Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la vessie

Vous êtes ici:

Traitements du cancer de la vessie de stade II

En présence d’un cancer de la vessie de stade II, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal du cancer de la vessie de stade II. La cystectomie radicale est le type principal de chirurgie pratiqué.

Cystectomie radicale

La cystectomie radicale permet d’enlever toute la vessie ainsi que le tissu graisseux qui l’entoure et les ganglions lymphatiques voisins. Il est possible qu’on enlève aussi certains organes reproducteurs. Chez l’homme, ce serait la prostate. Chez la femme, ce serait les ovaires, l’utérus ou une partie du vagin.

Le chirurgien enlève aussi les ganglions lymphatiques du bassin puisque le cancer de la vessie s’y propagera probablement. Une fois qu’il a enlevé la vessie, le chirurgien crée une nouvelle voie de passage pour l’urine, ce qu’on appelle dérivation urinaire.

Chirurgie de conservation de la vessie

Chez certaines personnes, on peut être en mesure de pratiquer une chirurgie de conservation de la vessie. On a recours à ce type de chirurgie s’il n’y a qu’une seule tumeur qui mesure moins de 5 cm et qui n’affecte pas le plancher de la vessie là où les uretères entrent dans la vessie et si la vessie fonctionne plutôt normalement.

Cystectomie partielle

La cystectomie partielle, ou segmentaire, permet d’enlever la tumeur et une partie de la vessie. On peut y avoir recours quand une seule tumeur se trouve dans une partie de la vessie qu’on peut facilement enlever et quand les marges chirurgicales sont claires, c’est-à-dire que le tissu enlevé avec la tumeur ne contient pas de cellules cancéreuses, et qu’il n’y a pas de cancer dans d’autres parties de la vessie. Le chirurgien enlève aussi les ganglions lymphatiques du bassin puisque le cancer de la vessie s’y propagera probablement.

Résection transurétrale (RTU)

Lors de la résection transurétrale (RTU), on a recours à un instrument spécial qu’on glisse dans un cystoscope pour enlever la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain tout autour. Le chirurgien brûle ensuite la région où il a enlevé la tumeur avec un courant électrique de haute énergie (fulguration) ou un laser. Cette intervention scelle les vaisseaux sanguins et détruit tout le cancer qui reste.

La RTU est la première étape du traitement de la tumeur à la vessie. On y a recours pour confirmer le diagnostic et connaître l’étendue, ou stade, de la tumeur.

Dans de très rares cas, la RTU permet d’enlever une petite tumeur de stade II qui commence juste à se développer dans la couche musculaire de la paroi de la vessie à partir du revêtement interne de la vessie. On fait souvent une deuxième RTU pour s’assurer que la tumeur n’a pas envahi la paroi musculaire plus en profondeur.

On peut aussi avoir recours à la RTU pour enlever la plus grande partie possible de la tumeur. Elle est suivie d’une radiothérapie et d’une chimiothérapie. C’est ce qu’on appelle traitement trimodal puisqu’on administre 3 traitements.

Chimiothérapie

On a souvent recours à la chimiothérapie pour traiter le cancer de la vessie de stade II. On peut l’administrer avant la chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante) ou après la chirurgie (chimiothérapie adjuvante). On peut aussi associer la chimiothérapie à la radiothérapie, soit une chimioradiothérapie, comme alternative à la chirurgie.

Les associations chimiothérapeutiques les plus souvent employées comme traitement du cancer de la vessie de stade II sont les suivantes :

  • GemCIS, ou GC – gemcitabine (Gemzar) et cisplatine (Platinol AQ);
  • MVAC – méthotrexate, vinblastine (Velbe), doxorubicine (Adriamycin) et cisplatine;
  • CMV – cisplatine, méthotrexate et vinblastine.

Une autre association de médicaments parfois administrée est composée de cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox) et de paclitaxel (Taxol).

Radiothérapie

On peut avoir recours à la radiothérapie externe pour traiter le cancer de la vessie de stade II. On peut l’associer à la chimiothérapie et l’administrer une fois que la tumeur a été complètement enlevée par RTU. Quand on a recours à ces 3 traitements, soit la radiothérapie, la chimiothérapie et la RTU, on parle de traitement trimodal. On y a recours chez certaines personnes au lieu de la chirurgie s’il n’y a qu’une seule tumeur qui mesure moins de 5 cm, si les uretères ne sont pas bloqués et si la vessie fonctionne normalement. On peut aussi administrer une radiothérapie aux personnes qui ne veulent pas ou ne peuvent pas avoir de chirurgie.

La radiothérapie est plus efficace quand on administre également une chimiothérapie, mais certaines personnes ne tolèrent pas bien cette association. Elles reçoivent donc seulement une radiothérapie. Les agents chimiothérapeutiques les plus couramment employés lors de la chimioradiothérapie sont les suivants :

  • cisplatine;
  • 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) et mitomycine (Mutamycin).

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur le cancer de la vessie. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Robert Heimbecker Les enfants ne devraient pas s’inquiéter à propos de chirurgie et de chimiothérapie.

Plus de details

Une communauté de soutien en ligne, digne de confiance

Illustration d’un ordinateur

Parlonscancer.ca est une communauté en ligne sur laquelle les personnes atteintes de cancer et leurs proches peuvent compter.

Apprenez-en plus