Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière

Vous êtes ici:

Si le cancer du cerveau et de la moelle épinière se propage

Les cellules cancéreuses ont la capacité de se propager à partir du cerveau et de la moelle épinière vers d’autres parties du corps où elles peuvent former de nouvelles tumeurs. Ce processus porte le nom de métastase. Les nouvelles tumeurs sont aussi appelées métastase (au singulier, s'il n'y en a qu'une seule) ou métastases (au pluriel, s'il y en a plusieurs). Les métastases sont également connues sous le nom de tumeurs secondaires.

Les tumeurs au cerveau et à la moelle épinière diffèrent de la plupart des autres types de cancer car elles se propagent (métastases) rarement hors du système nerveux central (SNC) jusqu’à une autre partie du corps. Elles se propagent localement et détruisent le tissu normal qui se trouve dans la région où elles ont pris naissance, ce qui peut nuire à des fonctions essentielles du cerveau et de la moelle épinière.

  • Certains types de tumeurs cérébrales peuvent se propager du cerveau au liquide céphalorachidienliquide céphalorachidienLiquide présent dans les cavités situées à l’intérieur et autour de l’encéphale et de la moelle épinière qui leur sert de protection et de coussinet. et à la colonne vertébrale.
  • Les tumeurs rachidiennes se propagent localement le long de la colonne vertébrale et de la moelle épinière et tout autour. Des cellules cancéreuses peuvent aussi se détacher des tumeurs et se déplacer jusqu’au LCR.

Comprendre comment progresse habituellement le cancer aide le médecin à prévoir son évolution probable et à planifier le traitement ainsi que les soins futurs.

La hausse de la pression intracrânienne (PIC) est un problème lié au cancer qui est grave et qui peut être causé par le cancer du cerveau et de la moelle épinière.

Histoires

Rosemary Pedlar Lorsqu’elle a lu, dans les pages d’un journal, que la Société canadienne du cancer recherchait des bénévoles, Rosemary a tout de suite compris que c’était là sa chance de mettre le pied à l’étrier.

Lisez l’histoire de Rosemary

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus