Logo Société canadienne du cancer

Cancer des os chez l’enfant

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour l’ostéosarcome infantile

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs de l’ostéosarcome infantile.

Propagation du cancer

Une métastase est la propagation du cancer à partir de son emplacement d’origine vers une autre partie du corps. Que le cancer se soit ou non déjà propagé au moment du diagnostic initial est le facteur pronostique le plus important de l’ostéosarcome chez l’enfant. La présence de métastases est liée à un pronostic plus sombre. Les enfants atteints d’un ostéosarcome qui ne s’est propagé qu’à un poumon ont un pronostic plus favorable que ceux qui ont des métastases dans d’autres parties du corps.

Emplacement de la tumeur

Les tumeurs qui prennent naissance dans les os situés loin du centre du corps engendrent un meilleur pronostic que les tumeurs qui apparaissent dans les os situés près du centre du corps. C’est peut-être parce que les tumeurs plus éloignées du centre du corps sont habituellement plus faciles à enlever par chirurgie.

Les tumeurs au bras et à la cuisse ont un meilleur pronostic que les tumeurs au bassin, au thorax ou à la colonne vertébrale. Les tumeurs au bassin, au thorax ou à la colonne vertébrale ont tendance à engendrer le pronostic le plus sombre puisqu’on les détecte souvent tardivement et qu’elles sont souvent plus grosses et plus près d’autres organes importants, ce qui les rend plus difficiles à enlever complètement.

Réaction à la chimiothérapie néoadjuvante

On administre parfois une chimiothérapie pour réduire l’enflure autour de la tumeur afin de faciliter la chirurgie. C’est une chimiothérapie néoadjuvante. Les enfants atteints d’un ostéosarcome qui réagit bien à la chimiothérapie néoadjuvante (plus de 95 % des cellules tumorales sont détruites) ont un meilleur pronostic que les enfants dont l’ostéosarcome ne réagit pas à la chimiothérapie néoadjuvante.

Histoires

Dr Vuk Stambolic Le Dr Vuk Stambolic et ses collègues se penchent sur la capacité d’un médicament antidiabétique à combattre le cancer.

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus