Cancer du sein

Vous êtes ici:

Douleur mammaire

Beaucoup de femmes éprouvent de la douleur aux seins (mastalgie) à un moment donné dans leur vie.

La douleur mammaire cyclique est souvent ressentie autour de la période menstruelle. Elle disparaît après les menstruations. Ce type de douleur affecte habituellement les deux seins. Elle est plus fréquente chez les jeunes femmes et cesse souvent après la ménopause.

La douleur mammaire non cyclique ne semble pas être liée au cycle menstruel. Ce type de douleur est plus courant chez les femmes âgées entre 30 et 50 ans. Elle peut affecter seulement un sein.

La douleur peut être ressentie dans une partie du sein ou dans tout le sein. Elle peut aussi être ressentie à l’aisselle ou au bras. La douleur mammaire peut être décrite comme étant :

  • vive, en coup de poignard ou fulgurante;
  • continue ou cuisante;
  • une sensation de lourdeur ou d’enflure.

La douleur mammaire est rarement le signe d’un cancer du sein. Elle révèle habituellement une affection non cancéreuse, ou bénigne, du sein telle que celles-ci :

  • kystes
  • changements fibrokystiques
  • nécrose adipeuse
  • ectasie des canaux galactophores
  • infection (mastite)
  • amas de pus avec inflammation (abcès)

Consultez votre médecin si vous éprouvez une nouvelle douleur ou si la douleur ne disparaît pas. Il tentera d’en trouver la cause afin de déterminer les meilleurs traitements.

ménopause

Moment au cours de la vie d’une femme qui correspond à l’arrêt de la production d’oestrogène par les ovaires et à l’absence de menstruations pendant 12 mois. Chez la plupart des femmes, la ménopause survient entre 45 et 55 ans.

L’adjectif ménopausique désigne tout ce qui est relatif à la ménopause, par exemple des symptômes ménopausiques.

La ménopause est parfois appelée « retour d’âge ».

Histoires

Dr Claude Perreault Mobiliser le système immunitaire pour combattre le cancer

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus