Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière chez l’enfant

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l’enfant

On administre couramment une chimiothérapie pour traiter le cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l’enfant.

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour traiter le cancer. Il s’agit habituellement d’un traitement systémiquetraitement systémiqueTraitement qui consiste à administrer une substance qui voyage par les vaisseaux sanguins pour atteindre les cellules du corps tout entier. qui circule dans tout l’organisme et qui détruit les cellules cancéreuses dont celles qui auraient pu s’échapper de la tumeur primitive. On peut administrer le traitement systémique par la bouche (voie orale) ou dans une veine (voie intraveineuse).

Dans le cas de certains types de tumeurs, on peut administrer la chimiothérapie sous forme de traitement régional de l’une des façons suivantes.

  • On injecte les médicaments directement dans le liquide céphalorachidien (LCR) par ponction lombaire. On parle alors de chimiothérapie intrathécale ou intraventriculaire.
  • On a recours à un réservoir d’Ommaya pour administrer les médicaments dans le LCR ou directement dans un kyste tumoral. Le réservoir d’Ommaya est un petit appareil en forme de dôme qu’on place sous le cuir chevelu. Le réservoir est fixé à un minuscule cathéter, ou tube, qui est inséré dans un ventricule de l’encéphale ou le kyste tumoral. L’appareil permet d’accéder au LCR et élimine la nécessité de faire des interventions inconfortables, comme des ponctions lombaires.

On peut avoir recours à la chimiothérapie :

  • après la chirurgie ou la radiothérapie, pour détruire les cellules cancéreuses qui restent et réduire le risque de réapparition du cancer (chimiothérapie adjuvante);
  • avant la chirurgie ou la radiothérapie, pour réduire la taille de la tumeur et la rendre plus facile à enlever ou à traiter par radiothérapie (chimiothérapie néoadjuvante);
  • pendant la radiothérapie, pour accroître l’effet de la radiation;
  • au lieu de la radiothérapie chez les enfants de moins de 3 ans, pour éviter les effets de la radiation sur le cerveau en développement;
  • si la tumeur évolue ou récidive;
  • après la chirurgie, si la tumeur ne peut pas être enlevée complètement (résection incomplète), pour retarder le développement de la tumeur qui reste et permettre une chirurgie de second regard.

Les médicaments employés, les doses administrées ainsi que les horaires suivis peuvent varier d’un enfant à l’autre.

Agents chimiothérapeutiques

Jusqu’à récemment, on considérait que la chimiothérapie était peu efficace contre le cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l’enfant puisque la barrière hémato-encéphalique empêche les substances nuisibles, dont les médicaments, de se rendre jusqu’à l’encéphale. Cependant, des chercheurs ont découvert que la présence de tumeurs au cerveau perturbe la barrière hémato-encéphalique. Ainsi, certains agents chimiothérapeutiques peuvent en fait traverser la barrière pour atteindre la tumeur. Les chercheurs ont également constaté que certains types d’agents chimiothérapeutiques (médicaments hyposolubles) peuvent facilement traverser les parties perturbées de la barrière. D’autres types de médicaments (liposolubles, ou qui se dissolvent dans les matières grasses) peuvent traverser une barrière hémato-encéphalique non perturbée. Les chercheurs se penchent maintenant surtout sur la découverte de médicaments qui seront les plus efficaces contre les tumeurs au cerveau.

Les agents chimiothérapeutiques les plus souvent employés pour traiter le cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l’enfant sont les suivants :

  • carmustine (BiCNU, BCNU)
  • lomustine (CeeNU, CCNU)
  • chlorhydrate de procarbazine (Matulane)
  • carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • cisplatine (Platinol AQ)
  • cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)
  • ifosfamide (Ifex)
  • paclitaxel (Taxol)
  • vincristine (Oncovin)
  • étoposide (Vepesid, VP-16)
  • téniposide (Vumon, VM-26)
  • topotécan (Hycamtin)
  • irinotécane (Camptosar, CPT-11)
  • tamoxifène (Nolvadex, Tamofen)
  • méthotrexate
  • témozolomide (Temodal)
  • thiotépa (ThioTEPA)
  • vinblastine (Velbe)
  • bléomycine (Blenoxane)

Autres traitement médicamenteux

On peut avoir recours à d’autres médicaments avant la chirurgie pour traiter l’enflure du cerveau, les crises d’épilepsie, les nausées et vomissements. Ces médicaments sont entre autres les corticostéroïdes, les anticonvulsivants et les antiémétiques.

Consultez la liste de questions à poser au médecin sur la chimiothérapie.

Histoires

Dr Ming-Sound Tsao Nous comprenons mieux les rouages du cancer du poumon, et cela fait toute une différence.

Lisez l’histoire de Dr Ming-Sound Tsao

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus