Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière chez l’enfant

Vous êtes ici:

Suivi après le traitement d’un cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l’enfant

Le cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l’enfant se comporte différemment chez chaque enfant et les nombreux types différents de tumeurs cérébrales réagissent différemment au traitement. C’est pourquoi un programme de suivi standard ne convient pas à tous les cas. Il est important que les parents d'un enfant atteint d'un cancer du cerveau et de la moelle épinière discutent avec son médecin d’un plan de suivi qui répond à la situation de leur enfant.

Les spécialistes du cancer (oncologues) et le médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité.

Une fois le traitement terminé, il faudrait signaler au médecin l'apparition de nouveaux symptômes ou des symptômes qui persistent sans attendre au prochain rendez-vous fixé. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • réapparition de symptômes que l’enfant a éprouvé avant le diagnostic dont :
    • des maux de tête
    • des nausées et vomissements
    • une démarche instable
    • de l’irritabilité
  • apparition de symptômes tardifs ou d’effets secondaires du traitement dont :
    • un ralentissement de la croissance
    • des difficultés d’apprentissage à l’école
    • des troubles de la motricité fine
    • des troubles de la vue ou de l’ouïe
    • des changements de personnalité
    • des crises d’épilepsie

Le risque de récidive du cancer du cerveau et de la moelle épinière est le plus élevé au cours des premières années qui suivent le traitement, c'est pourquoi un suivi étroit est nécessaire pendant cette période. Cependant, puisqu’une tumeur peut réapparaître de nombreuses années après le traitement initial, un suivi à long terme est très important.

Planification du suivi

Le suivi varie après le traitement du cancer du cerveau et de la moelle épinière selon le type de tumeur, son emplacement, l’âge de l’enfant et le type de traitement administré. Les consultations sont habituellement ainsi prévues :

  • aux 3 mois pendant la première année qui suit le diagnostic
  • aux 4 mois pendant la deuxième année
  • aux 6 mois pendant la troisième et la quatrième années
  • chaque année après la quatrième année

Interventions

Lors d'une visite de suivi, le médecin pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et la capacité d'adaptation de l'enfant et de la famille. Il peut également faire un examen physique complet et un examen neurologique dont :

  • vérifier la vision et l’audition de l’enfant
  • vérifier si sa glande thyroïde est enflée
  • vérifier les pupilles de ses yeux et leur réaction à la lumière
  • vérifier ses réflexes et sa force de préhension
  • vérifier sa motricité fine
  • vérifier sa croissance, son développement physique et son développement sexuel
  • faire le dépistage de troubles d’apprentissage

Des examens pourraient être prescrits dans le cadre du suivi ou si le médecin soupçonne la réapparition du cancer (récidive).

  • On fait des analyses sanguines pour vérifier :
    • le nombre de cellules sanguines;
    • la fonction de la glande thyroïde;
    • le taux de l’hormone de croissance (GH), de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculo-stimulante (FSH);
    • la fonction du foie et des reins.
  • On fait régulièrement et fréquemment une IRM pour vérifier si le cancer n’est pas réapparu. Cet examen est habituellement prévu autour de chaque visite de suivi.

Si on observe une récidive lors du suivi, l'équipe d'oncologie évaluera l'enfant afin de déterminer les meilleures options de traitement.

Consultez la liste de questions à poser au médecin de votre enfant sur le suivi après un traitement.

Histoires

Mary Antonenko Nous avons tous besoin du soutien de nos proches, mais même le meilleur entourage du monde ne peut remplacer le contact avec d’autres survivants.

Lisez l'histoire de Mary

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus