Logo Société canadienne du cancer

Cancer des canaux biliaires

Vous êtes ici:

Statistiques de survie au cancer des canaux biliaires extrahépatiques

Les statistiques de survie au cancer des canaux biliaires extrahépatiques sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu’elles sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d’une personne en particulier.

Il existe de nombreuses méthodes différentes pour évaluer et consigner les statistiques de survie au cancer. Votre médecin peut vous expliquer les statistiques relatives au cancer des canaux biliaires extrahépatiques et ce qu’elles signifient pour vous.

Survie relative

La survie relative sert à déterminer quelle est la probabilité qu’une personne atteinte de cancer soit encore en vie après son diagnostic comparativement à des personnes qui font partie de la population générale qui n’ont pas le cancer, mais qui présentent des caractéristiques semblables (comme l’âge et le sexe).

Au Canada, les statistiques de survie relative après cinq ans pour le cancer des canaux biliaires extrahépatiques ne sont pas consignées séparément, mais sont plutôt incluses dans la catégorie générale des cancers des organes digestifs autres et non précisés. Cette catégorie comporte des cancers similaires dont les statistiques sont regroupées et consignées ensemble. Ces statistiques ne reflètent pas nécessairement la survie réelle pour chaque type de cancer du groupe. Le taux de survie relative après cinq ans pour tous les cancers des organes digestifs autres et non précisés est de 19 %, ce qui signifie qu’une personne diagnostiquée d’un cancer des organes digestifs autres et non précisés aurait, en moyenne, 19 % de chances de vivre cinq ans à la suite de son diagnostic comparativement à une personne dans la population générale qui n’est pas atteinte de cancer.

Taux de survie par stade du cancer des canaux biliaires extrahépatiques

Le taux de survie varie selon le stade et le traitement du cancer des canaux biliaires extrahépatiques. Les facteurs suivants peuvent aussi affecter la survie au cancer des canaux biliaires extrahépatiques.

  • En général, plus le cancer des canaux biliaires extrahépatiques est diagnostiqué et traité à un stade précoce, meilleur est le pronostic.
  • Souvent, on ne détecte pas le cancer des canaux biliaires extrahépatiques avant qu’il n’ait atteint un stade tardif ou avancé, ce qui le rend plus difficile à traiter.
  • Un cancer que l’on peut complètement enlever par chirurgie (tumeur résécable) engendre un meilleur pronostic.

Au Canada, il n’y a pas de statistiques sur les différents stades du cancer des canaux biliaires extrahépatiques. Les données qui suivent proviennent de sources diverses et peuvent comprendre des statistiques d’autres pays.

On peut regrouper les statistiques sur la survie au cancer des canaux biliaires extrahépatiques selon que la propagation est :

  • localisée – inclut les cancers de stade I
  • régionale – inclut les cancers de stades II et III
  • à distance – inclut les cancers de stade IV

Taux de survie au cancer des canaux biliaires extrahépatiques

Groupe

Taux de survie relative après cinq ans

Propagation localisée

30 %

Propagation régionale

24 %

Propagation à distance

2 %

La survie médiane pour les personnes atteintes d’un cancer des canaux biliaires non résécable est habituellement de 6 à 12 mois. La survie médiane est la période de temps, habituellement des mois ou des années, au bout de laquelle la moitié des personnes atteintes d’un cancer sont encore en vie, l’autre moitié des personnes ayant vécu moins longtemps.

Questions sur la survie

On conseille aux personnes atteintes de cancer de discuter de leur pronostic avec leur médecin. Le pronostic dépend de nombreux facteurs, entres autres :

  • antécédents médicaux de la personne
  • type de cancer
  • stade du cancer
  • caractéristiques du cancer
  • traitements choisis
  • réaction au traitement

Seul le médecin qui connaît bien ces facteurs peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Histoires

Researcher Dr Raymond Andersen Les recherches du Dr Raymond Andersen pourraient mener à la découverte d’un nouveau médicament prometteur contre le cancer de la prostate.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus