Logo Société canadienne du cancer

Cancer des canaux biliaires

Vous êtes ici:

Diagnostiquer le cancer des canaux biliaires extrahépatiques

Le diagnostic est le processus permettant d’identifier la cause d’un problème de santé. Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant, mais il est important que le médecin élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer. On a habituellement recours aux épreuves visant à diagnostiquer le cancer des canaux biliaires extrahépatiques quand :

  • on observe des signes et symptômes de cancer des canaux biliaires extrahépatiques, comme la jaunissejaunisseAffection caractérisée par un jaunissement de la peau et du blanc des yeux et une urine jaune foncé.
  • le médecin soupçonne la présence d’un cancer des canaux biliaires extrahépatiques après avoir parlé avec la personne de sa santé et effectué un examen physique
  • des examens courants suggèrent la présence d’un trouble des canaux biliaires

Bien des tests permettant de poser le diagnostic initial de cancer sont également employés pour en déterminer le stade (jusqu’où la maladie a progressé). Votre médecin pourrait aussi prescrire d’autres examens afin de vérifier votre état général et d’aider à planifier votre traitement. Les tests suivants peuvent être demandés.

Antécédents médicaux et examen physique

Les antécédents médicaux consistent en un bilan des symptômes actuels, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne aurait pu éprouver dans le passé.

Pour connaître les antécédents médicaux, le médecin pose des questions sur les sujets suivants :

  • antécédents personnels de
    • cholangite sclérosante primitive (CSP)
    • kyste cholédocien
    • jonction pancréaticobiliaire anormale
    • colite ulcéreuse
    • infections par un parasite (douve du foie)
  • signes et symptômes qui peuvent suggérer la présence d’un cancer des canaux biliaires extrahépatiques

L’examen physique permet au médecin de rechercher tout signe de cancer des canaux biliaires extrahépatiques. Au cours de l’examen physique, le médecin peut :

  • observer le blanc des yeux et la peau pour savoir s’ils ne sont pas jaunâtres (signe de jaunisse)
  • palper l’abdomen pour vérifier s’il y a une masse, de la sensibilité ou une accumulation de liquide
    • Le médecin palpe l’abdomen pour détecter une augmentation du volume d’un organe, comme le foie (hépatomégalie) ou la vésicule biliaire (loi de Courvoisier et Terrier).

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Lors des analyses biochimiques sanguines, on mesure le taux de substances chimiques dans le sang. Elles permettent d’évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes et aussi de détecter des anomalies. On peut y avoir recours pour diagnostiquer des troubles des canaux biliaires ou un cancer des canaux biliaires extrahépatiques.

  • Une hausse du taux de bilirubine (un pigment biliaire) peut indiquer un blocage des canaux biliaires ou un trouble du foie dû à une tumeur située dans les canaux biliaires extrahépatiques.
  • Une hausse du taux de phosphatase alcaline (PA), d’alanine aminotransférase (ALT) et d’aspartate transaminase (AST) peut indiquer que le cancer des canaux biliaires extrahépatiques s’est propagé au foie.
  • Une hausse du taux de phosphatase alcaline (PA) peut aussi indiquer un blocage des canaux biliaires.

Retour au menu

Échographie

Lors d’une échographie, on a recours à des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images de structures du corps. On l’utilise pour :

  • examiner les canaux biliaires afin de vérifier s’il y a des problèmes ou un cancer chez les personnes qui présentent une jaunisse ou une douleur abdominale
    • L’échographie abdominale est souvent le premier examen d’imagerie qu’on effectue lorsqu’il y a des symptômes et qu’on suspecte la présence d’un cancer des canaux biliaires extrahépatiques.
  • voir si le cancer s’est propagé au foie ou à la vésicule biliaire

Retour au menu

Tests de dosage des marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont des substances, habituellement des protéines, qui sont observées dans le sang et qui peuvent indiquer la présence d'un cancer des canaux biliaires extrahépatiques. Les tests de dosage des marqueurs tumoraux permettent de vérifier la réaction d’une personne au traitement d’un cancer, mais ils peuvent aussi permettre de diagnostiquer le cancer des canaux biliaires extrahépatiques chez les personnes présentant une jaunisse.

Les marqueurs tumoraux qu’on peut doser sont les suivants :

Retour au menu

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d’une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers afin de produire des images en trois dimensions et en coupes des organes, des tissus, des os et des vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées. On l’utilise pour :

  • vérifier s’il y a présence de cancer dans les canaux biliaires
    • Certaines tumeurs des canaux biliaires extrahépatiques peuvent être trop petites pour être détectées par tomodensitométrie.
  • évaluer l’étendue du cancer dans les canaux biliaires
  • voir si le cancer s’est propagé à l’extérieur des canaux biliaires, aux ganglions lymphatiques voisins, au foie ou à d’autres organes ou structures de l’abdomen

Retour au menu

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

En imagerie par résonance magnétique (IRM), on a recours à de puissantes forces magnétiques et à des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, des tissus, des os et des vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les images en clichés à trois dimensions. On peut y avoir recours pour :

  • vérifier l’étendue et le stade du cancer des canaux biliaires extrahépatiques
  • voir si le cancer s’est propagé à des structures ou à des organes voisins

On a parfois recours à un type spécial d’IRM appelé cholangiopancréatographie par résonance magnétique (CPRM) si le médecin suspecte la présence d’un cancer des canaux biliaires extrahépatiques. Une CPRM peut donner des renseignements détaillés sur les canaux biliaires.

Retour au menu

Cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE)

On a recours à une cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) lorsqu’on suspecte la présence d’un cancer des canaux biliaires extrahépatiques. Elle est utile pour vérifier si une tumeur a causé le blocage d’un des canaux biliaires et à quel endroit celui-ci est bloqué. Cette intervention permet au médecin d’examiner l’intérieur des canaux biliaires au moyen d’un tube flexible au bout duquel sont fixées une lumière et une lentille (endoscope).

On peut avoir recours à la CPRE pour :

  • déterminer s’il y a une tumeur dans les canaux biliaires et faire une biopsie afin de vérifier s’il y a présence de cellules cancéreuses
  • voir si le cancer s’est propagé à partir des canaux biliaires
  • aider à planifier la chirurgie
  • insérer un petit tube (extenseur) dans un canal biliaire afin de dégager l’obstruction causée par une tumeur

Retour au menu

Cholangiographie transhépatique percutanée (CTP)

La cholangiographie transhépatique percutanée (CTP) est une radiographie des canaux biliaires et du foie au cours de laquelle on a recours à un colorant de contraste pour faire ressortir les images. On insère dans la peau une petite aiguille qu’on fait glisser dans les canaux biliaires dans lesquels on injecte un colorant spécial. Le colorant trace le contour de la structure des canaux biliaires et du foie sur les clichés radiographiques.

On peut avoir recours à la CTP pour :

  • faire une biopsie des canaux biliaires afin de vérifier s’il y a présence de cellules cancéreuses
  • déterminer si une tumeur bloque les canaux biliaires
  • vérifier si une tumeur des canaux biliaires s’est propagée au foie
  • insérer un petit tube (extenseur) dans un canal biliaire afin de dégager l’obstruction causée par une tumeur
  • insérer un tube (cathéter) dans un canal biliaire pour drainer la bile vers un sac installé à l’extérieur du corps

Retour au menu

Échoendoscopie (EE)

L’échoendoscopie (EE) combine l’endoscopie et l’échographie. Similaire à la CPRE, l’EE utilise un tube flexible au bout duquel sont fixées une lumière et une lentille (endoscope). Un petit transducteur (sonde) ultrasonore est placé sur le bout de l’endoscope. À l’aide de l’endoscope, le médecin peut examiner les canaux biliaires et la vésicule biliaire de l’intérieur du corps plutôt que de l’extérieur.

On peut avoir recours à l’EE pour :

  • détecter des calculs dans les canaux biliaires
  • faire une biopsie des canaux biliaires pour savoir s’ils contiennent des cellules cancéreuses
  • déterminer s’il y a présence d’une tumeur des canaux biliaires
  • examiner les ganglions lymphatiques voisins suspects et faire une biopsie si le cancer semble s’être propagé

Retour au menu

Biopsie

Une biopsie consiste à prélever du tissu ou des cellules du corps afin de les analyser en laboratoire. Le rapport de pathologie issu du laboratoire confirmera, s’il y a lieu, la présence de cellules cancéreuses dans le prélèvement. Parfois, les examens d’imagerie donnent suffisamment d’information au médecin pour confirmer la présence d’une tumeur des canaux biliaires et la biopsie peut alors ne pas être nécessaire.

On peut réaliser une biopsie du cancer des canaux biliaires extrahépatiques par :

  • cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE)
  • cholangiographie transhépatique percutanée (CTP)
  • biopsie à l'aiguille fine
    • L’intervention est pratiquée sous échoendoscopie ou tomodensitométrie (TDM), ce qui permet de diriger l’aiguille.

Si on planifie une chirurgie au cours de laquelle on enlèvera un canal biliaire, la biopsie n’est alors pas nécessaire puisque le chirurgien enverra le tissu du canal biliaire en laboratoire pour examen au moment de la chirurgie.

Retour au menu

Laparotomie

On peut déterminer le stade du cancer des canaux biliaires extrahépatiques en procédant à une laparotomie. Cette intervention consiste à pratiquer une incision dans l’abdomen dans le but d’observer la cavité abdominale et de vérifier s’il y a des signes de cancer. Le chirurgien prélèvera en même temps du tissu, de la bile et du liquide en vue d’un examen au microscope.

Retour au menu

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur les épreuves diagnostiques.

Histoires

Parker Murchison Ce que j’aime le plus du camp Goodtime, c’est la compagnie d’autres enfants qui ont survécu au cancer. Ils comprennent ce que tu vis et peuvent t’aider à traverser les moments difficiles.

Lisez l’histoire de Parker

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus