Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du cancer du cerveau et de la moelle épinière

On a couramment recours à la chimiothérapie pour traiter le cancer du cerveau. On n’administre habituellement pas de chimiothérapie pour traiter les tumeurs qui prennent naissance dans la colonne vertébrale (tumeurs primitives), mais on peut le faire pour les tumeurs qui se sont propagées à la colonne vertébrale à partir d’autres parties du corps (métastases rachidiennes). Les agents chimiothérapeutiques employés dépendent du type de cancer primitif.

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour traiter le cancer. Il s’agit habituellement d’un traitement systémiquetraitement systémiqueTraitement qui consiste à administrer une substance qui voyage par les vaisseaux sanguins pour atteindre les cellules du corps tout entier. qui circule dans tout le corps et qui détruit les cellules cancéreuses dont celles qui auraient pu s’échapper de la tumeur primitive. La chimiothérapie peut aussi être régionale, c’est-à-dire qu’elle cible des régions spécifiques du corps.

La barrière hémato-encéphalique est un réseau de protection fait de vaisseaux sanguins et de cellules qui filtrent le sang qui circule vers le cerveau. À cause de cette barrière, il est difficile pour certaines substances, comme les médicaments anticancéreux, d’entrer dans le cerveau. Elle empêche de nombreux agents chimiothérapeutiques d'atteindre les tumeurs cérébrales en quantité suffisante pour les détruire. Les agents chimiothérapeutiques employés dans le traitement des tumeurs cérébrales doivent être capables de traverser la barrière hémato-encéphalique.

De nombreux types de tumeurs cérébrales sont naturellement résistants aux effets de la chimiothérapie. Cependant, certaines tumeurs cérébrales, comme l’oligodendrogliome, peuvent avoir subi des changements génétiques qui les rendent plus sensibles aux agents chimiothérapeutiques. Le lymphome primitif du système nerveux central (LPSNC) est également sensible à la chimiothérapie.

On peut administrer une chimiothérapie :

  • après une chirurgie ou une radiothérapie afin de détruire les cellules cancéreuses qui restent et de réduire le risque de réapparition du cancer (chimiothérapie adjuvanteadjuvanteTraitement administré en plus du traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) pour aider à réduire le risque de réapparition (récidive) de la maladie (comme le cancer).)
  • ainsi qu’une radiothérapie afin d’accroître l’effet de la radiation

Les médicaments employés, les doses administrées ainsi que les horaires suivis varient d’une personne à l’autre.

Agents chimiothérapeutiques

Les agents chimiothérapeutiques les plus couramment utilisés pour traiter le cancer du cerveau sont les suivants :

  • témozolomide (Temodal)
  • carmustine (BiCNU, BCNU)
  • lomustine (CeeNU, CCNU)
  • cisplatine (Platinol AQ)
  • carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • étoposide (Vepesid)
  • irinotécane (Camptosar)
  • méthotrexate
    • Le méthotrexate peut être injecté directement dans l’espace rempli de liquide qui entoure le cerveau et la moelle épinière (injection intrathécale).
  • chlorhydrate de procarbazine (Matulane)
  • vincristine (Oncovin)

On peut administrer un seul de ces médicaments à la fois ou bien les associer, selon le type de tumeur cérébrale. Les associations chimiothérapeutiques les plus couramment employées pour traiter le cancer du cerveau sont les suivantes :

  • protocole PCV – chlorhydrate de procarbazine, lomustine et vincristine
  • vincristine (Oncovin) et cisplatine (Platinol) avec lomustine (CCNU) ou cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)

Si un cancer du cerveau ne réagit pas aux médicaments administrés plus tôt dans le traitement ou s’il réapparaît, on peut avoir recours à d'autres médicaments tels que ceux-ci :

  • tamoxifène (Nolvadex, Tamofen)
  • carboplatine (Paraplatin)
  • étoposide (Vepesid)

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Chimiothérapie intraventriculaire

Dans le cas des tumeurs cérébrales, on peut administrer la chimiothérapie directement dans le liquide céphalorachidien (LCR), dans les ventricules de l’encéphale, au moyen du réservoir d'Ommaya. C’est un petit dispositif en forme de dôme muni d'un tube court (cathéter), qui est mis en place par chirurgie. On injecte l'agent chimiothérapeutique à l'aide d'une aiguille fine qui est insérée à travers du cuir chevelu dans le réservoir d'Ommaya.

Chimiothérapie interstitielle

Pour certains types de tumeurs cérébrales, le chirurgien peut tapisser la région où se trouvait la tumeur de gaufrettes spéciales (gaufrettes gliales, Gliadel). Elles contiennent une dose concentrée du médicament appelé carmustine (BiCNU, BCNU) qui est libéré dans le tissu cérébral au fur et à mesure que les gaufrettes se décomposent.

Ce mode de chimiothérapie permet d'administrer une dose concentrée d'un agent chimiothérapeutique dans la région du cerveau où la tumeur était située, tout en limitant la quantité de cellules normales qui seront affectées par le médicament.

On utilise rarement les gaufrettes gliales, car il y a d'autres modes d'administration de la chimiothérapie qui sont plus simples et efficaces.

Administration améliorée par convection

L’administration améliorée par convection (CED) est une autre façon de donner une chimiothérapie comme traitement de certaines tumeurs au cerveau et à la moelle épinière. Lorsqu’on a recours à la CED, les agents chimiothérapeutiques sont introduits dans un petit tube (cathéter) inséré dans la tumeur ou dans la région d’où la tumeur a été enlevée (lit chirurgical). Le cathéter peut sortir à travers la peau ou être fixé à un réservoir sous la peau. On se sert d’une pompe pour injecter lentement l’agent chimiothérapeutique dans la tumeur par le cathéter.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur la chimiothérapie.

Histoires

Dr Troy Harkness À la recherche de nouveaux moyens de traiter les cancers pharmacorésistants

Plus de details

Transport vers les centres de traitement du cancer

Illustration d’une automobile

Depuis plus de 50 ans, le programme de transport de la Société canadienne du cancer aide les patients à canaliser leurs énergies dans leur combat contre le cancer sans avoir à se préoccuper de trouver un moyen de se rendre à leurs traitements.

Apprenez-en plus