Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière

Vous êtes ici:

Traitement de soutien pour le cancer du cerveau et de la moelle épinière

On a couramment recours au traitement de soutien pour soulager les symptômes d’une tumeur au cerveau et à la moelle épinière, mais il ne permet pas de traiter le cancer. Les médicaments employés peuvent aider à atténuer les symptômes du cancer ou du traitement.

On peut administrer un traitement de soutien pour atténuer :

  • l’enflure du cerveau (œdème cérébral) ou de la moelle épinière (œdème rachidien)
  • les maux de tête ou toute autre douleur
  • les nausées ou les vomissements
  • la fatigue
  • les crises d’épilepsie

Les médicaments employés, les doses administrées ainsi que les horaires suivis varient d’une personne à l’autre. Il est important de signaler tout effet secondaire à son équipe soignante. Les médecins peuvent évaluer (mesurer) la gravité de certains d'entre eux. Il arrive parfois qu'on doive ajuster les médicaments de soutien si les effets secondaires sont importants.

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes sont des hormones stéroïdes qui agissent comme des anti-inflammatoires en atténuant l’enflure et la réaction immunitaire (réaction du système immunitaire à la présence de substances étrangères). Ces médicaments servent à traiter l’œdème cérébral ou rachidien. L’enflure est causée par la tumeur qui grossit et qui exerce une pression sur des régions du cerveau ou de la moelle épinière. Il est possible que du tissu normal enfle également en réaction à la chirurgie ou à la radiothérapie. Un œdème cérébral qui s’aggrave peut engendrer une urgence due au cancer appelée hypertension intracrânienne.

Une personne ayant un œdème cérébral peut présenter les signes et symptômes suivants :

  • maux de tête
  • nausées avec ou sans vomissements
  • troubles de la vue
  • perte de lucidité
  • aggravation de tout problème neurologique observé la première fois lors du diagnostic

Une personne ayant un œdème rachidien peut éprouver :

  • des nausées avec ou sans vomissements
  • des engourdissements, des picotements ou une perte de sensation dans les jambes ou les bras
  • une perte du contrôle de la vessie ou de l’intestin
  • une douleur au dos ou au cou
  • une paralysie
  • une perte de lucidité
  • l’aggravation de tout problème neurologique observé la première fois lors du diagnostic

La plupart des personnes atteintes d’une tumeur au cerveau ou à la moelle épinière recevront des corticostéroïdes pour traiter ou prévenir un œdème. Les corticostéroïdes les plus souvent employés sont les suivants :

  • dexaméthasone (Decadron, Dexasone) – le plus souvent administré
  • prednisone (Deltasone)
  • méthylprednisone (Medrol)

On emploie la plus faible dose qui soit efficace avant de la réduire graduellement puis de cesser d’administrer le médicament une fois le traitement fini.

Si l’œdème ne réagit plus aux corticostéroïdes, on pourrait avoir recours au mannitol (Osmitrol).

Effets secondaires possibles

Les effets secondaires possibles des corticostéroïdes sont entre autres ceux-ci :

  • infection
    • Le risque d’infection est plus élevé chez les personnes qui prennent des corticostéroïdes.
    • Prendre ces médicaments peut masquer une infection en atténuant des signes et symptômes comme la fièvre, le mal de gorge ou la rougeur, l’enflure et l’inconfort autour de l’incision ou de l’accès intraveineux.
    • Le médecin peut prescrire des antibiotiques avec les corticostéroïdes.
  • troubles digestifs
    • Certaines personnes peuvent avoir des nausées, des brûlures d’estomac ainsi qu’une irritation ou un saignement dans l’estomac.
    • Prendre le médicament avec de la nourriture ou du lait peut aider à réduire ces effets secondaires.
  • hausse du taux de sucre sanguin
  • urines fréquentes et plus grande soif
  • plus d’appétit et gain de poids
  • difficulté à dormir
  • changements d’humeur, agitation, excitation ou nervosité
  • faiblesse et diminution de la taille des muscles
  • enflure du visage, des pieds, des jambes et des bras
  • croissance inhabituelle de poils sur le corps et le visage
  • perte de la vision ou vision légèrement floue

Retour au menu

Anticonvulsivants

Jusqu’à 60 % des personnes atteintes d’une tumeur au cerveau feront une crise d’épilepsie en cours de maladie.

On administre des anticonvulsivants (médicaments contre les crises d’épilepsie) aux personnes atteintes d’une tumeur au cerveau qui ont déjà fait une crise d’épilepsie. On ne donne habituellement pas d’anticonvulsivants pour prévenir les crises d’épilepsie chez les personnes qui n’en ont jamais fait.

Les anticonvulsivants les plus souvent employés sont les suivants :

  • phénytoine (Dilantin) – le plus souvent administré
  • carbamazépine (Tegretol)
  • valproate (Depakote)
  • lévétiracétam (Keppra)

On vérifie régulièrement par analyse sanguine le taux de l’anticonvulsivant. Pour être sécuritaire et efficace, le taux du médicament doit se situer entre certaines valeurs.

Effets secondaires possibles

Les effets secondaires possibles des anticonvulsivants sont entre autres ceux-ci :

  • étourdissements
  • somnolence
  • mouvements incontrôlés des muscles et des yeux
  • maladresse
  • nervosité
  • confusion
  • difficulté à articuler les mots
  • nausées ou vomissements
  • constipation
  • diarrhée
  • éruption cutanée ou démangeaisons
  • gencives enflées, douloureuses et qui saignent
  • maux de tête
  • vision légèrement floue ou double
  • difficulté à dormir

Retour au menu

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Histoires

photo of Mathieu À la fin de la journée, Mathieu m’a fait un gros câlin et j’ai vu un sourire illuminer son visage.

Lisez l’histoire de Mathieu

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus