporter l’une ou plusieurs des options suivantes :

Chirurgie

La chirurgie est le traitement le plus courant du cancer du sein chez l’homme. Les types de chirurgie pratiqués sont :

  • la mastectomie – habituellement une mastectomie radicale modifiée
  • l’ablation des ganglions lymphatiques
    • évidement ganglionnaire axillaire
    • biopsie du ganglion sentinelle – dans certains cas

 

On ne fait habituellement pas de chirurgie mammaire conservatrice chez l’homme puisqu’on détecte la plupart des tumeurs autour du mamelon, ce qui rend ce type de chirurgie difficile à pratiquer.

Traitement adjuvant

Un traitement adjuvant est un traitement supplémentaire qu'on peut administrer après la chirurgie du cancer du sein pour réduire le risque de réapparition du cancer. Tout comme pour la femme, la décision de proposer à l’homme un traitement adjuvant se base sur le risque de récidive du cancer du sein. On compare les bienfaits du traitement adjuvant aux risques qui y sont associés.

Chimiothérapie

On peut avoir recours à la chimiothérapie pour traiter un cancer du sein chez l’homme si la maladie s’est propagée aux ganglions lymphatiques ou si on la considère comme à risque élevé.

 

Les agents chimiothérapeutiques qu'on administre aux hommes atteints d'un cancer du sein sont les mêmes que ceux qu'on administre aux femmes postménopausées qui sont aussi atteintes d'un cancer du sein. Les associations chimiothérapeutiques les plus souvent employées pour traiter le cancer du sein chez l’homme sont les suivantes :

  • CMF – IV
    • cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox), méthotrexate et 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU)
  • FAC (ou CAF)
    • cyclophosphamide, doxorubicine (Adriamycin) et 5-fluorouracil

 

Chez les hommes dont la tumeur au sein est HER2 positive, on peut associer le trastuzumab (Herceptin) à une chimiothérapie.

 

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Hormonothérapie

Chez l’homme, on peut avoir recours à l’hormonothérapie pour traiter un cancer du sein dont les récepteurs hormonaux sont positifs. La plupart des tumeurs au sein chez l’homme ont des récepteur hormonaux positifs.

 

Les types de médicaments hormonaux les plus souvent employés pour traiter le cancer du sein chez l’homme sont :

  • les anti-œstrogènes
    • Le tamoxifène (Nolvadex, Tamofen) est le médicament hormonal employé pour traiter le cancer du sein chez l’homme. On l’administre souvent sous forme de traitement adjuvant.

 

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Radiothérapie

On peut avoir recours à la radiothérapie externe comme traitement adjuvant après une chirurgie pour traiter les hommes atteints d'un cancer du sein. On peut l’administrer après une mastectomie visant à enlever une grosse tumeur si :

  • le cancer s’est propagé aux muscles du thorax
  • on détecte des cellules cancéreuses dans un grand nombre de ganglions lymphatiques enlevés lors de la chirurgie

 

On administre également une radiothérapie aux hommes après une chirurgie mammaire conservatrice.

Traitement du cancer du sein métastatique chez l’homme

Le traitement d’un cancer du sein qui s’est propagé à d’autres parties du corps (cancer métastatique) peut comprendre l’hormonothérapie, la chimiothérapie ou l’association des deux.

Hormonothérapie

Les types de médicaments hormonaux employés pour traiter le cancer du sein métastatique chez l’homme peuvent comprendre :

  • le tamoxifène
    • On a recours à ce médicament pour les tumeurs à récepteurs d’œstrogènes positifs.
  • les inhibiteurs de l’aromatase
    • Des chercheurs étudient le rôle des inhibiteurs de l’aromatase dans le traitement du cancer du sein chez l’homme. C’est un traitement standard administré aux femmes postménopausées et on peut le proposer à certains hommes atteints d’un cancer du sein.
      • anastrozole (Arimidex)
      • létrozole (Femara)
  • les analogues de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH)
    • On peut administrer des analogues de la LH-RH pour réduire la production d’hormones sexuelles.
      • goséréline (Zoladex)
      • leuprolide (Lupron, Lupron Depot, Eligard)
      • buséréline (Suprefact)
  • les anti-androgènes
    • Ces médicaments peuvent être administrés en même temps que les analogues de la LH-RH pour aider à atténuer les effets secondaires.
      • flutamide (Euflex)
      • bicalutamide (Casodex)
  • l’orchidectomie
    • On enlève les testicules par chirurgie pour réduire la production d’hormones. Les testicules fabriquent des androgènes qui peuvent être transformés en œstrogène par d’autres tissus.

 

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Chimiothérapie

On peut avoir recours à la chimiothérapie pour traiter le cancer du sein métastatique chez l’homme quand il ne réagit plus à l’hormonothérapie. On peut proposer les associations de médicaments suivantes :

  • CMF – IV
  • FAC (ou CAF)

 

Il est possible qu’on propose d’autres associations chimiothérapeutiques administrées pour traiter les femmes postménopausées atteintes d’un cancer du sein métastatique, mais peu de recherche a été effectuée sur la meilleure chimiothérapie à employer comme traitement du cancer du sein métastatique chez l’homme.

  • AC
    • doxorubicine et cyclophosphamide
  • AC ? Taxol
    • doxorubicine et cyclophosphamide, suivies de paclitaxel (Taxol)
  • CEF
    • cyclophosphamide (par la bouche), épirubicine (Pharmorubicin) et 5-fluorouracil
  • FEC
    • cyclophosphamide (intraveineuse), épirubicine et 5-fluorouracil
  • FEC ? T
    • cyclophosphamide, épirubicine et 5-fluorouracil, suivis de docétaxel (Taxotere)
  • TC
    • docétaxel et cyclophosphamide
  • TAC (ou DAC)
    • docétaxel, doxorubicine et cyclophosphamide

 

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

 

Cliquez sur ce lien pour consulter la liste de questions à poser à votre médecin sur le traitement.

 

Retour au menu

Suivi après un traitement du cancer du sein chez l’homme

Le cancer du sein se comporte différemment chez chaque homme : c’est pourquoi un programme de suivi standard ne convient pas à tous les cas. Tout homme atteint devrait discuter avec son médecin d’un plan de suivi qui répond à sa propre situation. Le chirurgien, les spécialistes du cancer (oncologues) et le médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité.

 

Une fois le traitement terminé, il faudrait signaler au médecin l'apparition de nouveaux symptômes ou la présence de symptômes qui persistent sans attendre au prochain rendez-vous fixé. Ce sont entre autres :

  • une douleur, en particulier aux jambes, au dos ou aux hanches
  • une toux persistante ou de la difficulté à respirer
  • une masse dans l’un ou l’autre des seins, au cou, à l’aisselle ou à l’aine

 

Le risque de réapparition du cancer du sein est plus élevé au cours des 5 années qui suivent le traitement, donc on doit faire un suivi étroit de la personne pendant cette période. Le suivi varie après le traitement du cancer du sein. Les consultations sont habituellement prévues :

  • aux 3 à 6 mois au cours des 3 premières années qui suivent le traitement
  • aux 6 à 12 mois au cours des 2 années suivantes
  • une fois par année par la suite

 

Des examens pourraient être prescrits en présence de symptômes ou si le médecin soupçonne la réapparition du cancer (récidive) :

  • mammographie
  • analyses biochimiques sanguines
    • On pourrait faire des analyses sanguines pour savoir si le cancer du sein s’est propagé au foie ou aux os.
  • scintigraphie osseuse
    • On fait une scintigraphie osseuse pour savoir si le cancer s’est propagé aux os.
  • autres examens d’imagerie

 

Si on observe une récidive lors de l'une de ces interventions de suivi, l'équipe d'oncologie évaluera l’homme atteint afin de déterminer les meilleures options de traitement.

 

Cliquez sur ce lien pour consulter la liste de questions à poser à votre médecin sur le suivi après le traitement.

 

Retour au menu

Soins de soutien

Un diagnostic de cancer peut engendrer de nombreux défis pour l'homme atteint et sa famille. Chaque homme vivra une expérience différente puisque le cancer, son traitement et la convalescence diffèrent pour chacun. Le cancer du sein peut entraîner certaines inquiétudes chez l'homme, notamment :

  • le lymphœdème
    • Il est possible que le bras de l’homme enfle si on lui a enlevé des ganglions lymphatiques à l'aisselle lors d’un évidement ganglionnaire axillaire.
  • les bouffées de chaleur
    • Il se peut que l'homme ait des bouffées de chaleur, qui sont un effet secondaire de certaines hormonothérapies.
  • le dysfonctionnement érectile (impuissance)
    • Certaines hormonothérapies visant à traiter le cancer du sein chez l’homme peuvent causer le dysfonctionnement érectile.
  • les troubles de la fertilité
    • Certains agents chimiothérapeutiques peuvent causer l'infertilité.
  • l’image corporelle et l’estime de soi
    • De nombreux hommes trouvent difficile de parler de leur diagnostic de cancer du sein puisqu’on pense souvent que seules les femmes peuvent en être atteintes.

 

Cliquez sur ce lien pour consulter la liste de questions à poser à votre médecin sur les soins de soutien après un traitement.

 

Retour au menu

Essais cliniques

Le Canada est un chef de file à l’échelle internationale dans la réalisation d’études de recherche appelées essais cliniques. Un homme atteint d’un cancer du sein pourrait envisager de participer à un essai clinique. Très peu d’essais cliniques portent sur le cancer du sein chez l’homme puisque ce type de cancer est si rare.

 

Cliquez sur ce lien pour en savoir davantage sur les essais cliniques.

 

Retour au menu

References

Nous sommes là pour vous. Dites-nous ce que vous désirez savoir, et un de nos spécialistes en information vous répondra par courriel ou par téléphone.

500

Nom:

Courriel:

Numéro de téléphone:

Code postal:

Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.