Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière

Vous êtes ici:

Oligodendrogliome

Gliome est un terme général qui désigne un groupe de tumeurs qui prennent naissance dans les tissus de soutien (cellules gliales) de l’encéphale ou de la moelle épinière. C’est le type le plus courant de tumeurs cérébrales primitives chez l’adulte puisqu’il représente environ 70 % de toutes les tumeurs malignes (haut grade) du système nerveux central (SNC).

L’oligodendrogliome est un type rare de gliome qui prend naissance dans les cellules gliales appelées oligodendrocytes (cellules qui recouvrent et protègent les nerfs).

  • L’oligodendrogliome représente environ 3 % de toutes les tumeurs malignes (haut grade) du système nerveux central.
  • Environ 80 % des oligodendrogliomes ont une anomalie chromosomique.
    • Les tumeurs ayant une délétion du bras p du chromosome 1 et du bras q du chromosome 19 réagissent davantage à la chimiothérapie.

Selon le système de classification histologique de l’OMS, les oligodendrogliomes peuvent être de bas grade (grade II) ou haut grade (grade III).

Les types de traitements administrés se basent sur les besoins uniques de la personne atteinte de cancer.

Oligodendrogliome de bas grade

L’oligodendrogliome de bas grade est une tumeur de grade II qui représente environ 5 à 18 % de tous les gliomes.

  • Les cellules présentes dans l’oligodendrogliome de bas grade semblent juste un peu anormales.
  • L’oligodendrogliome de bas grade évolue lentement.
    • La tumeur peut être présente depuis de nombreuses années avant d’être diagnostiquée.
    • Les personnes atteintes d’un oligodendrogliome de bas grade peuvent avoir des crises d’épilepsie depuis longtemps.
  • On observe le plus souvent l’oligodendrogliome chez des personnes âgées entre 50 et 60 ans.

Traitement de l’oligodendrogliome de bas grade

Les options de traitement de l’oligodendrogliome de bas grade sont les suivantes :

  • surveillance active
    • On a habituellement recours à l’IRM pour surveiller un oligodendrogliome de bas grade.
  • chirurgie
    • On peut faire une chirurgie pour obtenir un prélèvement (biopsie) et confirmer un diagnostic.
    • La chirurgie peut servir de traitement principal pour enlever toute la tumeur ou la plus grande partie possible.
    • On peut avoir recours à la chirurgie pour traiter une tumeur récidivante.
  • radiothérapie
    • On peut avoir recours à la radiothérapie externe :
      • si le médecin sait ou croit qu’il reste une partie de la tumeur après la chirurgie (on peut y associer une chimiothérapie)
      • comme traitement principal si la chirurgie n’est pas une option
      • pour traiter une tumeur récidivante si on n’a pas déjà administré une radiothérapie
  • chimiothérapie
    • On peut avoir recours à la chimiothérapie :
      • si le médecin sait ou croit qu’il reste une partie de la tumeur après la chirurgie (on peut y associer une radiothérapie)
      • pour traiter une tumeur récidivante
    • L’agent chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent pour traiter l’oligodendrogliome est le témozolomide (Temodal).
    • L’association chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent pour traiter l’oligodendrogliome est le protocole PCV – chlorhydrate de procarbazine (Matulane), lomustine (CeeNU, CCNU) et vincristine (Oncovin).
    • Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Retour au menu

Oligodendrogliome anaplasique

L’oligodendrogliome anaplasique est une tumeur de haut grade (grade III).

  • Les cellules présentes dans l’oligodendrogliome anaplasique semblent anormales.
  • L’oligodendrogliome anaplasique évolue habituellement rapidement.
  • L’oligodendrogliome anaplasique peut apparaître à un seul ou à plusieurs endroits dans toute l’encéphale.

Traitement de l’oligodendrogliome anaplasique

Les options de traitement de l’oligodendrogliome anaplasique sont les suivantes :

  • chirurgie
    • La chirurgie, si elle est possible, constitue le premier traitement afin qu’on enlève la plus grande partie possible de la tumeur.
    • On fait suivre la chirurgie d’une radiothérapie, avec ou sans chimiothérapie.
  • radiothérapie
    • On administre une radiothérapie externe après la chirurgie, avec ou sans chimiothérapie.
    • On peut aussi y avoir recours comme traitement principal si la chirurgie n’est pas une option.
  • chimiothérapie
    • On peut administrer une chimiothérapie :
      • ainsi qu’une radiothérapie après la chirurgie
      • pour traiter un oligodendrogliome anaplasique qui récidive
    • L’agent chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent pour traiter l’oligodendrogliome anaplasique est le témozolomide (Temodal).
    • On administre habituellement une chimiothérapie d’association pour traiter l’oligodendrogliome anaplasique.
      • L’association chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent est le protocole PCV – chlorhydrate de procarbazine, lomustine et vincristine.
  • Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Retour au menu

Traitement de soutien

On peut avoir recours au traitement de soutien pour soulager les symptômes causés par l’oligodendrogliome. Les médicaments de soutien qui suivent peuvent être administrés :

  • anticonvulsivants
    • Ces médicaments préviennent les crises d’épilepsie.
    • On les administre aux personnes qui ont déjà fait une crise d’épilepsie.
    • L’anticonvulsivant auquel on a le plus souvent recours est le phénytoïne (Dilantin).
  • corticostéroïdes
    • Ces médicaments permettent de réduire l’œdème cérébral, soit l’accumulation de liquide dans le cerveau.
    • Le corticostéroïde le plus souvent employé est la dexaméthasone (Decadron, Dexasone).

Retour au menu

Essais cliniques

On peut offrir aux personnes atteintes d'un oligodendrogliome la possibilité de participer à des essais cliniques. Pour obtenir plus de renseignements, consultez la section « Essais cliniques ».

Retour au menu

Histoires

Robert Heimbecker Les enfants ne devraient pas s’inquiéter à propos de chirurgie et de chimiothérapie.

Plus de details

Une célébration pour les survivants du cancer au Relais pour la vie

Illustration du Relais pour la vie

La Société canadienne du cancer fournit une occasion en or de célébrer le courage des survivants du cancer dans la bataille contre la maladie. Lors des centaines d’événements du Relais pour la vie qui ont lieu d’un bout à l’autre du pays, des milliers de gens se réunissent pour effectuer le Tour des survivants.

Apprenez-en plus